C’est pas très rétro de parler de Red Dead Redemption mais bon, il s’agit d’un des jeux les plus emblématiques de cette dernière génération de consoles, l’un des meilleurs. Et j’oubliais aussi qu’il s’agissait tout simplement d’un merveilleux jeu se déroulant dans le far west, cette ambiance sous-exploitée à mon goût depuis trop longtemps dans le milieu du Jeu Vidéo.

Et quel bonheur, franchement, de galoper des heures durant dans le vaste désert du Mexique, à pourchasser les malandrins, sauver la veuve et l’orphelin…à moins que vous ne préfériez faire l’inverse. Question de choix et de morale, après tout.

Mais que serait Red Dead Redemption sans son héros, sans son bad guy hanté par les remords, en quête de rédemption (ça tombe bien, allez-vous me dire), à la fois honnête et dangereux. Drôle de paradoxe pour un personnage qui ne peut laisser insensible et qui colle parfaitement aux lieux secs et abandonnés qu’il vous faudra traverser pour retrouver votre famille.

Sirocco

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *