PR3On en revient donc à un jeu daté, peu varié et qui n’a pas vraiment d’intérêt. Mais pourquoi Postal a t-il eu autant de succès à l’époque (tout comme sa suite)? Car Internet n’était pas aussi développé que ça en 1997, et toute les infos du jeu ou presque se faisaient par quelques captures d’images et le bouche à oreille. Et apprendre qu’un jeu est interdit, et bashé pour pour être immoral et glauque, ça attise la curiosité sur un titre qui au final sans scandale part dans l’oubli. Mais là ou le second épisode compense sa faiblesse en jeu par une interactivité et un humour quasi omniprésent (esater egg, critique de la société Américaine, armes spéciales), le premier épisode n’a strictement rien pour lui. Il suffit de retirer le mot Postal et l’on se retrouve avec une coquille vide, encore plus mise en évidence avec un Remaster qui exagère les défauts.  Sa seule place est dans le cimetière des jeux vidéos, dans les 315 titres Steams achetés en solde et non joués.

A retenir

On va se dire les choses en face, Postal (et son édition Redux) n’est pas un bon jeu. Au delà de son ambiance glauque et immorale, le titre de Running With Scissors présente beaucoup trop de défauts. Le jeu n’est pas si long, grandement répétitif et la vue isométrique pose plus de problèmes qu’elle n’aide. La refonte quant à elle ne change que la jouabilité, et ne peut rien de plus pour sauver les meubles (tout en supprimant une mission). Au revoir le Dude, la retraite t’attend.

Flbond

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *