Pourquoi Metal Gear Solid V m’a déçu… En voilà un appel du pied au clic, n’est-ce pas ? Et pourtant… Je dois bien avouer que c’est totalement vrai… J’ai été profondément déçu de la dernière production de notre bon vieux Kojima. Et tout le paradoxe réside dans le fait que je trouve aussi ce jeu tout bonnement exceptionnel, voire mythique. C’est un MGS qui aura su marquer son époque, mais qui a laissé un très fort goût amer dans ma bouche. Et si vous voulez savoir pourquoi, je vous invite à lire les lignes qui suivent. Mais faites attention, cet article est 100% spoils. Si vous ne connaissez pas les tenants et aboutissants de l’histoire, si vous n’avez pas fini ce monument, je vous conseille de faire demi-tour et de vous y mettre. Pour les autres, c’est parti.

Le cas Ground Zeroes

Metal Gear V Ground Zeroes : Arnaque ou véritable avant gout ? Mouais..

Metal Gear V Ground Zeroes : Arnaque ou véritable avant gout ? Mouais..

Comme on peut parfois le dire : « on ne va pas revenir dessus, c’est de l’histoire ancienne, il y a prescription ! » Hé bien, je ne suis pas d’accord et la situation de Ground Zeroes dans la saga MGS V fait partie du premier grief que j’ai à faire à Konami. Car oui, là tout de suite c’est bien à l’éditeur que je m’adresse et non pas à Kojima Productions. Car oui, il y a eu coupure artificielle. Ground Zeroes est le tanker de MGS V, la mission vertueuse de MGS 3. Bref, il n’y avait aucune raison scénaristique et/ou logique à couper la poire en dix. Car oui, Ground Zeroes ne représente que 1/10, et encore, de MGS V. Enfin, une raison il y en a une : l’argent et le bénéfice. Et c’est tout à fait compréhensible, Konami en ayant marre de payer des mille et de cents pour un jeu dont la date de sortie n’était pas encore annoncée, et dont le créateur voulait peaufiner les moindres détails. Le calcul est simple : je sors beaucoup d’argent, j’en rentre peu, et je doute que les gains des ventes du jeu comblent les dépenses que j’ai effectuées pour le réaliser. Clair, net, précis, concis, pragmatique. Et certains fans vont même dans ce sens de l’histoire en donnant d’autres explications à cette coupure temporelle : Snake tombe dans le coma, le fait de laisser des mois entre le prologue et The Phantom Pain est en quelque sorte le coma du joueur… Mouais. Toujours est-il que Ground Zeroes demeure ma première frustration.

Le cas de la version PS3

La différence est flagrante en jeu, voir indécente

La différence est flagrante en jeu, voir indécente

Avant de passer à ce qui fait réellement foi dans ma déception, je tenais à revenir sur un point un peu plus technique, dont Yannou a déjà parlé dans son test. Désolé mes petits farfadets comme pourrait dire notre ami Jean-Marie Ganesh, nous nous sommes faits entuber. Car oui, en prolétaire que je suis, je ne me suis pas encore saigné pour passer à la Next-gen, PS4 en tête. J’ai donc dû jouer à ce pauvre bougre sur la version du pauvre, celle de la PS3. Et que dire… Que dire mis à part que je suis réellement outré de cette réalisation. Si le frame rate n’atteint pas les 60 fps de la version PS4, on reste sur du bon vieux 30 fps quasi-constant. Le problème ne vient pas de ce côté-là, mais bien de la réalisation technique en elle-même. Le jeu est très souvent moins beau que MGS 4 pourtant sorti en 2008, et même parfois, pour certains points, moins beau que MGS 2 voire MGS 1 ! Et je ne blague vraiment pas. Deux moments m’ont plus particulièrement choqué. La première fois, lorsque l’on voit Big Boss dans l’hôpital, sa barbe est tellement pixelisée qu’on se croirait dans un remake HD de Pac-Man sur Virtual Boy. La seconde est la première fois que j’ai utilisé mon sniper pour zoomer au maximum : les textures au loin étaient du niveau de la PS1, et je ne blague clairement pas… On dirait concrètement une bonne vieille configuration PC d’un jeu récent, downgradé en 600×480, sans ombre, sans détail, sans rien… C’est tout simplement une honte et je n’ai pas peur du mot. Toujours est-il que cela n’entache en rien le gameplay fluide et le plaisir de jeu, mais disons que cela fait des travailler les yeux…

1 réponse
  1. Yannou
    Yannou dit :

    Même ressenti que toi il manque quelque chose à ce jeu qui a déjà une base très solide avec certes des peccadilles à corriger mais il est vide il manque quelque chose pour le rendre légendaire y’avait tant de possibilités et le pire c’est que ça me fait pas penser à Kojima de laisser les gens en détresse comme ça (à part GZ). C’est vraiment dommage et puis je pense que MG ne se joue pas en mode je choisi ma mission, mon matos etc… (attention je ne critique pas l’actuel système qui est très bien) il se joue de façon linéaire dans des couloirs qui nous donnant un rythme certes très linéaire mais marque de la série et qui nous offre une histoire continue et non entrecoupée en faisant à coté des missions secondaire, peut-être aurait-il délaisser l’Open World pour rester sur un truc plus simple même si ce nouveau mode de jeu lui sied à merveille. C’est dommage j’espère que dans les mois qui suivent on pourra nous fournir des explications car la douleur fantôme se fait sentir surtout pour un titre attendu comme le MGS ultime !

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *