Le cas Big Boss

Le personnage n'est pas le Big Boss qu'on connait, et pour cause !

Le personnage n’est pas le Big Boss qu’on connait, et pour cause !

Attention mes amis, comme j’ai pu le dire dans l’introduction, ça va spoiler sa race dans cet article. Et là, je vais tout simplement parler de la fin du jeu. Mais avant çà, reprenons depuis le début. Avant de lancer The Phantom Pain, j’avais deux personnages préférés : The Boss dans un premier lieu, et Big Boss. Tous les deux issus de ce qui demeure surement mon jeu préféré, Metal Gear Solid 3 : Snake Eater (aux cotés de FFV II et Ocarina of Time, je sais je suis d’une originalité débordante). J’y ai découvert un Big Boss profond torturé entre l’idée de servir sa nation et de pérenniser l’héritage de son mentor. J’ai pu retâter du Big Boss dans Portable Ops, mais surtout dans Peace Walker, et là encore, j’ai retrouvé le personnage que j’aime tant ! C’est aussi le même Big Boss dans le prologue Ground Zeroes. Me voilà donc tout content, une fois de plus, de retrouver cette légende. Il se réveille, il est à l’ouest à l’hôpital, et après cette séquence couloir d’une heure, je me retrouve enfin dans le bain et… Je ne retrouve pas mon Big Boss. Non, ce n’est pas lui car ce personnage est complètement en retrait. Il ne parle pas, il ne fait aucune action extravagante comme pouvait le faire mon idole. On a même l’impression que ce n’est pas vraiment lui qui dirige la Mother Base, mais plutôt Ocelot (je reviendrai sur le personnage plus tard). Bref, j’ai adoré le gameplay du jeu, et je ne vais pas refaire un test, mais je n’ai pas aimé son personnage. Un comble qui s’explique pourtant à la toute fin du jeu.

Le cas de la fin

Le personnage principal n'est pas Big Boss !

Le personnage principal n’est pas Big Boss !

Je tiens à mettre tout le monde d’accord : la fin de The Phantom Pain est vraiment, mais alors vraiment grandiose. Et je ne dis pas ça parce qu’il y a des explosions, ou parce qu’il y a une montée en puissance de dingue. Je dis cela car il y a surement la plus grande entourloupe de tous les temps. Vraiment… Car Snake, le personnage que vous jouez, n’est en fait pas Big Boss ! Il s’agit en fait d’un compagnon d’arme de la légende, qui a pris sa place suite à son séjour à l’hôpital. Plongé dans le coma avec Big Boss suite aux événements de Ground Zeroes, avec lui dans l’explosion de l’hélicoptère qui a presque causé sa perte, le personnage que l’on joue est un illustre inconnu. S’étant fait greffer une sorte de copie du visage de Big Boss, et ayant subi un bon lavage de cerveau pour se persuader qu’il est le Boss, votre avatar n’est personne. Et le jeu pousse le vice à vous faire créer son faciès, afin qu’il devienne Snake, lors du prologue. Et tout le monde, je dis bien tout le monde, a cru qu’il s’agissait uniquement de l’avatar de Metal Gear Online. Bref, et pour finir avec cette fin énorme, sachez que le vrai Big Boss est en fait Ishmael, le PNJ qui vous aide à vous échapper de l’hôpital qui est en fait sur-skillé. La légende part donc couler des jours heureux car le monde entier veut sa peau, et vise à créer le véritable et unique Outer Heaven. Et là tout d’un coup, tout se décante. L’histoire de la saga dans un premier temps puisque Big Boss est normalement tué par Solid Snake dans Metal Gear, mais revient dans Metal Gear 2. Il s’agissait dans un premier temps du fantôme de Big boss, et du vrai Big Boss dans MG 2. Mais aussi, et dans un second temps, cela vient expliquer mon ressenti sur Big Boss, que je n’aimais pas et qui n’était pas vraiment Big Boss. Dernière chose, et je finirai là-dessus, le fait de montrer qu’un pékin de base peut devenir Big Boss, le grand manitou d’une Mother Base immense, prouve que tout un chacun peut devenir grand à la force de sa persuasion et de travail. C’est un message que l’on peut rapprocher de celui de MGS 2, au moment où Snake se dévoile à Raiden. Toujours est-il que j’ai trouvé ça assez subtil. En un mot comme en cent, et vous l’aurez compris, cette fin est tout simplement unique, et je pense que seul Kojima aurait pu faire quelque chose comme cela. Et pourtant, si je fais un paragraphe sur cette fin, c’est bien parce qu’elle fait partie de ma plus grande déception.

1 réponse
  1. Yannou
    Yannou dit :

    Même ressenti que toi il manque quelque chose à ce jeu qui a déjà une base très solide avec certes des peccadilles à corriger mais il est vide il manque quelque chose pour le rendre légendaire y’avait tant de possibilités et le pire c’est que ça me fait pas penser à Kojima de laisser les gens en détresse comme ça (à part GZ). C’est vraiment dommage et puis je pense que MG ne se joue pas en mode je choisi ma mission, mon matos etc… (attention je ne critique pas l’actuel système qui est très bien) il se joue de façon linéaire dans des couloirs qui nous donnant un rythme certes très linéaire mais marque de la série et qui nous offre une histoire continue et non entrecoupée en faisant à coté des missions secondaire, peut-être aurait-il délaisser l’Open World pour rester sur un truc plus simple même si ce nouveau mode de jeu lui sied à merveille. C’est dommage j’espère que dans les mois qui suivent on pourra nous fournir des explications car la douleur fantôme se fait sentir surtout pour un titre attendu comme le MGS ultime !

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *