Toma Uber : Donc Ralph Baer a créé les consoles de jeux, et Pong. C’est déjà énorme, mais certains réagissent comme si il avait inventé tous les concepts du jeu vidéo.  > Parfois il y a de l’exagération, surtout à la mort de quelqu’un, mais Ralph Baer a eu d’autres inventions en stock. La plus importante hors jeu video est le Simon

PJGNOEL10

Connaissez vous le jeu « Jacques a Dit » ? Si non, vous êtes nés à 60 ans,  mais comme on est sympa, voici un résumé. Appelé Simon Says en Anglais,  « Jacques a Dit » est un jeu d’enfants dont le principe est de donner des actions à faire, mais qui devront être finalement réalisées seulement si la phrase d’action commence par   « Jacques a Dit ». Et bien qu’il ait 8 siècles, ce jeu est toujours pratiqué dans les écoles car il a l’avantage de ne demander aucun accessoire. Une version électronique plus récente du jeu est également connue pour afficher des couleurs dans un ordre et vous demander de reproduire la séquence. Qui a bien pu inventer ça….Ralph Baer bien sur…ah bah non Atari. Plus précisément, Atari à créé un prototype de jeu électronique appelé Touch Me en 1974. Celui ci ressemble à une borne d’arcade avec quatre gros boutons circulaires noirs. Le principe du jeu des séquences est déjà là, mais l’habillage et le son sont tout sauf sexy et ce n’est pas l’ingénieur de chez Sanders Associates qui dira le contraire. Baer voit la machine en 1976 et déclare « Bon principe, mauvaise réalisation. Visuellement chiant, maussade, avec des bruits atroces », un constat violent mais qui n’est pas gratuit. Il décide de garder le gameplay de la machine mais refond tout le reste, en prenant un processeur TMS 1000 de Texas peut couteux, et en changeant les sons des quatres boutons pour reproduire un son de « trompette’. La machine appelée au départ Follow Me, devient portable avec des boutons colorés et un éclairage interne et est présenté devant les cadres de MB, qui a financé son projet. Ceux ci sont ravis, et demandent juste à changer le nom pour Simon. La commercialisation se fait pour Noël 1978 et le succès est historique pour la société, le jeu Simon Says devenant indissociable de sa version électronique. Ironie du sort, parmi les nombreux clones on retrouve  Touch Me d’Atari, dans une version curieusement plus petite, avec des boutons de couleur. En résumé, Ralph Baer n’a pas tout inventé, mais il a réussi à révolutionner un concept au delà du simple jeu vidéo.

Dans la même année, Ralph Baer construit un prototype de système pour télécharger des jeux sur Atari 2600. Le procédé repose sur la transmission par cable, pour récupérer les jeux au moyen d’un modem téléphonique, dans la RAM de la cartouche. Le nom Atari Download est trouvé, et proposé à l’entreprise. Malheureusement, les tensions des procès ont amené à une impasse, et le module est abandonné. Intellivision reprendra le flambeau et proposera son système de téléchargement.

A retenir

Et c’est ainsi que se termine l’épisode bonus de cette chronique. Il semblait important de pouvoir revenir sur des éléments de parcours importants de M. Ralph Baer. Grand inventeur, ingénieur, génie, nombreux sont les qualificatifs pour citer l’homme qui à partir d’une situation larvaire, est allé poser les actes fondateurs d’une industrie majeure. Il s’est attiré des éloges de ses comtemporains pour avoir créé la première consoles,  les accessoires de jeu ou encore le vrai Pong ; mais a également subit la malveillance de ceux qui ont repris son travail et tenté des procès pour le discréditer. Grâce à lui l’industrie du jeu existe, et nous passionnés pouvons jouer à nos Gameboy ou PlayStation 4. Merci à ce grand monsieur, sa disparition va laisser un vide énorme.

Quand à nous, la chronique est pour de bon terminée dans cette forme, Joyeuses fêtes et Bonne année 2015 sans PRE(JEUX)GES.

Sources

La plus grosse source est Ralph Baer-Mémoires du père des jeux vidéos. Les crédits photos pour les TVG sont de cet ouvrage, et cette mine d’informations est à lire absolument. Mais cette chronique ne s’arrête pas à une source :

Console +
IGN
Atari Age
USPTO
AtariAge
NewYorkTimes
Les musées du jeu de Californie/Berlin/Londres

6 réponses
  1. Toma Überwenig
    Toma Überwenig dit :

    Excellent article et bel hommage à ce Saint Patron du Vidéoludique, mon cher Flbond, et joli façon de clôturer ta chronique, qui laissera elle aussi un cruel vide! De pouvoir relire un chapitre me le rappelle douloureusement!

    (et quel honneur d’apparaître en guest de cette prestigieuse chronique^^!)

    Répondre

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] oui, tout remonte à Simon, créé par le décidément incontournable Ralph Baer, créateur de la Brown Box. Si le nom “Simon” fait apparemment référence au jeu sans […]

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *