Ruth : Mais sur tes épisodes tu parles très souvent de Mario/Zelda, t’as joué qu’à ça ? > Oh que non! Aux dernières nouvelles, 66 consoles sont témoins de ma collectionnite aiguë, toutes avec des jeux bien différents. Voila quelques jeux qui m’ont défini en temps que joueur.

 

Bug Bunny Crazy Castle (Kemco)

 

PJGD1

Tandis que certains ont reçu Tetris avec leur Gameboy grise, j’ai reçu pour mon premier anniversaire, ma première console avec deux jeux : Super Mario Land 2 et Bugs Bunny Crazy Castle. Si le premier est mondialement connu pour ses oreilles de lapin et l’arrivée de Wario, le second est soit inconnu soit détesté grâce à certains. Dans ce jeu vous incarnez Bugs Bunny dans les labyrinthes vu de côté, et le but est de récolter toutes les carottes du niveau pour passer au suivant. Bien sur des ennemis seront là pour vous arrêter, prenant la forme des héros des Looney Toons (Gros Minet, Will E Coyote, Sam), et vous pourrez les détruire avec des objets toonesques comme le gant de boxe. Le jeu contient plus d’une centaine de niveaux, et même avec une maniabilité rigide, j’ai passé d’excellents moments avec mon mentor du jeu vidéo (accessoirement mon paternel). Des suites seront sorties avec le lapin toon jusqu’à la GBA.

PREJEUXGES: Tous les Crazy Catle ont été avec Bugs Bunny? Alors pourquoi au Japon Mickey apparait dans le même jeu, et que les Ghost Busters, Garfield ou même Hugo Délire ont participé à la série Crazy Castle? Tout simplement pour un immense bazar au niveau des droits.

PJGD2

En 1988 sort « Qui veut la peau de Roger Rabbit? » au cinéma. Outre l’excellente qualité de ce film mi-animation mi-réel, la prouesse a été de pouvoir voir enfin les héros de Disney et les Looney Toons réunis pour la première fois à l’écran. Le film est un carton, et la société Kemco achète la licence auprès de la société de production de Disney : Touchstone Picturse. Le jeu Rogger Rabbit sort peu de temps après au Japon sur NES en 1989. Pour la sortie internationale par contre, Kemco se bloque a un problème : un jeu est déjà sorti par LJN. Kemco réfléchit a adapter son jeu pour le public occidental, tout en faisant le moins d’efforts possibles. Ce sera finalement un autre lapin célèbre qui sera choisi, présent dans le même film : Bugs Bunny. Les développeurs achètent les droits des Looney Toons et le jeu de labyrithe devient : Bugs Bunny Crazy Castle. Le personnage restera aux USA et en Europe pour la version Gameboy.

Nouveau retournement de situation au Japon, Kemco perd les droits sur le personnage de Roger Rabbit. L’entreprise retombe sur ses pieds, ayant gardé les droits Disney par le contrat Touchstone Pictures. Mickey prend donc la place de Roger sur Gameboy au Japon. La série des Crazy Castle s’étendra sur 10 épisodes, et au fil des licences perdues, fera intervenir : Hugo Délire, Garfield, Woody Woodpecker, GhostBusters et Kid Klown (qui aura sa série dérivée).

 

Sonic 3 & Knuckles (SEGA)

 

PJGD3

« Le meilleur c’est Sonic 2 » j’entends beaucoup cette phrase sur différents sites et, pour ma part, je serais tenté de dire non. J’ai beaucoup aimé le deuxième épisode avec ses bonus dans un half pipe et la présence de Tails, mais concernant Sonic 3 & Knuckles : il reste ma plus grosse claque de la période 16 bits. Dans cet épisode, d’abord séparé en deux, on peut jouer l’un des trois personnages de la série (Knuckles, Sonic, Tails). Les niveaux sont sensiblement les mêmes pour les trois, mais la manière de les traverser change grâce aux capacités de ces derniers. Sonic est rapide, Tails peut voler un certain temps et Knuckles a une force herculéenne tout en pouvant s’accrocher aux murs. Cela donne une envie de refaire régulièrement les stages, d’autant plus que la durée de vie est importante. La partie Sonic 3 est la plus courte et permet de chercher les Super Emeraudes, mais la partie « & Knuckles » permet de trouver les hyper émeraudes pour un final purement jouissif. Les power up sont nombreux, les graphismes jolis, le jeu long et fun, bref il n’y a rien à redire.

PREJEUXGES: Quand on parle de Sonic 3, un grand débat est lancé. Michael Jackson a t-il composé des musiques pour le jeu ?

PJGD4

Lorsque l’on joue à Sonic 3, et plus particulièrement à Ice Cap Zone et Carnival Zone, les musiques présentes ont des airs de ressemblance avec ça et ça. Certains joueurs commencent à se demander si Michael Jackson n’a pas mis son nez dans la musique du jeu de SEGA. Le curiosité est de plus en plus grande, lorsque les crédits de fin montrent des noms très particuliers. Tous ont travaillé de près ou de loin avec le roi de la pop, et plus particulièrement Brad Buxer qui a suivi la star sur l’ensemble de sa carrière à date. Les joueurs comme la presse ont essayé de poser des questions à SEGA comme au staff de Jackson…sans succès. Est ce qu’un embargo a été placé sur l’implication du chanteur à cause des scandales? On n’arrive pas à le savoir pendant 11-12 années jusqu’à une certaine interview…

En 2005, le coordinateur exécutif de Sonic 3 (Roger Hector) donne une interview à HXC. La question Michael Jackson tombe naturellement sur le tapis, et le monsieur confirme la news. Jackson et son équipe ont effectivement travaillé sur le jeu, mais tout le travail a été mis à la poubelle pour cause de mauvaise pub liée à la procédure judiciaire.

Autre son de cloche en 2009, quand Brad Buxer donne une interview au magazine Français Black & White. Sonic 3 a également été abordé mais les raisons du silence de la star sont différentes. Les musiques ont été réalisées pour le jeu et maintenues jusqu’à la sortie. Néanmoins, la star refuse d’être créditée dans le générique de fin (ni d’être mentionnée) pour une raison simple : la puce son de la MegaDrive n’est pas assez performante.

Qui dit vrai? Mystère. En tout cas, le roi de la pop a bien participé aux musiques d’un jeu vidéo.

7 réponses
  1. Toma Überwenig
    Toma Überwenig dit :

    C’est sale ce teasing final!!^^

    Ca me rend tout mélancolique, cette fin de saison…

    PS : « Toma Überwenig qui m’a spécialement encouragé sur l’écriture des PRE(JEUX)GES »

    Mais non, c’est un malentendu, j’étais juste venu emprunter une agrafeuse, en fait, moi!

    Répondre
  2. Antoine
    Antoine dit :

    Belle chronique de fin ! C est un plaisir de te lire, même quand tu parles de ton expérience de jeu on y apprend toujours quelque chose.

    J ai hâte de découvrir de quoi retourne run & jump 🙂

    Ps : j ai du m y reprendre à trois fois pour poster ce commentaire… pas super ergonomique ce formulaire…

    Répondre
    • Flbond
      Flbond dit :

      Pour les commentaires, on va revoir ça.

      sinon merci beaucoup pour m’avoir soutenu avec ta lecture attentionnée, je ne dis pas que la prochaine chronique va me déplaire mais en tout cas PREJEUXGES m’a particulièrement plu

      Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *