L. Sama : Si j’ai bien compris, on a la vibration simple d’un côté et le retour de force de l’autre > Eh bah non car à l’instar du retour de force qui combine vibration et mouvement, certains jeux utilisent la vibration d’une autre façon…

PJG5-10

Un exemple d’utilisation de la vibration différente est dans le domaine des consoles portables. Le jeu Pokemon Pinball, un flipper avec les monstres de poche, inclut dans la cartouche un mini Rumble Pak. Alimenté par une pile AAA, le fonctionnement est le suivant : au moindre contact de la boule contre un obstacle une impulsion est envoyé sur le circuit de vibration qui s’exécute. La sensation d’un vrai Flipper est intéressante mais malheureusement quelques critiques subsistent. La vibration consomme l’énergie de la pile en un temps record, ce qui donne envie de s’en passer (ou d’utiliser des accus). Ensuite les vibrations en elles-mêmes sont assez usantes lorsque l’on veut se concentrer sur le jeu. Malgré tout le jeu a été plutôt bien reçu par la critique.

PJG5-9

Autre jeu ayant introduit la vibration d’une manière spécifique en associant celle-ci à une localisation sonore : Metal Gear Solid. Plus clairement, l’idée d’Hideo Kojima (créateur) est pouvoir retranscrire la tension de l’action dans une zone militaire à infiltrer. Techniquement, il parvient à user des canaux audio pour faire vibrer la manette Dualshock en conséquence. Les battements de cœur s’intensifient à l’approche d’un soldat, les tanks font vibrer les paumes et toquer contre une tôle se ressent. On peut retenir l’utilisation des deux moteurs de la manette au moment du passage d’un hélicoptère, vibrant de gauche à droite pour suivre le chemin de l’audition. Une utilisation réussie d’un périphérique pour un jeu qui a marqué de nombreux joueurs.

PJG5-11

Enfin, et je ne vais pas m’étendre trop largement sur le sujet, mais une avancée dans le domaine de l’haptique et de la vibration est : le porno. Certains jeux non testés par votre serviteur font une utilisation de la vibration associée au réseau sans fil. Par exemple un gadget reproduisant l’anatomie féminine/masculine est contrôlé par bluetooth, et si à l’écran une chose se passe, une vibration plus ou moins importante est transmise à l’accessoire. Et comme la chose est en contact comme un jouet intime, les vibrations transmises aux joueurs sont très spéciales. Les variantes existent comme des gadgets contrôlés par Wifi ou des smartphones.

12 réponses
    • Flbond
      Flbond dit :

      Merci pour ce cri du coeur lol. Pour ma part je n’apprécie la vibration qu’en arcade, car ça fait partie d’un ensemble qui t’immerge.

      Répondre
    • La Bonne Fée
      La Bonne Fée dit :

      héhé ^^ La même pour moi.
      Concernant les vibrations, je les désactive tout le temps. Je les trouve désagréables, et elles me dérangent plus qu’autre chose.

      Concernant la 3D, oui et non – ça dépend ça dépasse 😀
      Quand c’est une vue isométrique, ça va.
      Quand c’est de la 3D bien gérée comme dans les GTA, les MGS, et trouzaine d’autres blockbusters, ça va aussi.
      Mais quand ils prennent un jeu 2D – au hasaaaard un jeu de plates-formes, ou un J-RPG – et qu’ils te le passent à la gonflette 3D (non mais sérieux, on a l’impression u’ils gonflent les décors et les persos à l’hélium ^_^), PUTAIN MER C’EST TROP LAID, et limite injouable. Je déteste ça.

      ***

      Et très bon dossier ! Je n’aime pas les vibrations, mais connaitre leur histoire est toujours intéressant 🙂

      Répondre
      • Flbond
        Flbond dit :

        Merci pour ce petit commentaire, ça fée franchement plaisir :-p

        ***

        Ouais je vois ce que tu veux dire, la 3D est meilleur si elle favorise l’exploration et l’immersion, sinon c’est purement cosmétique. C’est ce qui me rend assez allergique aux remakes HD, l’impression d’avoir un étirage de papier peint franchement dégueulasse.

        Répondre
  1. Igor
    Igor dit :

    Toujours un vrai plaisir à lire tes rubriques.
    Précis, documenté, citant ces sources: on sent qu’il y a du boulot derrière.
    Chapeau bas….

    Répondre
  2. Toma Überwenig
    Toma Überwenig dit :

    Quel plaisir de lire ta chronique, camarade!
    Tu as une fois de plus su mêler informations techniques, anecdotes passionnantes et Histoire vidéoludique avec brio, et j’en sors, comme d’habitude, moins bête.

    Personnellement, j’ai toujours été passionné par les interfaces d’immersion périphériques, et contrairement à l’ami Totof, la 3D m’a toujours séduit depuis tout petit, et les vibrations ont toujours représenté quelque chose de magique.
    Mais avant tout, c’est cette fissure du 4eme mur non plus par apostrophe directe (façon Annie Hall), mais par intégration du joueur dans la réalité du jeu (ton perso se mange un coup, tu ressens l’effet) qui m’intéresse.
    L’article sur le motion gaming que j’avais écrit allait dans ce sens.

    Bref, vivement le mois prochain!

    Répondre
    • Flbond
      Flbond dit :

      C’est gentil mon cher Toma ^^, surtout venant de ton talent d’écriture.

      Les différentes tentatives sonores, vibrantes, etc.. ont toutes contribué a ramener le joueur vers le jeu comme tu dis. Et tu me fais penser à regarder ton dossier sur le motion gaming, je passerais ptet sur le sujet.

      Le mois prochain je serais plus sur des anecdotes insolites mais le technique reprendra ses droits ^^

      Merci encore mon petit Toma.

      Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *