cadrepjg2-3

 

 

cadrepjg1-3

 

 

 

FFVIIproto

Un des premiers prototypes de Final Fantasy VII

Final Fantasy VII, le porte-drapeau du jeu de rôle Japonais est passé par plusieurs stades avant de sortir sur la console de Sony. Dans un premier temps, en 1994, il est toujours question de sortir la suite de Final Fantasy VI sur Super Nintendo. Le scénario est à la base, selon les envies de Hironobu Sakaguchi et Tetsuya Nomura, une histoire de détective dans un New York de 1999. Mais les contraintes de développement sur d’autres projets en cours, dont Chrono Trigger, occupant une bonne partie de l’équipe mettent le projet en suspens. Il reprendra en 1995, avec un budget de 45 millions de dollars et une équipe de 120 personnes (on est loin des débuts). L’équipe s’essaye alors à la 3D et s’exprime fortement en faveur d’une évolution franche de la série. Je ne vais pas rentrer dans tous les détails du jeu, car cela prendrait un épisode entier (vous pouvez d’ailleurs en savoir plus sur Sakaguchi via cet excellent article de Koreana). Ce qui nous intéresse plus ici, c’est le pourquoi du passage au CD.

Comme on l’a dit, les ambitions du jeu à venir ne sont plus les mêmes qu’à l’époque de la 2D et un constat s’impose : il faut de la puissance et de la place. De la puissance, la nouvelle console de Nintendo semble en disposer avec ses 64 bit et ses démonstrations fluides d’un T-rex en course. Pour ce qui est de la place, le CD commence à devenir très intéressant. Et contrairement à certaines infos, Square n’a pas attendu de recevoir les kits de développement Nintendo 64 pour établir sa décision mais l’annonce du support cartouche pour celle-ci. Le 12 janvier 1996, après des discussions avec Nintendo, Square annonce son exclusivité pour FFVII.

HY

H.Yamauchi : PDG de Nintendo et râleur professionnel.

Ce n’est que cinq ans plus tard que l’on en apprend plus sur les échanges entre Nintendo et Square. En 2001, Nao Suzuki (PDG de Square) raconte dans le Jounal Nikkei que Square est allé faire part de son intention de transférer la licence Final Fantasy chez Sony, sans exclure de faire des jeux sur Nintendo 64. Ce à quoi Hiroshi Yamauchi leur répond que cette décision les « mènera dans une impasse« . Piqué dans sa fierté, Square recommandera à Nintendo d’aller se faire f… ou avec les formes qu’aucun jeu ne sera plus développé pour Nintendo, et qu’ils pousseront pour qu’Enix passe également à la concurrence. Ce ne sera pas vraiment astucieux et Suzuki le sait. Enix a publié plusieurs softs sur Nintendo 64 et les premiers Dragon Quest ainsi que les éditions Monster seront sur Gameboy. Pour Square, il a fallu attendre la GameBoy Advance et la Gamecube pour retrouver des titres Square chez Nintendo. Cette mésentente avec Nintendo est néanmoins compensée par le succès gigantesque de la série en Occident à partir du VIIème épisode.

ff64-6

Final Fantasy SGI.

Autre idée fixe qui est apparue au début d’internet concernant la démo technique Final Fantasy SGI : C’est ce qui aurait du être Final Fantasy 64. L’information est reprise dans de nombreux journaux, dont notamment Console + et Player One citant en 1995 :

« voici ce que donne la collaboration entre Square et Nintendo sur l’Ultra 64 »

Et même si aujourd’hui beaucoup savent ce qu’il en est, à l’époque le tout était pris pour argent comptant. Il faut dire que le tout tournait sur des stations Onyx de Silicon Graphics Inc. Cela sera une architecture semblable pour la Nintendo 64. En réalité, c’est tout simplement une première tentative en 3D pour Square, qui souhaite au départ représenter un combat jouable à la souris avec des personnages de Final Fantasy VI. Ce n’est que plus tard que Sakaguchi entre autres décide de se consacrer dorénavant à la 3D, et des éléments de SGI seront notamment repris pour FFVII au plus grand désespoir des fans de Nintendo.

4 réponses
  1. greyfox0957
    greyfox0957 dit :

    Passionnant comme le premier mais encore plus fouillé 🙂

    Je dois dire que la longueur de l’article ne m’inquiète plus du tout, tu as trouvé ton rythme et ton niveau d’exigence. Très instructif de comprendre la valse des constructeur de cette époque, bien différente et moins ordonnée que ce qu’on a aujourd’hui où le monde semble divisé en deux couleurs, le vert et le bleu.

    Répondre
    • Flbond
      Flbond dit :

      Merci beaucoup pour ce commentaire grey.

      Je ne sais pas trop si je pourrais toujours trouver des sujets vastes comme celui ci, mais ça a été intéressant de recouper les informations ^^

      Pour la photo de couverture si tu as une idée d’image autre que moi même en photo n’hésite pas. J’ai mis ça car je n’avais pas d’idées.

      Répondre
  2. Yannou
    Yannou dit :

    Très bon article, très recherché avec beaucoup de détail fournis tout au long de cette glorieuse guerre des console qui mettre tout le monde d’accord vraiment un pur régal on a hâte de ton prochain article et de la prochaine photo. J’adore le look de la FM Town Marty elle ressemble à une PS3 par contre son prix fait mal….

    Répondre
    • Flbond
      Flbond dit :

      Merci Yannou, après je vais être honnête les prochains épisodes couvriront moins de contenu pour ne pas finir la chronique dans 1 mois mais toujours avec autant de recherches ^^.
      En tout cas merci beaucoup pour le commentaire et facebook.

      Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *