Un puzzle game – gestion d’une grande complexité, cela ne se refuse pas. Encore moins si on peut le transporter partout ! Et oui, No heroes allowed est bien ce ceux là, sur PSP. Sorti l’année dernière au Etats-Unis, il est prévu pour bientôt chez nous. Dans cette version, nous allons avoir droit à quelques nouveautés, que nous avons pu testé grâce à une démo qui nous a été présenté. Une petite preview pour un jeu drôlement addictif.

Mais pourquoi j’ai mérité une réédition de gameplay, my lord ?


Le niveau qui nous a été donné de jouer

Après les deux épisodes de What did I do to deserve this, my lord!? (vraiment un nom à coucher dehors), le 3ème volet, intitulé No heroes allowed, est confirmé en Europe. Et c’est dans cette optique que nous avons pu l’essayer. Cette petite session de 30 minutes environ, nous ont permis de terminer le didacticiel du titre. Cet opus conserve la même base de gameplay que ses prédécesseurs, rien de plus en perspective et c’est bien dommage. Le but du jeu est toujours, avec une pioche, créer des labyrinthes au fin fonds de la terre pour y caché un seigneur maléfique. Le terrain de jeu se présente comme un espace fiche, divisé en case carré. Chaque case peut être cassé et certaines ont des amènent à des évènements. Création de petits monstres vert, petites bactéries, ou carrément monstre. Le tout est de protéger au mieux votre petit seigneur de la mort qui tue ! Mais protéger contre quoi ? Le valeureux guerrier qui surgit bien sur. Après un temps défini de création du labyrinthe, un guerrier surgit pour achever notre protégé. Il se heurtera alors à nos monstres et devra nous trouver dans un labyrinthe intelligemment construit (online video games)

Non ? Des nouveautés ?

L’évolution des monstres est assez complexe

Des subtilités surviennent cependant à certains moments, notamment la possibilité de faire évoluer ses créature. En effet, après avoir trouvé un petit monstre en creusant le labyrinthe, il est possible de le faire évoluer. Mais attention, nous ne sommes pas dans Pokémon ! Ici il faudra user de l’éco-système du labyrinthe, le but étant de donner matière à évoluer à nos bêtes grâce à des fleurs et autres plantes. Autre subtilité, on peut inonder le labyrinthe avec de l’eau, en cassant des blocs de terres. Ceci est plus un atout technique qu’un nouveau gameplay. Bien que semblant addictif, rien ne nous dit que cet opus saura combler le public. Une répétitivité pourrait s’imposer au fur et à mesure du temps malgré le grand potentiel qui nous ai donné de voir.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *