En position de faiblesse

2Les éléments présentés jusqu’ici peuvent rendre l’expérience frustrante, mais ils servent la gratification de l’investissement du joueur. Tout simplement parce que l’optique des créateurs reste d’être sévère mais juste. Ou plus précisément, le soft donne au joueur une marge de manœuvre, ce dernier disposant ainsi d’assez d’atouts dans sa manche pour parvenir à relever le défi proposé. Ce n’est pas tellement le cas de celui qui lance une partie de Mega Man 9 parce que, doté d’un tir tout simple et de surcroit peu puissant, il doit faire face à un environnement hostile lui demandant de plus une exigence extrême dans son aspect plate-forme. La très sensible Faith est elle aussi une héroïne démunie face à ses adversaires et le reste tout le long de son parcours dans la ville de Mirror’s Edge. De son côté, le chevalier Arthur de Ghosts’n Goblins perd son armure dès qu’il est touché et se retrouve ainsi en caleçon. Le défi reste très corsé, sachant de plus que chacune de ses vies dure trois minutes seulement.

gill

Les jeux de l’âge d’or de l’arcade se servaient ainsi de ce principe de limitation des essais pour en voir le bout, et qui fut longtemps copié sur console. Ainsi, Alex Kidd doit ménager sa monture pour voyager loin dans The Miracle World car il n’a pas la possibilité comme son rival Mario de sauter certains niveaux. Pis encore, le joueur de Contra ne dispose que de trois petites vies en tout et pour tout. L’avènement des Continue et de la sauvegarde ont édulcoré la difficulté du jeu vidéo en général. Parcimonieux, systématique ou automatique, l’enregistrement de la partie permet

d’échelonner la progression. Malgré son immense difficulté, Dark Souls est assez bien pensé pour sauvegarder de façon très régulière, permettant aussi au joueur de sortir du schéma premier consistant à rallier les feux de repos pour sécuriser une zone, et desquels il devra repartir s’il passe l’arme à gauche. Ce que ne fait pas par exemple Dark Chronicle qui demande de parcourir de multiples donjons dans lesquels la route peut s’avérer longue jusqu’aux points de sauvegarde et de régénération. Le titre de Level-5, plutôt coriace, peut ainsi procurer un sentiment de cloisonnement et de frustration s’il oblige le joueur à recommencer depuis le début suite à une mauvaise gestion des combats face à des ennemis qui peuvent tous se montrer embêtants. Heureusement, un petit investissement en termes de levelling et une gestion intelligente du gameplay et de l’inventaire permettent de s’en sortir. Il faut ainsi se montrer patient et passer le déséquilibre défavorable du départ, comme dans The Witcher 2: Assassins of Kings. De plus, aucun ennemi ne se révèle quasiment imbattable, comme ce peut être le cas de certains boss de Versus Fighting. Kintaro hante encore les nuits des joueurs de Mortal Kombat II, tandis que Gill et Seth ont fait hurler de colère ceux des épisodes Street Fighter III.3 et IV. Dans le jargon si spécifique au genre, on parle de personnages “craqués”. D’aucuns diront “insupportables”, comme peut l’être l’apparition de Mike Tyson au bout du périple de la version éponyme de Punch-Out. Le boxeur américain se révèle un vrai bourreau pour le joueur et peut l’envoyer au tapis en deux temps, trois mouvements, gâchant alors grandement le plaisir d’être parvenu jusque-là.

3 réponses
  1. Delnics
    Delnics dit :

    Pour les premiers genre de jeux, ça dépend clairement où l’on veut situer son curseur. Par exemple, je sais que la majorité du temps, j’aime bien faire le jeu une première fois dans une difficulté pas trop simple mais tout de même abordable. Et ensuite, si possible, refaire le jeu d’un façon plus « hardcore » en maitrisant bien le gameplay et/ou le level-design.

    Après pour les jeux à la difficulté artificielle donc mal dosée… Je crois que Menehan pourrait mieux en parler que moi xD

    Répondre
  2. Le serpent
    Le serpent dit :

    AHAHA j’aime ta conclusion Delnics.
    Et je suis comme toi : je refait le jeu en hardcore une fois le mode normal fini, et qui plus est, bien plus tard.
    Histoire de me refaire un jeu, mais avec quelque chose de différent tout de même

    Répondre

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] préalablement battues et recrutées, ou encore la certitude de ne jamais voir d’’écran Game Over (une défaite en combat a pour conséquence de vous ramener au dernier point de sauvegarde, avec […]

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *