Un héritage difficile à assumer

Splinter-Cell-Pandora-Intro-300x253Cependant, les opus qui prirent la suite de ce brillant jeu de plate-forme firent plutôt de la surenchère, se reposant beaucoup voire trop sur les principes de gameplay établis par le premier volet. Ubisoft a malheureusement souvent été coincé dans cette dangereuse équation “1+1=1.5”. Le mode solo de son Splinter Cell: Pandorra Tomorrow a un très fort goût de déjà-vu, confinant à l’add-on. De même, Assassin’s Creed: Revelations, s’il apporte une conclusion à la saga d’Ezio et des éclaircissements sur l’univers de la saga, commençait à la faire tourner en rond. Cela dit, le troisième épisode canonique était en préparation et assurait un avenir à la franchise, chose dont n’a pas pu profiter un Viewtiful Joe 2 bien moins inoubliable que son grand frère car trop ressemblant. Plus généralement, la série au long cours a l’avantage de garder une structure pouvant se développer sur le tard, de façon approfondie, grâce à un cadre déjà posé et sans avoir à tout révolutionner ou à tout reconstruire. Mais le revers de la médaille est notamment de savoir avancer dans la continuité, sans décevoir les fans, tout en incluant les avancées techniques et de gameplay, et ce pour faire face à l’audace de la concurrence.

C’est certainement ce qui est arrivé à Pro Evolution Soccer 6 qui, malgré les bonnes critiques reçues ça et là, contenait en substance ce qui allait faire le déclin de la série de Seabass, à savoir une orientation arcade trop prononcée, des défenses à la rue et des attaquants inarrêtables. La tentation de la surenchère est donc grande dèspes6pc00b lors que l’on reprend une saga aux codes bien établis. Plus de monstres, plus de mondes, plus de peur, plus de ceci, plus de cela, ne font qu’amener vers une parodie de l’épisode précédent. Quoi que l’on puisse dire d’eux, notamment sur leur prix, leur intérêt et la politique commerciale de leurs éditeurs, les DLC ont au moins pour eux de s’assumer comme tels, portant bien leur nom et évitant celui de “suites”.

2 réponses
  1. Le serpent
    Le serpent dit :

    Stop aux suite annuelles de type Call of Duty !
    Vive les nouvelles licences aussi ! On veut plus de heavy rain, LA Noire, Bayonetta, et compagnie !

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *