Comment rebondir sur une réflexion depuis un test de Zelda sur DS ? Facile ! Aborder le cel shading ! De tous les styles graphiques, le cel shading est vraiment à part. Sans doute celui qui divise le plus les joueurs quant à son appréciation, on l’adore ou on le déteste, mais une chose est sûr : il ne laisse personne indifférent. Certains jeux l’ont employé à outrance, d’autres avec plus de finesse, et quelques uns à la perfection, et c’est surtout de cela que nous allons parler ici. A noter que cette innovation est longtemps rester la dernière en terme d’affichage graphique. Elle fut dépassé récemment par le « face-scan » de L.A Noire, à mon humble avis, même si ces deux procédés sont diamétralement opposés

L’ombrage de celluloïd

Et voici comment on transforme un mordèle 3D simpliste en un dessin stylé

Parlons un petit peu technique voulez vous ? Cette appellation de celluloïd peut sembler barbare mais c’est pourtant la traduction francophone de cel shading. Et oui. Cel pour celluloïd et shading pour ombrage. Qu’est ce que cela signifie ? Il s’agit tout simplement d’un modèle d’éclairage non photo-réaliste utilisé en synthèse d’image. En résumé, cela permet de générer des images à l’aspect « cartoon ». Oui mais çà on le savait déjà monsieur ! Le procédé permet par exemple de mieux travailler les expressions des personnages, il utilise une palette de couleurs réduite comme les dessins animés et le rendu à l’écran se caractérise par des contours très marqués (qui a dit DBZ Budokai?). A noter que le style est parfois appelé toon shading, chez nos amis les ricains. Expliqué ainsi cela peut paraître simple puisque les polygones et couleurs sont basiques. Pourtant son travail est assez compliqué et différentes méthodes permettent d’obtenir un cel shading en 3D temps réel. Certaines d’entre elles utilisent les fonctions de bases présentes sur toutes les cartes graphiques, tandis que d’autres font appel à des extensions plus récentes comme les pixels shaders, et ne me demandez pas ce que c’est exactement ! Mais toutes ces méthodes ont en commun l’addition de deux effets : le tracé des contours du modèle 3D et le seuillage des ombres, c’est-à-dire le remplacement des ombres en dégradées par une succession de niveaux de gris. Le cel shading est donc un mode de rendu très gourmand en ressources CPU et GPU puisque les graphismes doivent être affichés en plusieurs étapes. Comment cassé le mythe de « cel shading = féniantise graphique ».

2 réponses
  1. Delnics
    Delnics dit :

    Je me souviens encore de mon achat de Jet Set Radio sur Dreamcast, et je dois avouer que c’est en parti ce style qui m’avait attiré à l’époque.
    Quant à TWW, ça reste l’un des meilleurs Zelda pour moi et l’aspect graphique donne un charme supplémentaire certain au jeu.

    Répondre
    • Le serpent
      Le serpent dit :

      Comme je le dis, pour moi aussi ce Zelda est une pure bombe. Bien que ce soit par l’aspect graphique, çà a permis à la série de se renouveller, alors que la quête d’hyrule, mont goron, les zora….. On en avait fai le tour !

      Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *