[REFLEXION] Le Versus Fighting: la quintessence du gameplay ?

Essayons de défendre le point de vue selon lequel le Versus Fighting est le genre de jeux vidéo qui transfigure le plus ce que l’on nomme « gameplay ».

Mais qu’est ce que le gameplay ?

Le gameplay de GTA est par exemple très riche.

En préambule, il faut définir clairement ce fameux terme de « gameplay ». Sans équivalent dans notre belle langue de Molière, il est souvent traduit en « jouabilité », ce qui est réducteur et donc pas totalement vrai. Il est plutôt reconnu comme « désignant globalement l’expérience procurée par un jeu vidéo qui intègre le mode de jeu, l’ergonomie, les règles de jeu et bien d’autres paramètres » (définition donnée par IG Magazine). Wikipedia dit quant à lui que « le gameplay serait les règles du jeu, la manière dont le joueur est censé y jouer, la fluidité de ces règles une fois appliquées à l’environnement du jeu, et également la manière dont le joueur peut jouer, les possibilités offertes par l’environnement (on peut parfois découvrir une possibilité d’action qui n’était pas prévue par les programmeurs mais toutefois permise par l’environnement et l’ensemble des règles) ». En somme, il s’agit là d’un terme recouvrant plusieurs significations, mais il se détache clairement quatre grandes composantes: jouabilité, maniabilité, difficulté et expérience. Nous allons alors tenter de voir point par point jusqu’où les jeux vidéo de combat transfigurent le gameplay, peut-être encore plus que les autres genres.

Jouabilité

Soul calibur ou le gameplay lié à une arme blanche.

Pour ce qui est du nombre de possibilités offertes au joueur, le Versus Fighting n’est clairement pas en reste. Chaque bouton, et quasiment chaque association direction-bouton dans le cas de la série Soul Calibur, donnent lieu à un mouvement différent et lié à l’idée sous-jacente à la commande. Des simples coups de base aux combos dévastateurs, en passant par les palettes de mouvements longues comme le bras dans Soul Calibur par exemple, ou encore la quasi-exhaustivité des styles de combats offerts par les Street Fighter et autres King of Fighters, il y a de quoi satisfaire et occuper tout le monde, et pour longtemps. Accessibles et d’apparence simple, les (bons) jeux de combat proposent une marge de progression énorme et une durée de vie conséquente. Sur tous ces points, le Versus Fighting n’est peut-être pas meilleur que les RPG ou les STR, cependant. En somme, une infinité de choses sont possibles et « jouables » dans un jeu de combat.

5 réponses
  1. Le serpent
    Le serpent dit :

    Street fighter 2 restera à jamais gravé dans ma mémoire, tout comme soul calibur 2.
    Les jeux de combats redeviennent à la mode grâce à street 4 et c’est temps mieux !

    Par contre, ne crois tu pas qu’il y a une certaine stagnation ? Toujours une barre de vie, ou de fatigue. pourquoi ne pas crée un vrai scénario approfondi et de nouvelles mécaniques de gameplay ?

    Répondre
  2. Totof
    Totof dit :

    On pourrait, en effet. Mais l’intérêt réside aussi dans la simplicité du duel, à mon avis. Il y a déjà bien à faire avec tous les coups, les combos, les frames, etc. L’essence est dans l’affrontement basé sur des règles simples.

    Répondre
    • Le serpent
      Le serpent dit :

      Pour les jeux actuels, j’arrive pas à expliquer pourquoi, mais il me faut de l’immersion
      Alors si on garde le même gameplay, mais avec un scénar, je serai aux anges

      Fight night à fait ca dernièrement, et même si ca fait série B, ben j’adore

      Répondre

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] des atouts principaux du père fondateur du VS Fighting – titre sujet à caution, puisque d’une part il existe dès le début des années 80 des […]

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *