La recette TellTale : Neo Point’n Click ?

Featured13-642x360Et c’est par ce terme fourre-tout et générique à souhait que j’ai décidé de désigner cette mouvance toute contemporaine des jeux façon TellTale Games. On frôle l’abus de langage puisque l’on ne point & clique plus vraiment, le personnage principal étant incarné par le joueur et dirigé à la manette, mais on retrouve pourtant indéniablement l’essence du genre, son ADN dans les modes opératoires de cette mouvance. Et, n’ayons pas peur de le dire, cette évolution est liée à…? Une optimisation de l’interface, bravo!! Et si le Point’n Click oeuvrait dans la disparition du texte, le Neo Point’n Click tend vers une disparition de l’interface même, une intégration de ce dernier toute en souplesse afin qu’il ne soit plus visible, qu’il ne fasse plus écran entre le joueur et l’action. Néanmoins, paradoxalement, on retourne à des choses finalement assez binaire, des choix à embranchements réduits, tant dans les dialogues que dans les actions elles-mêmes. Et tout aussi paradoxalement, si le texte a fini par disparaître, c’est néanmoins la narration qui reprend le dessus, d’une façon très analogue aux premiers jeux d’aventure textuels. La boucle est bouclée. Cette dimension littéraire est d’autant plus explicite dans l’excellent Life Is Strange de Dontnod Entertainment, où la voix intérieure de l’héroine vient commenter et contextualiser chaque action du joueur.

beneath-a-steel-sky-pc-windows-screenshots__64_0.png (1)

Le neo point’n click est-il une évolution naturelle du genre dans son entier ou une simple adaptation du genre aux supports console ? Je vous laisse seuls juges. Je pense que ce n’est pas le remplaçant de son pendant classique, mais plutôt son héritier, et se pose comme une alternative, une intéressante somme post-moderne de toute l’histoire du genre, de ses racines textuelles à son évolution vers la disparition du texte. Le Point’n Click est désormais un genre aux codes posés, et potentiellement immuables, de par sa dimension « entière », indivisible, un genre rétro par définition, ce qui n’empêchera en aucun cas l’apparition de nouveaux classique du genre, comme nous l’a prouvé la série des Chevaliers de Baphomet avec son récent chapitre la Malédiction du Serpent.

toma überwenig

 

7 réponses
  1. Le serpent
    Le serpent dit :

    Salut mon petit !

    J’ai aimé ton article !
    Pour le terme néo point&click, je ne suis pas contre pas d’accord car, effectivement, on ne pointe plus et on ne clique plus dans les aventures Telltales.

    Je préfère donc le terme « d’aventure visuelle ».
    La boucle est bouclée !

    Répondre
  2. Toma Überwenig
    Toma Überwenig dit :

    Merci chef bien aimé!

    Tu mets le doigt sur un point important et pertinent.
    Néanmoins (bite en plus^^) on « click » bien dans les Telltales, à la façon des point’n clicks modernes. Certes, on a le contrôle du personnage, mais même si c’est le bouton de la manette qui est cliqué, on reste dans une démarche plus qu’analogue, avec système d’icones, et l’on « pointe » avec le personnage directement. Les étapes ne sont plus dispatchées de la même façon mais l’essence, à mon avis, demeure.
    J’aurais dû parler peut-être de post-point’nclick, dans un sens… Mais aventure visuelle, ne serait-ce que pour l’écho à l’aventure textuelle, et le cycle que ça laisse supposer, me plait bien 😉

    Répondre

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] de Machinarium ! Oui et puis surtout son fantastique microcosme mécanique ! Comment un petit point’n click 2D développé en flash par un modeste studio tchèque s’est-il imposé dans mon esprit face aux […]

  2. […] un passage obligé sur les jeux en pointer-et-cliquer […]

  3. […] – que le mythique Zak McKraken a redébarqué sur nos appareils contemporains, pure perle du point’n click absurde portant la marque de LucasFilm Games. On a pu goûter il y a peu à une refonte de Grim […]

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *