Empire State contre Chrysler Building

Plan large sur lequel on peut admirer l’Empire State à gauche et le Chrysler Building à droite.

On pourrait croire que les deux buildings sont sans rapports avec Metal Gear, et pourtant ils sont symboliquement très présents. La première référence à ces deux batiments, ce qui constitue sans doute le niveau le plus littéral de l’analyse, se trouve dans une conversation Codec entre Raiden et Rose. Il s’agit de cette conversation où Raiden se souvient enfin du jour de l’anniversaire de sa rencontre avec Rose. On y apprend qu’ils se sont connus lorsqu’un groupe de japonais demandait à Rose quel building Godzilla avait escaladé dans le film se déroulant à New York, celle-ci répondait sans conviction l’Empire State. C’est à ce moment que Raiden serait arrivé en affirmant (à raison) que c’était le Chrysler Building et que l’Empire state était en fait dans King Kong. Raiden se souvient ensuite qu’ils s’étaient disputés autour de cette histoire pour finalement terminer la journée ensemble à visionner les deux films pour savoir qui avait raison.

Un building plus petit qu’on l’imagine mais tout de même très impressionnant.

Mais selon les dires de Kojima lui même, ces deux édifices, si on les rattachent aux deux grands monstres qui les escalades, King Kong et Godzilla représentent en fait symboliquement les deux protagonistes principaux de MGS2. Snake est une création humaine, aberration de la nature issues de modifications génétiques engendrées par la folie des hommes, la bombe atomique, et s’identifie donc parfaitement à Godzilla. Raiden au contraire est un pur produit de la nature que la folie humaine a conduit à devenir un monstre sanguinaire –  prisonnier des hommes, il ne peut se libérer que par la violence – il s’agit là du portrait craché de King Kong. Ces deux personnages se trouvent être liés par la ville de New York, théâtre de leur fin tragique – notez ici que la version originale de Godzilla place son intrigue à Tokyo mais que le remake américain qui fait foi ici se situe bien à New York. Ainsi les deux hommes, Snake et Raiden se voient chacun mourir, comme leurs homologues monstrueux en faisant face à l’humanité qui souhaite les détruire, mais également renaître avec une meilleure connaissance d’eux-même. Raiden découvre donc qu’il peut décider lui même de son futur tout en gardant le passé à l’esprit et Snake atteint le statut de maître pour la génération qui suit (celle que les jeunes joueurs incarnaient à l’époque).

2 réponses

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] jeu vidéo et nous n’avons pas été les derniers à en parler, avec une réflexion par ici, un rétro-portage par là. Un thème si récurrent et si fort que la collection des Cahiers du Jeu Vidéo a décidé […]

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *