arton11

La Xbox One et la PlayStation 4 sont sorties, respectivement les 22 et 29 novembre 2013, marquant ainsi le début d’une nouvelle génération de consoles. L’occasion pour nous d’analyser à froid, et avec le recul, celle qui va laisser peu à peu sa place, la fameuse next-gen, qui va par la même devenir rétro. Et de se rendre compte à quel point elle laissera un souvenir paradoxal et doux-amer.

Les consoles et les jeux ont-ils encore une identité?

Carte-IDOn a tendance à penser, et à juste titre, que ce qui fait une machine, c’est sa ludothèque. Quand les consoles des précédentes générations se créaient une identité avec des catalogues spécifiques composés de licences exclusives, la Xbox 360 et la PS3 ont partagé la plupart des titres. FIFA et PES pour tout le monde, et des jeux racés très (trop?) peu nombreux pour définir une véritable allure à l’une et à l’autre. Et quand l’on sait que le PC, machine en perpétuelle évolution, a finalement supplanté sur le plan technique les consoles HD (comme leurs devancières en leur temps), et a proposé de très nombreux portages moins chers tout en se dotant d’une jouabilité manette facilement accessible, on se demande ce qu’est devenue l’offre spécifique console. Le jeu vidéo a profondément changé avec cette génération. C’est souvent vers la composition de la communauté et les services en ligne qu’il faut se tourner pour déterminer son choix parmi les deux machines. Parce que c’est sur ces offres, respectivement le Xbox Live et le PSN, que le nerf de la guerre se situe désormais. A côté des jeux triple A à tire-larigot et vendus à des prix élevés, le jeu indépendant y a trouvé pignon sur rue, les utilisateurs des prix intéressants, tout en donnant de l’eau au moulin de politiques commerciales nouvelles et encore craintes (DLC, abonnements, DRM, format épisodique…). Jouer sur sa console n’a plus la même signification, ni la même saveur : on attend que la mise à jour se termine, que le titre s’installe sur le disque dur, on perd du temps à ne pas s’amuser en fait. On peut même se demander si ce support, en évoluant pour devenir un outil multimédia avec une architecture proche de l’ordinateur, n’a pas compliqué les choses et détruit un peu le jeu vidéo tel qu’on le connaissait. D’ailleurs, quel regard les joueurs qui ont grandi avec le médium des années 90-2000 porte-t-il sur lui ? Comment le marché va-t-il évoluer pour les garder avec lui ? Que deviendra le solo ? Pourquoi par exemple faire du multi quand cela ne s’impose pas ?

Coquilles vides et gameplays innovants

383126088_1c7a88a7ab

Parce que s’il est une chose avérée, c’est le succès d’estime qu’ont rencontré les jeux de la scène indépendante. Ces titres peu onéreux et empruntant souvent au folklore de l’âge 2D ont avant tout basé leurs mécaniques sur un gameplay intelligent et une esthétique indémodable pour rencontrer le succès qui a été le leur. Voilà un paradoxe bien criant de cette génération qui avait pour but initial de proposer du jeu en haute définition. Dire qu’elle a complètement échoué dans cette entreprise serait toutefois hasardeux voire de mauvaise foi, quand on connait notamment les prouesses réalisées par des titres comme Red Dead Redemption, Grand Theft Auto V ou The Last of Us. Mais à côté de cela, il y a beaucoup de controverses, d’inachevé, de contre-pieds. Assassin’s Creed, malgré sa promesse d’open world, se noie dans des versions annuelles, un monde creux et un gameplay finalement très limité. Le très attendu Metal Gear Solid 4 n’a pas eu la résonance de ses devanciers, ni su choisir de façon responsable son orientation finale. Certains observateurs ont critiqué le gameplay pauvre de Heavy Rain, alors que The Walking Dead a ému la quasi-unanimité. Dishonored et Mirror’s Edge, malgré leurs concepts d’infiltration intéressants voire novateurs, ont lassé sur la durée. La saga Prince of Persia s’est perdue dans les sables de la facilité et les doutes sur la capacité de renouvellement de la franchise Darksiders sont permis. Il y a en filigrane un manque d’audace et de courage dans cette génération, comme cette fin de Mass Effect 3 qui a dû être changée suite aux protestations de nombreux joueurs. Plus généralement, les gamers ont reconnu les qualités de jeux dits old school, parmi lesquels Street Fighter IV, Super Meat Boy, Bayonetta, Max Payne 3, Rayman Origins, Fez et Braid. Et ce n’est pas une question de nostalgie, des mécaniques efficaces même datées le restent et l’on a souvent dû s’en contenter, à défaut d’une offre conséquente de titres bien écrits ou empreints d’une sensibilité qu’on a peu revue depuis la fin de la PS2, ou qui ont eu le mauvais goût de ne pas être à l’heure (The Last Guardian).

3 réponses
  1. Toma Überwenig
    Toma Überwenig dit :

    Belle réflexion, qui tape cruellement juste quant aux manquements de cette génération en terme de respect du joueur (les modèles économiques scandaleux, la fuite en avant dans l’escalade graphique au mépris de l’essence du vidéoludique…etc).
    Je vais certainement investir malgré tout dans une console next next gen, probablement la PS4, un peu par principe et pour une question de prix, mais sans me faire d’illusions, simplement pour pouvoir profiter des titres à venir, car je me sens peu concerné par l’escalade HD, et au vu des premier retours, le 1080p à 60fps n’est pas encore d’actualité, des titres comme le pourtant attendu Knack peinant à maintenir du 30!
    Mais la vraie question à laquelle répondra peut-être Le Serpent est : mais où sont les gemmes de cette génération ? Parce que là, j’ai beau me creuser…

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *