Rebrancher sa PS2 et rejouer à Pro Evolution Soccer 3, près de huit ans après sa sortie (automne 2003), permet de juger de l’évolution des jeux vidéo de football, d’apprécier ce qui a été apporté et de s’apercevoir également qu’on n’a peut-être pas fait mieux depuis…

Un duel éternel s’alternant

Un duel éternel… ou pas ?

Alors, soyons clairs tout de suite, sous peine de passer pour des réactionnaires et des provocateurs. D’une part, on parle de jeux vidéo de football, avec tout ce que cela sous-entend en termes de plaisir manette en main, et pas forcément de pure simulation. Parce qu’il est clair que la série FIFA a fait mieux depuis en termes de photo-réalisme, de retranscription des mouvements collectifs et des joueurs non concernés par le ballon, et des animations. FIFA est devenue une meilleure simulation de football ; mais est-elle pour autant un meilleur jeu vidéo de football ? La question mérite d’être posée, tant les moutures 08 à 11 demandent de l’investissement personnel et surtout, souffrent des cruels défauts de la prépondérance du physique, des batailles au milieu de terrain, d’une latence frustrante (déclenchement des passes et des tacles en particulier), de constructions offensives longues et pénibles et d’une physique de balle encore approximative. Même si la tendance est au rattrapage, et que l’opus 2011 a montré une progression certaine, PES s’est perdu depuis de nombreuses années et a accumulé du retard, avec notamment ces supers joueurs introduits lors de l’épisode 6, ces latéraux mal placés et ces animations qui piquent les yeux. D’autre part, nous ne rentrerons pas dans le sous-débat « Quel est le meilleur PES de l’Histoire? », acceptant que les deux opus les plus marquants sont le 3 et le 5 (en se basant sur leur succès critique et publique), ce dernier accusant un déséquilibre défense>attaque, des offensives un peu systématiques (faire tourner la balle avant de lancer en profondeur l’ailier démarqué par le fait que le latéral est attiré par le porteur du ballon) et un jeu trop souvent haché, gâché par des crocs-en-jambes répétitifs.

7 réponses
  1. Le serpent
    Le serpent dit :

    Pro évolution soccer 3, une légende… Même si personnellement j’ai préféré le 5.

    Sinon je trouve FIFA 11 monstrueux, représentant tout ce que je recherche dans un jeu de foot : le réalisme à outrance et un gameplay profond qui reste néanmoins accessible.
    FIFA 11 le meilleur de tout les temps pour moi, en qualité pure et sans le remettre dans sont contexte je précise

    Répondre
  2. Totof
    Totof dit :

    Les FIFA, j’ai arrêté et pourtant, j’aime le côté simu. Mais là, c’est trop frustrant et il leur manque un côté péchu qui en ferait de meilleurs jeux vidéo. Comme si l’avant-dernière passe ou la dernière passe était vouée à l’échec. Pour un joueur comme moi qui n’utilise le dribble qu’en cas d’extrême nécessité, je trouve ces jeux pénibles et frustrants.

    Répondre
    • Le serpent
      Le serpent dit :

      Ok, il faut de tout pour faire un monde. En tout cas, moi, qui suit intensément tous les championnats d’Europe, j’ai jamais aussi pris mon pied.

      Un tel degré de réalisme, en constante évolution qui plus est, je ne demande que çà après tout^^

      Répondre

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] « Un regard sur les jeux de football » sur le site Le Serpent […]

  2. […] ce gameplay si particulier et difficile à définir, ce que certains qualifient très justement de feeling « jeux […]

  3. […] équilibre n’est peut-être pas ce qu’il a été lors de l’ère PS2 – quand on sait l’orientation très réaliste prise par les deux seules séries encore vivantes, il demeure toujours cet […]

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *