First

Le PC a toujours accueilli des genres de jeux très particuliers et parfois uniques au support, inséparables du fameux duo clavier et souris. Tous ne connaissent pas nécessairement un grand succès commercial mais il arrive souvent qu’ils marquent une génération, parfois oubliée, certes, mais toujours présente et suffisamment active pour vous rappeler qu’ils existaient et que franchement, c’était cool. On pense notamment au hack’n slash qui bien que peu répandu, retrouve quelque peu ses lettres de noblesse avec des titres tels que Diablo III et Torchlight II. En revanche, on songe beaucoup moins à ces jeux de stratégie en temps réel, narratifs et centrés sur uniquement quelques personnages et non pas une armée comme vous auriez pu le croire en lisant ces premiers mots. Des jeux tels que Desperados : Wanted Dead or Alive ou Commandos ne vous rappellent-ils vraiment rien ? Bon, je sens qu’une petite explication s’impose.

Bons et Durs

"Dans la brume électrique"

« Dans la brume électrique ».

Tout d’abord, commençons par les évidences, il s’agit d’un genre disparu aujourd’hui car quelque peu élitiste. Soyons clair, à partir du moment où vous relancez dix à cent fois une sauvegarde pour tenter de terminer la mission imposée, on ne peut qu’affirmer qu’il s’agit là d’expériences difficiles pour ne pas dire traumatisantes.Car oui, ces jeux sont durs, tout simplement parce-que leur gameplay est assez exigeant. Ce sont en général des titres qui nécessitent de gérer plusieurs personnages simultanément sans pourtant profiter de la souplesse d’un jeu d’action. Souvent en 2D isométrique, accompagnés de sympathiques graphismes dessinés au crayon ou au pinceau pour attirer  tout de même le chaland, ces titres là pouvaient en effet maintenir le joueur en dans un état de tension avancé pendant de longues minutes, des heures parfois, pour ne pas vous mentir. Ici, pas d’esquives, pas de tirs instantanés, tout ça, c’est pour les débutants.

Non, il est nécessaire de préparer vos actions à l’avance tout en gardant un oeil sur ce que vous réalisez au même moment. Et si les premiers niveaux vous paraissent faciles, c’est que vous ne contrôlez qu’un ou deux personnages. Dès lors que quelques compagnons rejoignent votre équipe, la récréation est terminée. Faire avancer le premier tout en autorisant le second à faire diversion pour permettre à un troisième de se cacher sans se faire attraper par la garde ou éveiller l’attention de bruyants civils, voilà le genre de tactiques qu’il vous faudra mettre en oeuvre pour traverser sans encombres une zone bourrée de soldats prêts à vous sauter dessus. Ajoutez à cela le fait que votre barre de vie n’est qu’un détail esthétique pour vous rappeler que quelques balles suffiront à abattre votre protagoniste, sachant que sans lui et ses capacités propres, vous ne pourrez accomplir votre mission, et vous aurez un aperçu du challenge que vous vous apprêtez à relever. Oui, ces jeux là sont impitoyables, oui, ces jeux là vont tester votre patience et mettre vos nerfs à rude épreuve. Mais le plaisir demeure car le joueur qui aime l’infiltration ne peut que jubiler devant ces expériences qui vont exiger de sa part technique et anticipation. Bref, on peut vraiment avouer que ces titres là sont uniques, très calibrés et ne connaissent pourtant de nos jours que très peu de reconnaissance.

1 réponse
  1. Le serpent
    Le serpent dit :

    J’aime ce genre de réflexion pleine de nostalgie !

    Pour ma part, je ne suis jamais allé plus loin que le second niveau de Commando.
    Et pourtant j’aime le challenge !

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *