Tu ne le sais pas, mais tu es déjà mort

Il faudra penser son gameplay en paire de stances plutôt qu’en bras gauche/bras droit. Plus précisément, par la touche L1, on alterne entre deux styles de combat, customisables depuis l’inventaire. On pourra par exemple attribuer d’un côté une posture magie en main gauche associée à une arme à droite, et de l’autre un bouclier pour les phases nécessitant une approche plus prudente, même si la parade et le contre, manœuvres risquées s’il en est, sont possibles. Dans le premier des cas cités, il faudra attribuer des sorts et dans le second, des charmes qui offrent certains bonus. On retrouve les coups faibles et forts, via respectivement les touches carré et triangle, ce qui nécessitera plus ou moins d’endurance et causera plus ou moins de dégâts. On retrouve évidemment la fameuse roulade, même dans ce schéma 2D, qui permet de passer derrière les adversaires et bénéficie de frames d’invincibilité. Tout ceci sert un gameplay qui marie observation et nervosité, et qui procure une vraie sensation de découpe et d’impact dans les coups. Le joueur se doit surtout d’être vigilant à ne pas encaisser trop de dégâts, ou à ne pas abuser de la magie, sous peine de voir respectivement ses barres de vie et d’endurance baisser.

14867247367_017c24c562_b

Grossièrement, on pourrait donc dire que Salt and Sanctuary puise fortement (trop?) dans le système des Souls, tout en empruntant aussi sa structure plateforme à Metroid et Castlevania. Cela se ressent d’autant plus à la vue des corniches hors d’atteinte avant d’avoir bien évidemment débloqué la capacité nécessaire, comme ces piliers qui permettent d’inverser la gravité. Très intelligent, le titre de Ska Studios sait aussi poser son ambiance sanglante, tant avec ses nombreux pièges mortels et ses bruitages qu’avec ce nuage de sel omniprésent et cette direction artistique -que d’aucuns pourront critiquer- mais qui participent à lui offrir un peu d’identité, tant on pourrait lui reprocher de trop pomper ses idées sur ses modèles. Quoi qu’il en soit, le contenu de Salt and Sanctuary est profond, avec notamment une durée de vie importante (une bonne vingtaine d’heures) et une replay-value conséquente. On regrettera surtout cette traduction française complètement ubuesque, faite à l’arrache via un vulgaire moteur de recherche et qui dépasse tout ce qu’on peut imaginer. Ken le Survivant a des soucis à se faire. Dommage, parce que Salt and Sanctuary est plus bavard et moins cryptique qu’un Souls dans la délivrance des éléments de son lore.

A retenir

Si vous cherchez un palliatif à l’attente insupportable du futur Dark Souls 3, ou si vous êtes en manque de metroidvania, le titre de Ska Studios est un traitement tout indiqué. Une thérapie qui demandera bien évidemment de l’investissement avec une difficulté au rendez-vous et une implication du joueur nécessaire pour comprendre et maîtriser le gameplay. Salt and Sanctuary est plus qu’une excellente surprise développée par deux personnes seulement: c’est surtout un très bon jeu qui mérite toute votre attention.

Informations sur le jeu

Plateformes : PS4 – PS Vita

Genres : Metroidvania – Souls-like

Développeurs : Ska Studios

Éditeurs : Ska Studios

Date de sortie : 15 mars 2016 

2 réponses

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *