D’aventures en aventures

65675-wonder-boy-in-monster-land-amiga-screenshot-you-must-see-thisAprès ces quelques lignes, il est relativement apparent que votre dévoué scribouillard ne fait guère cure des scénarii, et que pour lui seuls comptent les mécanismes de jeu….j’en vois quelques uns qui esquissent un rictus que n’aurait pas renié Alex DeLarge à l’idée de dégainer leur arme secrète : « oui mais dans ce cas, que dire des jeux de rôle et d’aventure ? Eux sont bien obligés de proposer un scénario dense et touffu par leur nature même de jeu d’aventure ! ». Alors, avant qu’ils ne commencent à indûment triompher, je leur réplique que même ces jeux n’échappent guère aux règles usuelles du jeu vidéo dans son absolu : ce que vous prenez pour un scénario n’est finalement que la déclinaison inhérente à ce type de jeu mais qui ne diffère guère de l’exposition évidente de mécanismes de gameplay dont fait montre tout type de jeu quel qu’il soit ! Que le noble chevalier doive aller quérir un artefact afin d’être en mesure d’invoquer l’esprit des cieux qui seul lui révélera comment vaincre l’ignoble guerrier ennemi…n’est pas si différent du fait que le vaillant baroudeur de rue doive foutre son poing dans la vilaine bobine d’un punk en latex afin de pouvoir enfin quitter la rue pour mieux s’introduire dans l’entrepôt où l’attend le maître en arts martiaux corrompu qui lui a piqué sa fiancée !

Oui mais alors finalement aucun jeu n’a donc de scénario ! Ne serait-ce pas un peu absurde voire carrément nihiliste comme conclusion ? Fort possible. Mais telle n’est précisément pas la conclusion de cette bafouille. Si à mon sens un jeu se doit avant tout et surtout d’apporter des mécanismes ludiques et techniques dignes de ce nom, est-il nécessaire d’avoir une histoire ? Ne soyons pas vache : un minimum de cadre n’est jamais un mal.Car de ce cadre doit naître la volonté du joueur de s’adonner au titre en question. Mais si aucun jeu n’a de scénario à la base, il faut réellement conclure en démythifiant une idée reçue. Le seul scénariste du jeu vidéo, c’est le joueur. Car lui seul écrit la destinée de ses personnages. Lui seul décidera de l’issue du jeu.Aussi, c’est bien le joueur et lui seul qui peut se targuer ou pas de nantir le jeu d’un scénario véritable. Link parviendra-t-il à vaincre Ganon et se hissera-t-il au rang de légende vivante, ou ne sera-t-il qu’une mention à l’ordre des guerriers tombés au combat ? Ryu deviendra-t-il le champion incontesté des pratiquants d’arts martiaux ou finira-t-il au tapis, la défaite amère ? Samus vaincra-t-elle Mother Brain ou l’Alliance Galactique devra former un nouvel agent de terrain ? Dana retrouvera-t-il le sceau de Solomon ou les démons envahiront-ils notre monde ? Cela, même les prétendus ou auto-proclamés scénaristes du monde du jeu vidéo ne pourront le déterminer, car ils n’ont aucune prise sur le dénouement de la lutte de l’homme face au programme. Seul vous êtes en mesure d’agir ainsi !

Metroid_fin_2

Pour achever donc sur une note loin de toute pensée nihiliste donc, s’il n’y a pas de scénaristes dans le jeu vidéo, nous sommes tous scénaristes de nos exploits ! Et finalement, n’est-ce pas là suffisant, et l’une des composantes qui pourraient participer, au delà de la question de l’importance de l’histoire dans les jeux vidéo, à tenter de définir ce loisir pour revenir à l’interrogation première de ce texte ? Car si le spectateur ne décide pas de qui vit ou meurt au cinéma, le joueur a toutes les cartes en main pour précisément faire de la sorte dans un jeu vidéo. Alors tant que les jeux sauront apporter leurs mécanismes, il y aura toujours un public pour tenir les rôles de héros et de scénariste. Et plus on répète ses scènes, plus le scénario aura des chances d’être complet et de finalement se confondre avec la fin même du programme…Aux programmeurs l’histoire et l’inventivité, aux joueurs le pouvoir de décider, et que l’harmonie soit !

Yacine Yace Djebili

2 réponses
  1. Toma Überwenig
    Toma Überwenig dit :

    Aaaah, le cherrypopping sauce LSR du grand Yace!

    Approche du scénar très Miyamotienne dans l’âme (et un poil partiale quant au RPG^^), et qui met le doigt sur un aspect auquel je suis sensible, comme tu pourras le lire bientôt (teasing, quand tu nous tiens!).
    Car blabla sans plaisir de jeu n’est que prout. Voilà tout.

    Répondre

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] paraissait à la base. Si vous avez lu l’excellent texte de notre Yace bien-aimé sur la fonction du scénario dans le jeu vidéo, vous devez déjà me voir venir avec mes gros sabots, à plus forte raison si vous avez en plus, […]

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *