GAMEPLAY

shenmue-qteQTE, ça vous parle? Mais si Heavy Rain, God of War, Azura Wrath, j’en passe et des meilleurs. Ce fameux système qui vous fait jouer par combinaison de touches alors que l’action se déroule déjà sous vos yeux. Si la pratique a vraiment été démocratisé il y a quelques années, on peut en quelque sorte dire que Shenmue a lancé la mode. Lors de cut scènes ou d’évènements, le jeu vous demandera d’effectuer une action contextuelle au bon moment pour éviter à Ryo de prendre cher. Que ça soit pour esquiver un ballon, un tesson de bouteille dans l’oeil ou un pied dans les gencives, vos réflexes seront mis à l’épreuve. Certains combo des ennemis peuvent également se finir sur des finish move que Ryo pourra contrer grâce à votre dextérité. Dirigées par le créateur de Virtua Fighter, les phases de combat de Shenmue sont assez nerveuses. Notre adolescent, même s’il a eu l’occasion de s’entrainer avec son père, ne connait que peu de coup au début du jeu. Au fil des rencontres avec des maîtres divers et variés (qui boivent du saké dans des parcs souvent…) et de l’apprentissage sur parchemin (1986, je vous le rappel…on a pas encore internet dans toutes les chaumières), Ryo acquière de nouvelles armes, de nouveaux combos et de nouveaux mouvements pour des batailles de rue ou il pourra parfois être opposé à plusieurs opposants en même temps. Ces combats se base sur les systèmes de combats des jeux 3D de l’époque (Virtua Fighter bien évidemment ou encore Tekken), par enchainement de touches avec un timing particulier. Les phases sont plutôt réussies et demandent un peu de dextérité pour bien manier les différents enchainements de Ryo.

Au delà de ces phases de combat, le jeune homme se la joue enquêteur. Par exemple, un des premiers endroit que vous fouillerez sera le dojo de votre père, à la recherche du moindre indice. Après avoir « observer », « fouiller », « déplacer » une grande partie du décor, vous découvrirez qu’un puzzle se présente sous vos yeux. Sa résolution vous emmènera plus loin dans votre quête, vous donnera un autre indice, vous rapprochera petit à petit de Chang Long… Si ces phases sont globalement bien pensées et peu compliquées en terme de réflexion, le maniement de Ryo laisse parfois à désirer. Ses déplacements sont plutôt lourdaux et il peut vite être très pénible de devoir effectuer des demi tour ou des allers retour dans des endroits clos (du style sa maison). Si l’on fini par s’y faire avec le temps ça reste un coup à prendre.

GTA-3 (1)Qui dit passage de la 2D à la 3D signifie bien entendu bouleversement de gameplay. GTA passe avec son n°3, en TPS (third person shooter), personnage vue de dos, vous voyez ainsi l’action au dessus de son épaule. Déplacement au stick, utilisation des armes, tout tombe globalement assez vite sous le sens et le voyage peut commencer. A vrai dire c’est rare qu’il dure très longtemps, le moindre pain dans la tronche à un passant finissant rapidement en course poursuite. Hors c’est dans l’action que le jeu se révèle parfois brouillon. Visée aléatoire, déplacement chaotiques, certaines voiture savonnette, il est très possible que dans la panique ces quelques petits défauts de gameplay deviennent problématiques. J’exagère un poil, seule la visée est souvent vraiment problématique dans le feu de l’action, l’automatisme mis en place commençant à partir en sucette dès que plus de 3 ennemis se pointent à l’écran en courant. Les voitures sont globalement bien représentées et possèdent presque toutes leur style de conduite (comme c’était déjà le cas sur les opus 2D). Les accidents sont souvent spectaculaires et les déformations des véhicules sont très bien retranscrits. Le personnage gagne également quelques gimmick grace à sa nouvelle représentation comme le petit fuck qui va bien, on dans GTA pas dans Animal Crossing, mother fucker! Personnellement ce que je trouve le plus sympa dans les GTA et qui est devenu encore plus sympa dans ce 3eme épisode, est de pouvoir, lorsque vous « empruntez » une voiture de police/ambulance/taxi/pompier, faire des missions spécifiques à ces métiers et réaliser une partie de leur job. Entre deux missions « gangsta » ou les phases à pied vous auront gonflé, ces quelques missions à la « Driver », tout en véhicule, apportent un bol d’air frais au jeu.

3 réponses
  1. tehofil
    tehofil dit :

    Hello !
    J’ai écouté les podcasts de la caz retro sur Shenmue, et à present je ton article
    et il y a dans tout ça cette idée d »un scénario qui […] mets beaucoup de temps à se mettre en place pouuuuur… ben pas grand chose en fait. »
    moi j’ai joué à Shenmue à l’epoque ou je decouvrai les films de Takeshi Kitano. et cette lenteur poetico-japonaise engourdie je l’ai adoré justement pour ça.

    Répondre
  2. Garr
    Garr dit :

    Hey cher ami, attention à aucun moment je n’ai dis avoir détesté cette fameuse lenteur ^^.

    Ce premier opus très axé enquête/investigation se déroule essentiellement dans le petit village de Ryo (à l’exception du dernier quart du jeu) et le scénario fait plutôt office de long prélude à l’aventure qui s’annonce dans Shenmue 2.

    Simplement ce qui aurait pu passé pour un mauvais épisode de Louis la Brocante (pléonasme) est resté dans les mémoire comme un classique justement grace à ce style « poetico-japonais » qui couplé à la bande son extraordianaire apporte cette mélancolie et cet attachement aux personnages malgré une linéarité assumée.

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *