La Seconde Crise du Shmup

Ce constat peut sembler démesuré, faux, mal informé, pourtant, indéniablement, cette tendance à l’excès sans compromis que Yagawa incarne est un des principaux points d’appui de la Seconde Crise du Shmup. Car si on trouve évidemment beaucoup de preneurs pour ses systèmes alambiqués dans le noyau hardcore des amateurs du genre, la renaissance d’un genre, quel qu’il soit, se doit, pour que celui-ci subsiste et résiste à l’envahisseur 3D et la dictature du FPS/TPS ambiante, d’être accompagnée d’une reconnaissance publique dépassant le simple succès d’estime. Bref, il faut des brouzouffes! Et si la surenchère dépayse, le débordement n’est pas vendeur, et refroidit même au passage les amateurs timides, se rebattant vers des choix plus consensuels. Bref, si le scoring system fut clairement la voie du renouveau et du second souffle pour ce genre mis à mal économiquement, ses excès, ses skyrocketeries, collectionnite de médailles et autres débordement, participèrent grandement à son enfermement dans les pratiques de niche. Mais penchons nous sur ce qui distingue la première crise de la seconde.

it's raining multiplicateurs, allelujah!

Les adaptations Cave (hors de prix) pour tablette sont peut-être un bon moyen de toucher le grand public…?

Car si les mêmes questions et enjeux se posent pour les deux crises du genre, on peut remarquer des axes d’opposition quasi diamétrale. Le contexte, tout d’abord. En effet, là où la première crise luttait pour résister à une mutation externe, celle du vidéoludique dans son ensemble, des habitudes des joueurs, de l’invasion de la 3D, la seconde semble être interne, le genre étant victime de sa propre propension à la spécialisation, à l’excès, à l’enfermement. Les efforts de Cave avec ESP Galuda 2 illustrent bien cette fuite en avant, à la fois tentative de se renouveler, de satisfaire les initiés en tentant de contrer le spectaculaire triple A par une autre forme de spectaculaire, de prolonger somme toute l’élan de la fin des 90’s.

La première crise péchait par excès d’uniformité, le genre se reposant sur ses lauriers sans se remettre en question, la seconde pèche – oui, je me répète, je sais – par l’excès de singularisation, la tentative un peu désespérée de recapturer un moment de grâce envers et contre tout, par la voie de la surenchère, de l’impératif de nouveauté envers et contre tout, sans savoir vraiment comment concilier les attentes finalement peu claire d’un public fragmenté, et en faisant éclater les normes du genre en matière de gameplay, ce qui n’est pas un mal en soi – en effet, l’audace d’un ESP Galuda 2 en matière de game system par exemple résultent en un jeu d’excellente qualité, malgré son manque d’immédiateté, et ce constat s’étend à une part non-négligeable des shmups qui bousculent nos habitudes – mais qui laissera souvent sur le carreau les moins persistants – le succès plus que mitigé de Akai Katana Shin dans les salles s’explique en partie par son maniement tout sauf instinctif, qui se révèle en creusant et en persévérant chez soi, à l’abri des regards de reproche en cas de rage restart à répétition, mais qui a toutes les chances de faire l’effet du douche glacée sur les gonades à qui glissera innocemment une piécette dans la fente de la borne arcade.

Bon, je joue un avion ou un gugusse, moi, j'aimerais bien savoir!

Bon, je joue un avion ou un gugusse, moi, j’aimerais bien savoir!

Tout ceci pourrait ressembler à un cul de sac, des exigences pointues du coté des fans de toujours, des systèmes qui déclenchent chez les pauvres néophytes en quête de plaisir immédiat des remakes spontanés d’une certaine scène du film Scanners de Chronemberg, ou simplement une indifférence générale, en particulier auprès des amateurs de tuning de salon avec leur écran 3D en uberHD pour jouer à Call of en ligne (quoi ? Une caricature insultante ?! Où ça ?!!). Donc à peine au lendemain de sa renaissance, le shoot’em up se retrouve mis à terre par les instruments mêmes de son essors tardif, c’est ça ? Tout est fini ? Tout fout le camp ?

11 réponses
    • Toma Überwenig
      Toma Überwenig dit :

      Merci camarade ;-)!

      C’est le genre d’article sur lesquels je passe trop de temps pour réussir à faire des coupes franches à la fin, vu que tout s’enchaîne plus ou moins. Du coup, bon, bah, c’est long, quoi :-D!

      Répondre
  1. Flbond
    Flbond dit :

    Je crois que c’est la première fois ou je trouve un de tes articles trop court. Non pas sur le traitement de l’information, mais justement car c’est passionnant.

    Tu m’as refait remonter des souvenirs avec l’évocation du documentaire King Of Kong et le jeu Star Wars en fil de fer. Aussi ça rejoint un peu la longue discussion qu’on a eu sur les shmups à la salle et lors de notre fin de nuit sur Resogun ou les différentes façons de scorer paraissaient subitement plus claires. Tu m’as fait aimer découvrir un genre bordel lol

    Je salue une nouvelle fois ton talent d’écriture, ta clarté, ta culture aussi bien par écrit ou par oral.

    Répondre
    • Toma Überwenig
      Toma Überwenig dit :

      Trop court, trop court, non mais!!

      Merci pour ton chaleureux et encourageant message, Flbond! Content que nos séances de blablatage intensif et cette chronique t’aient permis de (re)découvrir le shmup!
      (De toutes façons, c’était soit ça, soit tu rejoignais Yannouxe dans ma cave pour une rééducation des goûts à coups de tortures péruviennes, donc tu as fait le bon choix^^)

      Répondre
    • Toma Überwenig
      Toma Überwenig dit :

      Et je viens de m’étouffer avec un gateau sec en riant sur la 2eme phrase de ton commentaire^^!

      Ca fait plaisir de savoir que malgré ton aversion pour les articles trop longs, tu as fait l’effort de lire le bouzon, mon ami!

      Répondre
  2. Le serpent
    Le serpent dit :

    Mec j’ai envie de t’embrasser !
    Tellement génial mais laisse tombé!
    Aller ma troisième vie je la consacre à scorer du shmup comme un porc !

    Répondre
  3. Toma Überwenig
    Toma Überwenig dit :

    Ca fait plaisir à entendre, chef!!

    C’est des systèmes tellement bien foutus qu’il serait dommage de ne pas leur faire honneur en les chopant à bras le corps et en se jetant dedans!
    Pas besoin de battre un record mondial pour prendre son pied, rien que de dépasser son propre record, capter au vol une subtilité, une technique qu’on n’avait pas compris, c’est juste du bonheur, même pour un bofplayer comme moi^^!

    et n’oublie pas, MAME est ton ami (et une petite liste de titres sortis sur console de par chez nous dans la foulée aussi^^)
    Donc à l’attaque, mon poto, à l’attaque (bon, il va falloir vraiment trouver un moyen de vivre plusieurs vies en parallèle, entre le boulot, la petite famille, les mille jeux qui font envie, le site, les cours de pole dance…etc)

    Répondre

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *