Mission complete

hqdefault

La profondeur de champ est impressionnant pour de la N64

Le scénario est prétexte à enchainer les missions, chacune permettant de cumuler des médailles (bronze, argent, or), attribuées en fonction du nombre d’ennemis tués, du nombre de civils protégés, du temps, de la précision du tir (jouer du blaster à tout bout de champ n’est pas une option sérieuse)… Pour l’époque, c’était graphiquement exceptionnel, et ça reste tout à fait potable aujourd’hui. Mais c’était surtout très maniable, accrocheur, nerveux, vif… La maniabilité arcade s’accorde, à mon sens, très bien avec le support et le propos : nous sommes sur N64, avec un joystick analogique qui nous permet toutes les folies, notamment enrouler les Walkers avec notre câble de remorquage. Un classique qui marche toujours ! C’est là aussi où le jeu fait très fort : la patte Star Wars était là extrêmement bien rendue. La musique de John William, le sifflement des TIE passant au dessus de notre cockpit, les tirs de blaster fusant dans le ciel… Un peu court peut être, mais la rejouabilité des missions (décrocher les médailles d’or, essayer la mission avec un autre vaisseau, etc) rallonge grandement l’espérance de vie.

Le Serpent

[toggle title= »Informations sur le jeu » load= »show »]

Plateforme : N64, PC

Genre : Pilotage spatial

Editeur : Lucas Arts / Nintendo

Développeurs : Factor 5

Date de sortie : Décembre 1998[/toggle]

1 réponse

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *