, ,

Super Star Wars : que la force soit avec toi, ô glorieuse Super Nintendo !

Il est parfois de bien tristes axiomes, comme celui qui veut qu’une jeu à licence soit trop souvent une fiente innommable ou que tout film sponsorisé par Fun Radio ou W9 soit une saloperie certifiée.
Heureusement il existe des exceptions, tout au moins au premier des deux préceptes ici énoncés.
Comme le fait d’adapter la plus mythique des trilogies cinématographique sur la plus mythique des consoles 16 bits par exemple ! Sérieusement, je n’ose imaginer l’émeute qui s’en serait suivie si la plus magistrale machine de Nintendo n’avait pas à sa façon participé à la majesté de la première trilogie Star Wars, car c’est bien de Star Wars qu’il s’agit, et non pas de la trilogie du Seigneur des Anneaux. Si vous avez vu l’excellent Clerks 2 de Kevin Smith, sachez que je reprends intégralement à mon compte la limpide démonstration de Randal Graves quant à l’écrasante supériorité des épisodes de la déchirante lutte entre pouvoir de Jedi et côté obscur de la Force sur cette histoire de bagouses à jeter à la marmite. Oui messieurs !
Et le premier Star Wars sur Super Nintendo n’est pas qu’un simple jeu Star Wars, c’est Super Star Wars ! Un jeu tout simplement titanesque qui peut à lui seul représenter le triptyque qu’il a initié.

Il y a bien longtemps dans une Galaxy lointaine, très lointaine …

5

Roger that Leader Rogue

Avant de répondre à l’appel de la Force, voyons en aparté ce qui s’était déjà fait sur NES. Car chose amusante, il n’y eut non pas un, mais deux jeux basés sur le premier Star Wars sur la 8 bits de Nintendo. Le premier de ces titres date de 1987 et fut l’oeuvre de Namco. Il demeura relativement inconnu, éclipsé qu’il était par la version de JVC que nous avons connue ici en Europe, et c’est pas plus mal. Si le jeu suivait à peu près la trame de l’apprentissage d’un jeune Jedi, il était bourré d’incohérences comme ces affrontements incessants avec Dark Vador (oui, Dark Vador dès le début du jeu !) et un level design sans logique aucune…Le tout servi par une difficulté outrancière. Heureusement Lucasfilm rendra une meilleure copie en 1991 avec un Star Wars qui déjà fit sensation, tant par la majesté de son ambiance que par sa difficulté extrême, très efficacement figurée par un niveau sur l’étoile Noire particulièrement piquant.

Sur Super Nintendo arrivera en 1992 Super Star Wars qui sera suivi de The Empire Strikes Back et The Return of the Jedi. Ces trois jeux auront donc réussi à faire mentir par trois fois l’adage assimilant les jeux adaptés de films à d’infâmes ratages ! C’est assez rare pour être souligné et répété. Bon, n’oublions pas le fameux Addams Family d’Ocean tout aussi incroyable, n’est-ce pas…
1

Le Sarlacc hors sable… oui, pourquoi pas

La trilogie Star wars sur Super Nintendo est également constitutive d’une odyssée de difficulté à l’image du rude parcours du jeune Luke confronté à l’éternel antagonisme du Bien contre le Mal, comprenez que vous allez en baver sévère avant de prétendre au titre de sauveur de la Galaxie. Et j’y vois même une certaine logique : l’épisode V étant à mon sens le plus tragique et le plus marquant, ce sera bel et bien the Empire Strikes back qui me laissa le souvenir le plus tragique et le plus marquant ! Celui d’un jeu à la difficulté réellement diabolique, entre un premier volet déjà pas simple et un ultime opus un peu assagi mais guère évident pour autant…

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *