Articles

ff7

Il fallait bien que j’en parle un jour. Du premier Final Fantasy pour beaucoup, du premier J-RPG pour d’autres. En 1997, Square sort sur PlayStation le septième épisode de sa série phare et décide de lui faire faire un voyage en Europe. Le Vieux Continent découvre alors un titre exceptionnel, baignant dans une ambiance cyberpunk, sombre et torturée, et un scénario servi par des personnages charismatiques et des scènes fortes. Personne n’a oublié la sortie des flammes de Sephiroth, la classe de Cloud, la mort tragique de Aerith, la Rivière de la Vie. Et que dire des innombrables quêtes annexes menant notamment à un des plus grands défis de l’histoire du jeu vidéo, à savoir les combats contre les Armes. Que dire également du système de materias que beaucoup de puristes continuent à considérer comme le meilleur de tous les FF, si ce n’est de tous les RPG confondus. Bref, Final Fantasy VII est mythique, et ce n’est pas pour rien.

Totof

bayonetta-ps3-11

Traiter de la question féminine dans le jeu vidéo n’est pas chose facile. C’est un sujet même très délicat et qui a déjà été débattu en profondeur, notamment par IG Magazine dans son numéro 3 et Les Cahiers du Jeu Vidéo dans son quatrième opus intitulé Girl Power. Nous vous conseillons ces lectures qui apportent des points de vue divers et surtout argumentés et référencés. Sur Le Serpent Retrogamer, nous allons juste tenter une approche en trois points par trois auteurs distincts. Aujourd’hui, traitons de l’évolution de l’image et de la place de la femme dans le jeu vidéo à travers ses stéréotypes – et également ses archétypes.

En détresse?

top10cheats_000000Le débat sur la place de la femme dans le jeu vidéo est souvent soulevé à cause des stéréotypes que leurs représentations digitales sont soupçonnées de véhiculer. Les accusateurs ont un dossier à charge composé de filles à délivrer des griffes de voyous punks et dont on doit se disputer les faveurs lors d’un ultime combat fratricide, de princesses à aller secourir dans des temples sous peine de voir le monde s’écrouler ou d’autres qui se refusent à la fois à leur kidnappeur et à leur sauveur. Vous aurez ainsi surement reconnu respectivement Double Dragon, The Legend of Zelda et Super Mario Bros.. Aux prémices, le joueur n’incarne jamais un personnage de sexe féminin jusqu’à se retrouver surpris d’avoir contrôlé la belle Samus Aran à la fin de Metroid (1986). Certes, la blonde est en sous-vêtements mais l’effet est là: public masculin, vous avez dirigé une fille et pourtant, vous n’avez jamais douté de sa puissance. Cinq ans plus tard, Street Fighter II intègre Chun-Li à son casting inoubliable. Printemps joyeux venu de la Chine, l’experte en kung-fu et taïchi marque à jamais le jeu vidéo puisqu’elle fait définitivement passer la femme dans le camp des forts plutôt que celui des âmes en détresse. Avec elle, on peut botter les fesses des hommes, mais en se basant sur des qualités que l’on définit souvent comme féminines dans le Versus Fighting: rapidité, vivacité, souplesse. Même Makoto, collègue de Chun-Li dans Street Fighter III: Third Strike, est fragile et encaisse mal les coups, malgré une puissance qu’elle partage avec peu de consœurs.