Articles

Ah, ça ne nous rajeunit pas, tout ça! Car en mars 1985 sortait le premier Atari ST. Non, pas le 520, mais un Atari 130 ST, premier de sa lignée, suivi de peu par son illustre petit frère qui marqua la Playhistoire au fer rouge et offrit des années de bonheur à toute une génération de joueurs – enfin, ceux qui n’avaient pas eu le bon goût d’investir dans un Amiga, bien sûr! (bah oui, on ne peut pas parler d’Atari ST sans glisser un petit mot sur le duel sanglant entre Amiga et Atari, quand même!) -. Mais l’heure n’est pas au troll, mais à la mise à l’honneur d’une prestigieuse machine qui a permis à l’ordinateur d’entrer dans la sphère populaire en pratiquant des tarifs qui firent pleurer Apple – moins de la moitié du prix de son Macintosh pour une puissance analogue, ça fait mal! -. Les plaisirs du jeu « haut de gamme » et la programmation sont devenus en grande partie accessible grâce à l’arrivée de cette bête de combat sur le marché, réussissant à s’affirmer tant dans le vidéoludique que dans la bureautique – et l’on trouve encore aujourd’hui nombre d’artistes qui préfèrent diriger leurs instruments Midi via le Cubase originel, légendaire logiciel de musique qui continue de régner sur le monde du séquenceur Midi, et qui fût développé à la base (la Cubase, même) sur ST -.

Merci pour ces trente ans de bonheur, ô légendaire Atari ST, merci pour ces jeux que l’on ne trouvait pas sur console, pour ces créateurs qui ont pu faire parler leur talent grâce à ton ergonomie exemplaire, pour les demo-makers qui ont abreuvé nos mirettes de formes abstraites se transformant rapidement sur fond de musique electro, pour toutes ces années de rêve, merci pour Vroom qui faisait baver les Amigamaniacs, pour Gauntlet et tous ces jeux qui étaient d’abord développé sur ST avant d’être porté sur Amiga, merci pour les aventures, merci pour le coup de pied dans les gonades d’Apple et de Microsoft dans la foulée, pour avoir changé la relation à l’ordinateur de salon et la face du jeu vidéo, mille fois merci, ô Atari ST, loué sois-tu, machine de rêve.

Eh oui, quand le Macintosh d'Apple se monnayait pour 23000 francs, Atari brisait les prix avec le premier ST, et enfonçait le clou peu de temps plus tard avec le STf, vendu à 3490 francs.

Eh oui, quand le Macintosh d’Apple se monnayait pour 23000 francs, Atari brisait les prix avec le premier ST, et enfonçait le clou peu de temps plus tard avec le STf, vendu à 3490 francs.

…mais en fait, moi, j’avais un Amiga…

toma überwenig

second-life-logoSecond Life, c’est un peu le genre de jeu que je juge inutile… On te propose de mener une vie normale, exactement comme ta vraie vie… Une seconde vie, le nom du jeu… Vous comprenez ? Pas sur… Et bien oui, beaucoup de personnes (à priori) y jouent encore ! A tel point que Second Life vient de fêter ses 10 ans ! Après un beau lifting graphique, on apprends que le jeu va être compatible Oculus Rift… Imaginez un peu… Encore plus proche de la vrai vie… Bref, voici le trailer anniversaire ! Bonne fête !

L’annonce a de quoi faire plaisir :Microsoft envoie des Xbox 360 aux joueurs abonnés depuis longtemps au Xbox Live aux couleurs du service de la société Américaine. Accompagnées d’un abonnement gratuit d’un an et d’un petit mot les remerciant pour leur fidélité. Une possibilité qui reste cependant réservé aux Yankees. Une action qui prends corps dans le contexte des 10 ans du Xbox live. Une initiative qu’on aimerait bien voir déclinée en France. En tout cas, leur lot est accompagné d’une petite infographie pleine de chiffres. Nombre total d’heures jouées par tous les utilisateurs du service, le nombre d’heures passées sur les contenus de divertissement, et enfin le nombre de relations tissées grâce au Xbox Live. Au lieu de tout vous retranscrire, voici une image qui nous informe ! En tout cas, encore longue vie au Xbox live, qui a su donné un vrai coup de boost au jeu en réseau, et cela dès 2002, avec la « vague Halo ».

Le Serpent

La référence ultime en terme de jeux multijoueurs. Vous la connaissez ? Petite info, le jeu est sortie au Japon le 27 août 1992. Si c’est aujourd’hui tout à fait logique de se balancer joyeusement carapaces rouges et autres peaux de bananes, les plus anciens se souviennent de leur première fois, il y a 20 ans, sur Super Mario Kart. Créateur de genre, révolutionnaire par son aspect social, Super Mario Kart est ancré dans la légende des jeux vidéo. Mais 20 ans déjà….

Le Serpent

Aujourd’hui, c’est un jour heureux puisque c’est l’anniversaire de quelqu’un. Mais de qui ?! D’une entité qui s’inscrit dans l’histoire du jeu vidéo bien sur ! En effet, Atari fête ses quarante ans. Bien que l’Atari originel soit mort au milieu des années 1990, nous nous devons de le signaler. Pour célébrer cela comme il se doit, la marque a décidé de lancer une application, sur l’appstore de la pomme croquée, qui contient 100 jeux, sur vos iPhone, iPod Touch, et autres iPad. Malgré la centaine de titres  qu’elle comprend (payants… Oui je sais), l’application est elle-même gratuite. Des jeux arcade old school en passant par les jeux console, c’est un réel voyage à travers le temps que vous propose cette appli qui fait zizir. Rappelons finalement qu’en 2008, Atari fusionne avec l’entreprise Infogrames, française messieurs, qui fait rugir le joueur du grenier. Atari devient, de fait, une marque française.

Le Serpent

Dans toute l’histoire du jeu vidéo la saga de Metal Gear est celle qui a su créer un véritable engouement au sein du public parce que quoi qu’on en dise, Metal Gear, on aime ou on aime pas, ça ne laisse personne indifférent. Tout simplement, le jeu propose un gameplay révolutionnaire à son époque et maintes fois repris aujourd’hui (avec plus ou moins de succès). Mais même avec ses rivaux (Splinter Cell) la saga a su traverser les époques sans prendre une ride et surtout en s’améliorant constamment pour proposer au joueur une expérience qui le transportera dans un univers qui le marquera pour le restant de son expérience vidéoludique.

L’attente

Arrivée sur les lieux aux alentours de 19h00 à la bibliothèque François Mittérand dans le 12ème arrondissement de Paris. Il n’y a pas grand monde à l’intérieur, juste des amateurs de cinéma, mais rien n’indique que ce jour-là, un pionnier du jeu vidéo est dans cet endroit. Nous apercevons juste une file d’attente : nous comprenons d’emblée que c’est ici que commence notre périple. Intégrés et pas décidés à bouger, nous constatons que la file commence à prendre de l’ampleur, le personnel de VP COM passe dans les rangs pour le recensement du personnel présent. 19h50 : nous entrons dans une salle de conférence accueilli par le thème principal de Metal Gear Solid : Peace Walker, l’ambiance opère. Avec le Serpent, nous nous mettons au 3ème rang pour ne rien rater de la conférence, nous observons qu’il y a beaucoup de journalistes, entre autre ceux de Nolife (avec le jolie Suzuka), BFMTV, Jeux Vidéo Magazine et les représentants des divers sites internet, Gameblog, Ultime Metal Gear et bien d’autres. 20h00 : les lumières s’éteignent, l’écran nous passe quelques extraits de tous les MG et MGS existant et là, la foule en folie applaudit ; il ne nous en faut pas plus pour être en transe ! Après cette courte vidéo, les lumières se rallument pour nous dévoiler les guests de ce soir en compagnie du staff de Konami France. Sous la clameur des fans apparaissent Monsieur Hidéo Kojima, Monsieur Yoji Shinkawa, Monsieur Florent Gorges, responsable des éditions Omake Books et faisant également office de traducteur grâce à sa maîtrise parfaite du japonais, et enfin le staff Konami France : Madame Stéphanie Hattenberger, directrice marketing et communication, et Monsieur Pierre Ghislandi,  chef de produits.

Articulation de la conférence

La conférence se déroule comme un Masterclass, mais qu’est ce qu’un Masterclass, du coup ? En fait, c’est une interview réalisé par une tierce personne  (en l’occurrence, c’était Julien Chièze de Gameblog qui à réalisé l’interview), et ce devant le public composé de journalistes ou référents de site internet amateurs, et pose  ses propres questions à l’invité. Le Masterclass se déroule en  5 parties englobant la jeunesse, les passions et le parcours de Kojima au sein de Konami, le concept de l’infiltration et du futur de MG mais aussi de la partie artistique de Yoji Shinkawa. Tout ceci fut traité en plus de 1h30 dans une ambiance détendue et propice à la rigolade. Maintenant il est temps de parler des points qui ont été abordés pendant ce Masterclass. Attention, la rédaction de ces parties est un condensé succin : il ne représente qu’une partie de ce qui a été abordé. Les moments d’aparté ou autre ne sont pas retranscrits, seul ce qui est important a été rédigé.

Alle Achtoung Wolfenstein ! Eh oui, Wolfenstein 3D, le père spirituel du genre vidéoludique le plus lucratif aujourd’hui souffle a soufflé ses bougies samedi dernier. Vingt ans plus tôt, le 5 mai 1992 sortait l’alpha du FPS (bon après on peut toujours chipoter hein ;)). Conçu par la fine équipe de id Software, composée notamment de ses fondateurs cultes John Romero, John Carmack, Tom Hall et Adrian Carmack, ce pionnier fête donc son anniversaire, avec en guise de cadeau la possibilité d’y jouer gratuitement en flash sur ce site. L’occasion idéale de découvrir ou redécouvrir une légende de l’histoire du jeu vidéo. Bon on va pas se le cacher, ça pique les yeux et donne un peu la nausée, mais bon, c’est un pavé mythique sur le long chemin du shooter ce jeu ! Et comme on dit, qu’importe le flacon, pourvu qu’on ait l’ivresse (et le mal de tête qui va avec) !

Bloodevil

C’est dans ces moment là que l’on se dit : « comme le temps passe… » ! Il y a 30 ans le Commodore C64, ce micro-oridnateur si génial, était présenté au CES de Las Vegas, pour une sortie quelques mois plus tard, en août. C’était le successeur du Vic-20, assez obscure, et il était considéré alors comme un micro dit « semi-professionnel ». Cet ordinateur deviendrait le micro 8 bit le plus vendu au monde, et forcement la référence absolue en matière de jeux vidéo sur micro 8 bit. enfin çà c’est mon avis ! Il connaîtra tout logiquement rapidement le succès aux Etats-Unis, éclipsant l’Atari XL comme la lune éclipse le soleil une fois tout les 70 ans. D’ailleurs Commodore aimait bien se moquer de ces concurrents. Vous le verrez bien assez vite. Tous les éditeurs vont se ruer sur la machine, le succès étant également au rendez-vous en Europe, surtout en Allemagne. Les jeux proposés surclasseront les jeux sur Apple II, Spectrum, Oric et Amstrad CPC, et là, c’est bien objectif. Au final, le catalogue de jeu sera monstrueux, avec des milliers de titres sortis entre 1982 et 1994, une longévité à toute épreuve ! Malgré un piratage rongeant les éditeurs, bien que la pratique fasse partie du jeu… En France cette machine sera étouffée par le marketing et les prix agressifs de d’Amstrad, Européens pour le coups. Il est aussi reconnu que la « demoscene », le faite de crée des musique sur fonds de prouesses graphiques, est née avec le Commodore 64, du fait de ses capacités graphiques et sonores. Et il y a encore des jeux qui sortent aujourd’hui ! En amateur forcement.

Le Serpent

Et oui, ça remonte à 10 ans… C’est loin non ? Même si la première bobox n’a pas forcément trouvé son public, ayant d’ailleurs souvent terminé sa vie dans un placard. Exploitée durant presque cinq années, beaucoup se souviennent encore de la première incursion de Microsoft sur le marché constructeur de consoles. Après, au total, 24 millions d’unités vendues, le bilan de réussite reste mitigé. Malgré tout, et dans un élan de bonté de notre bien aimé Billou, Microsoft a décidé d’offrir un petit bonus à chaque abonné à travers un avatar spécial, afin de pouvoir fêter l’évènement tous ensemble sur la Xbox 360. Bien qu’un jeu emblématique, je sais pas moi Halo 1 ou Jet set radio future, aurait été de bonne augure,  on ne peut qu’être content de l’offre de Microsoft. Bon anniv la Bobox ! A noter que cette anniversaire ne concerne que la sortie Américaine de la bécane, première sortie mondiale. Elle était arrivée en France en mars 2002.

Le Serpent

Une vision actuelle de nos jeux rétro.

Salut tout le monde ! C’est en cette semaine sainte que je suis fier de vous annoncer que le site va fêter ses 1 an ! Et oui, c’est le 26 octobre 2010 que nous nous sommes lancés dans cette aventure. Yannou et moi même, le Serpent, voulions partager notre passion avec le maximum de gens ! Depuis beaucoup, nous ont rejoint et d’autres sont partis, et nous sommes aujourd’hui prêt de 15 rédacteurs pour vous servir, chaque jour. Mais afin de fêter cet anniversaire comme il se doit, nous allons faire un petit tour des 6 articles les plus appréciés par nos lecteurs, et cela par catégories. Quant au 26 de ce mois, véritable date d’anniversaire, nous mettrons en ligne les articles les plus consultés, sans distinction de catégories. A noter que vous pourrez toujours suivre vos chroniques hebdomadaires durant cette période de fête. Alors lâchez-vous, n’hésitez pas à nous soutenir, et longue vie au Serpent Retrogamer. Que cette nouvelle année soit riche en expériences nouvelles et que notre âme de rétrogamer en demeure intacte !

Certains rédacteurs on voulu partager avec vous leur expérience. Voilà ce qu’ils en disent :

Sirocco :

Joindre le site fut un hasard total, je ne vais pas vous mentir. Je traîne sur Senscritique.com et je ne sais pas trop comment, un certain Le Serpent me laisse un petit message du genre  » Salut gars, j’aime bien ton travail, site à la cool, rejoins-nous « . En plus soutenu, je vous rassure. Curieux, je jette un petit coup d’oeil sur le site. D’accord, c’est pas hyper glam mais il y a quelques articles intéressants et l’ami Thibault se révèle sympathique. Pour célébrer la signature de notre pseudo-contrat, je poste un petit article qui est encore aujourd’hui parmi les plus lus du site. Evidemment, ma tête et mes chevilles ayant enflé sous le poids de la fierté, je me dis que continuer ne serait pas un mal. Tin tin, ça fait déjà un an, Thibault m’offre la possibilité de tenir une petite chronique et je continue à participer. Légèrement mais je continue. Que dire, sinon que je souhaite évidemment un joyeux premier anniversaire à Le Serpent et à son petit site, en espérant que les années défilant, ils ne feront que se bonifier.

Yannou :

Il y’ a un an naissait Le Serpent Retrogamer dans la version actuelle que vous connaissez, les débuts n’était pas tout rose. Nous avons commencer Le serpent et moi-même  à rédiger avec la même ferveur qu’aujourd’hui, après notre groupe c’est agrandi avec Carol, Suke et Mouchou (qui n’est plus des nôtres). Le concept du Serpent Retrogamer ne date pas d’il y’ a un an il est beaucoup plus ancien  le site était différent de celui que vous connaissez surtout au niveau de l’interface et des rubriques. L’interface beaucoup plus austère, lourde et chargée de pub « obligatoires » gênaient vraiment la lisibilité au niveau des rubriques et empêchait la lecture bref aujourd’hui et cela à changer grâce aux efforts du Serpent. Les rubriques étaient plus petites comportaient les tesst sur tout type de plateformes (ça à bien changer aujourd’hui ^^) , mais il n’y’ avait pas de coup de cœur et de coup de gueule ni de salons couvert ou de dossier sur les studios ou les séries de jeux. Il y’ avait une rubrique de débat enregistrés sur podcast qui permettait aux membres de s’exprimaient sur un sujet choisi par Le Serpent. Une très bonne idées que nous n’avons pas repris pour notre site actuelle pour cause de disponibilité de certaines personnes (travail, vie de famille ou études), une autre rubrique qui se nommait « l’interview de la semaine » était enregistrée sur podcast aussi et présenté un membre de l’équipe une façon très intéressante de connaître les personnes qui rédigent pour le site et ainsi de savoir qui est à l’origine de tel article, pourquoi il pense ceci l’interview en était la clé car il permettait aux membres de se livrer de nous parler de sa passion etc… et bien entendu les insolites et les news. Le portage ne fut pas chose aisés il fallait tout refaire, Le Serpent a tout orchestrer pour avoir un site épurer sans pub hargneuses dans les environs. Les rubriques était les mêmes tests, insolites, news, coup de gueule et de cœur. Le travail pouvait enfin commencer avec pour se lancer quelques portages de l’ancien site sur le nouveau!!! la machine était lancé ainsi que les rédacteurs puis notre ami Le Serpent à donné une nouvelle orientation en se concentrant plus sur le rétro que le moderne résultat il y’eu l’arrêt de la rubrique news ainsi que des test sur consoles next gen, pour ne laisser apparaitre que des jeux assez rétro est le résultat est satisfaisant. Avec l’apparition des partenaires et des salons couverts, Le Serpent Retrogamer prend de l’ampleur et les rédacteurs passionnés et sérieux comme vous affluent!! nous qui n’étions que 2 nous voilà 15. Le Serpent et moi même nous vous remercions chaleureusement pour votre contribution pour le site, c’est grâce à votre passion et vos efforts que nous en somme là aujourd’hui c’est vous qui faites la renommée de notre site. Quand à moi je remercie Le Serpent pour sa persévérance et son dévouement pour nous trouver des partenaires fiables et améliorer notre site un grand BRAVO  à toi et longue vie à LSR. Un dernier mot pour la fin très bientôt  je m’occuperais de la création d’un trombinoscope des rédacteurs du site histoire de nous rapprocher davantage et de savoir qui est qui!! donc préparer vos plus belle photo!!! bientôt Le Serpent Retrogamer aura un visage et ces celui de ses rédacteurs passionnés !!!! Merci à tous.

Suke :

Salut a tous moi c’est suke, je suis redacteur sur le serpent retrogamer depuis un moment déjà (même si c est dernier temps je suis plutot en mode flemme lol). Pour moi le serpent retrogamer c’est une petite mine d info sur tout le monde videoludique qui nous a tant fasciner plus jeune alors qu on n y comprenait nibe. de plus le serpent est un ami de longue date donc travailler avec lui me fait le plus grand plaisir. En plus de ça, ce site respire la bonne humeur et le professionalisme, les tests sont toujours honnete et non surfait comme sur d’autres site, les redacteurs on le voit essaient de se mettre a la place des gamers de base et ne pondent pas des tests super technique non plus ce qui ma foi et très agréable. Pour finir j’espère que par notre taf et notre passion nous arriverons a faire du serpent retrogame une referece du genre

Bloodevil :

C’est un vrai plaisir d’écrire pour Le Serpent Rétro, et un réel bonheur de participer à cette aventure qui grandit de jour en jour. Monter un tel projet ça a dû vous demander une motivation en béton armé et un une très grande implication personnelle pour en arriver là, pour réunir une quinzaine de rédacteurs autour de ce site et faire en sorte que tout tourne rond. Un gros bravo aux fondateurs du Serpent Rétrogamer donc, sincèrement ! Malheureusement de mon côté en ce moment j’suis vraiment pas très productif. J’suis désolé et j’aimerai faire beaucoup plus … Mais j’suis à fond dans mes études cette année, et le peu de temps libre qu’il me reste j’ai du mal à trouver l’inspiration. Je traverse donc un petit passage à vide, qui ne durera pas trop longtemps je l’espère. En tout cas j’oublie pas le site et dès que possible j’me réinvestirai beaucoup plus dedans ^^. Encore bravo à la team derrière Le Serpent Rétrogamer et tous ses rédacteurs, en espérant que cet anniv soit le premier d’une longue série !

Malapit :

Étant tout nouveau sur le site, je ne pourrais dire vraiment ce qu’il représente pour moi. Je peux simplement espérer y trouver une communauté engagée et sympa, pouvoir faire profiter mes tests et autres articles à pas mal de monde, et surtout voir grandir Le Serpent Retrogamer qui m’a l’air franchement prometteur. En passant je me présente: Malipit, étudiant en lettres et fan de jeux-vidéo depuis ma plus tendre enfance. J’aime beaucoup les RPG, les licences Nintendo (Mario, Zelda, etc…) et aussi la série des Kingdom Hearts, véritable coup de coeur de la décennie 2000-2010. Voilà voilà, on se recroisera sûrement sur le site au détour d’un article ou d’un commentaire. See ya ! P.S.: Le test de Pikmin arrive bientôt !

Garr :

Ola qué tal, Hello everybody, salut les musclés. Garr, 25 balais, jeune chomiste diplomé, hardcore gamer occasionnel et rédacteur nooby fraichement engagé pour la rubrique test (ou pour des sacrifices humains je sais plus j’ai pas mon contrat sous les yeux). Ma carrière vidéoludique commence avec un bide : l’amstrad 4400 (si si une grande blague cette console) avec le jeu burn’in rubber. S’en suivra la NES la super NES j’en passe et des meilleures jusqu’à l’avènement du hache-day et des cables « hache des amis » qui correspond pour moi au mois dernier puisqu’en fait ma PS3 tournait sur cathodique. Mon pseudo Garr (Kelvin) me vient d’un personnage secondaire de Tales of Phantasia qui réaparaitra sous forme de boss du Colisée dans Tales of Symphonia, il est jeune il est beau (il sentait bon le sable chaud, mon Légionnaire) bref tout moi quoi. Mon style est chaotico-anarchique avec un gros coulis d’humour qui tache et éventuellement des pépites de sérieux dedans. J’apprécie de pouvoir m’exprimer avec mon style pour faire partagé ma passion et mes expériences sur le jeu vidéo et rien que pour cela je suis déjà ravi d’avoir rejoins le site du serpent, qui je l’espère aura énormément de succès, de pérennité, de fric et des femmes faciles.

Karrie :

Le Serpent Retrogamer, c’est avant tout un message sur l’excellent SensCritique, un jour obscur de l’année 2010, me proposant de devenir rédactrice pour un site de jeux vidéo sur le retrogaming. Comment ! L’on me propose, à moi, joueuse pécéiste de seconde zone, de clamer mon amour pour des jeux mythiques avec un énorme cybermégaphone ? Sur-le-champ, l’ami ! En plus le serpent est mon animal préféré, c’est vous dire que c’était tout bénéf. Mes premiers pas ont été hésitants, j’arrêtais pas de solliciter LeSerpent pour lui dire « et là je fais quoi ? et là ? et là ? ». Et puis vite fait, j’ai pris mes marques (je continue d’emmerder LeSerpent ceci dit). LSR (les initiales déchirent, d’ailleurs), c’est le plaisir d’écrire, d’être lue mais aussi de lire sur le jeu. C’est aussi mon cher administrateur à qui, en toute rédactrice consacrée que je suis, je promets un article dans la semaine lequel n’arrive que quinze jours plus tard, et qui malgré tout n’a jamais manqué de patience à mon égard. Ce sont des séances skype avec des « attends, je vous entends plus » et des « il arrive quand, Machin ? », mais surtout, et au final, beaucoup de bonne humeur, d’idées, de projets et de passion. C’est devenu une très chouette diversion quotidienne. Merci à tous de nous suivre, et pour être plus égocentrique, de me lire. En somme, joyeux anniversaire LSR, et longue vie à nous !

Yannou