Articles

_-Atelier-Ayesha-The-Alchemist-of-Dusk-

La série de J-RPG Atelier est assez peu connue en France et plus généralement en occident. Non pas que ce soit un raz de marée au pays du soleil levant, mais il s’agit là d’un jeu dans la plus pure tradition des J-RPG classiques. Son dernier opus en date est arrivé à la rédac’, et après avoir maîtrisé l’alchimie avec Totori, Rorona et Meruru, nous allons cette fois-ci partir pour une nouvelle aventure avec Ayesha, un nouveau bien aimé jolie jolie. Ayesha The Alchemist of Dusk, J-RPG devenu accessible joue l’alchimiste. C’est parti.

Raconte-moi une histoire

Atelier_Ayesha_Review

De la PS2… Navrant

L’histoire débute dans une région déserte, chez une jeune apothicaire plutôt naïve et maladroite, comme toute héroïne de J-RPG, qui prépare des potions de guérison pour les quelques malades habitant ou les gens de passage. Oui, parce qu’en plus d’être niaise, il faut quelle soit gentille et serviable. La base! Mais malheureusement, notre petite ingénue va décider de tout plaquer et partir en voyage suite à l’apparition spectrale de sa sœur disparue et des conseils d’un vieil alchimiste de passage… Car oui, l’héroïne d’un J-RPG est toujours pleine de fougue et veut découvrir le monde. Même si c’est sur les conseils de quelqu’un qu’elle ne connait ni d’Eve ni d’Adam. On se retrouve alors avec une trame très simpliste qui ne s’étoffe qu’avec la présence de personnages secondaires avec des dialogues interminables, des demandes, et des nouvelles compétences. Des dialogues tellement banals qu’au bout de quelques minutes, on les zappe. Rien à faire. Et on comprend toute même l’histoire, alors pourquoi s’en priver ? Malgré certaines tentatives d’humour soldé par des échecs cuisants, les PNJ racontent tout et n’importe quoi. Leur sensation au réveil, ce qu’ils ont mangé la veille. On s’en fout! Une ambiance rose bonbon qui fleure bon le « j’ai rien d’autre à foutre ». Par contre, l’histoire et son déroulement impliquent directement le joueur, sa façon de jouer, et la fin du jeu. En effet, la notion de « temps » est primordiale dans Ayesha. Toutes nos actions (se déplacer sur la carte, ramasser des éléments dans les niveaux, etc…) consomment un certain nombre d’unités de temps. Le jeu n’a pas de fin spécifique mais se termine lorsque 3 années se sont écoulées… Ce qui implique que vous aurez différentes fins selon votre avancement. Heureusement pour les hardeux le New Game + relance la durée de vie du jeu, assez longue déjà : comptez 40h pour finir le jeu une première fois.