Articles

B8nQG2aCcAABlNe

Nous avions achevé la précédente saison de Biblio-Rétro l’an dernier par la revue de Zelda, Chronique d’une Saga Légendaire, tout en laissant entendre qu’elle pourrait revenir de façon ponctuelle et devenir une rubrique à part entière du site. C’est donc chose faite, avec aujourd’hui le premier volume de Level Up, un livre de Third Editions, maison récemment fondée par Nicolas Courcier et Mehdi El Kanafi, d’ailleurs également auteurs de l’ouvrage sur la saga de Link. Un premier mook sur l’histoire du RPG, dont la qualité de contenu, de ligne et de présentation est simplement indéniable.

Tous les RPG

L’éditorial l’annonce clairement, et avec une passion agréable et non feinte. L’ambition de la collection Level Up, dont il s’agit ici du premier volume, est de parler de tous les RPG. Comprenez donc occidentaux et nippons inclus, aussi bien solo que MMO. En effet, ce premier volume aborde différents thèmes et sur la plupart des genres et sous-genres qui constituent ce type de jeu vidéo si particulier, pour reprendre les mots des auteurs. Des rédacteurs (Fabrice Colin, Franck “Fox” Extanasié, Pierre-Yves “PyRex” Franck, Georges “Jay” Grouard, Rémi Lopez, Raphaël Lucas, Pierre Maugein et Damien Mecheri) qui constituent ce qui se fait de mieux en la matière en France, d’après leurs dires. A la lecture de cet ouvrage, ils n’ont effectivement peut-être pas tort. Si la documentation est très prégnante et très appréciable, on sent surtout, à travers et au-delà la maîtrise du propos, la profonde culture RPG des auteurs. Toujours rigoureux, les articles se teintent également souvent de subjectivité jamais mal venue, soit au détour de quelques mots ou allusions, soit de façon plus marquée comme dans le dossier central de cinquante-quatre pages sur la saga Baten Kaitos.

bakagc369

Contrastant volontairement avec les autres articles beaucoup plus courts (de une à dix pages, mais avec une moyenne autour de quatre), ce dernier consacre une analyse très complète sur les titres de tri-Crescendo et Monolith Soft. De la conception à l’univers, en passant par les personnages et le gameplay, tout est disséqué avec profondeur et précision. L’hommage est fort, si bien que si l’on associe ce dossier aux élans d’amour de notre Garr national pour cette série, on a très envie de s’y essayer à l’issue de la lecture, de mesurer la portée qu’on a tendance à lui prêter. Il y a forcément des spoilers, mais il semble difficile de s’en passer dans une tentative d’analyse du background et du scénario qu’il est impossible de regretter, quand elle peut se targuer comme ici d’une très bonne construction. Plus généralement, les articles de ce premier volume de Level Up sont très fournis en anecdotes sur le développement des softs et la vie des studios. Une forme d’investigation et de recherche qui se couple bien avec les différentes réflexions menées (le J-RPG est d’ailleurs plus -et bien- traité sous cet angle que son homologue occidental). Il est juste dommage que l’argumentation dans ces dernières manque parfois de diversité.

ob_5cf73271b7acdf3e227b62da3b34277d_2013-08-01-12-02-51

Voici donc le dixième épisode de cette chronique Biblio-Rétro. Probablement le dernier de cet exercice annuel, mais rien ne l’empêche de revenir épisodiquement sous la forme d’une rubrique à part entière sur le site de LSR. Le meilleur pour la fin? Difficile d’y répondre, tant on a eu la chance de traiter des ouvrages intéressants, notamment l’artbook du mythique Ōkami, l’analyse de la narration de Dylan Holmes, la plongée dans l’univers pixelisé de Simon et Ludo, ou l’immersion dans le monde de l’arcade nippon. Mais un ouvrage passionnant et complet, signé Nicolas Courcier et Mehdi El Kanafi de Console Syndrome, aux éditions Pix’n Love, sur l’une des plus grandes sagas du jeu vidéo: The Legend of Zelda.

Chronologique

legend_of_zelda_gameplay2-150x150Seconde version de l’ouvrage sorti fin 2011, le livre se présente sous la forme d’un grimoire relié, avec encre sobre, marque-page doré et aucune illustration. Nintendo étant très à cheval sur ses droits d’images, les auteurs ont donc décidé de ne se consacrer qu’au texte. Le but est de retracer l’histoire de la série The Legend of Zelda, chacun des premiers chapitres étant consacrés à un épisode canonique et traités par ordre de sortie. Les derniers s’attardent sur les spin-off (dont l’innommable et inoubliable épisode Wand of Gamelon sur la CD-i de Philips) et des analyses de la musique et des principaux personnages Link, Zelda et Ganon. Réflexions qui trouvent également parfois leur place dans les chapitres « classiques », pondérant agréablement le tempo d’un récit qui n’hésite pas à égratigner (justement) les opus moindres et les erreurs de gameplay et de design de Skyward Sword, dont le traitement constitue le contenu additionnel de cette édition 2013 par rapport à sa devancière de 2011.

La structure est répétitive et claire : le synopsis de l’opus, ses secrets de fabrication, les apports de gameplay, sa place dans la mythologie, l’avis des auteurs et sa remise dans le contexte de sa parution. Ce dernier point est certainement le plus important, tant il dénote de la volonté, du travail et de la capacité des auteurs à soutenir leur argument de fond, à savoir l’importance majeure de Zelda dans l’histoire du médium. Très référencé, fort d’anecdotes et de déclarations, le travail de Nicolas Courcier et Mehdi El Kanafi, sur un plan purement journalistique,Zelda-Links-Awakening-Loeuf-du-Poisson-Rêve-Edition-Originale est absolument remarquable. De même que la plupart des tentatives d’analyses de l’univers sont intéressantes et s’appuient sur une argumentation détaillée, claire et faisant appel à des iconographies et des travaux scientifiques. On reste malheureusement un peu parfois sur notre faim, quand certains paragraphes sont beaucoup plus courts que d’autres, contribuant à un rythme inégal de quelques chapitres et à des réflexions pas assez développées.