Articles

2435ada

AP : Cet article sera plus un historique avec des jeux vidéo clés du studio que d’une histoire qui raconte le côté inside du studio, une rétrospective classique dans sa forme sachant que Neversoft n’a pas vraiment participé au jeu des questions réponses avec la presse, les infos sont très rares, et la seule vidéo que j’ai d’eux, c’est quand ils font de la propagande type « kecégénial » de travailler sur COD Ghosts, c’est pas vraiment exploitable et ni brillant pour un studio qui en avait beaucoup plus dans le slip. L’article mérite quand même votre attention rien que pour les jeux qu’on réussit à pondre ce studio sous le giron d’Activision

Quel est la pire sensation à supporter selon vous ? Pour Bardot c’est le mépris, pour Cassel c’est la haine, moi personnellement, c’est de me sentir délaissé, abandonné qui me touche le plus dans ce bas monde. Imaginez de monter votre propre compagnie, un truc qui vous passionne où vous mettez toute votre énergie et votre créativité pendant plus de vingt ans. Bien sûr comme dans toute entreprise qu’il se doit, vous connaissez les hauts et les bas auxquels vous mettez les bouchées triples pour vous sortir la tête de l’eau. Sauf qu’un jour, vous vous faites enfler, genre grave enflé, on vous dépossède purement et simplement tout ce que vous avez entrepris en deux décennies en une trace de stylo.

Chris Ward est l’exemple prototype de ce sentiment, c’est avec joie et félicité qui l’emporte le prix de l’emplumé de l’année 2014, c’est un faite, il s’est fait entubé par Activision, son studio Neversoft vient de disparaître quelques semaines auparavant pour se fusionner avec Infinity Ward, l’un des 3 studios qui font vivre la licence agonisante Call of Duty. Tous les ex-employés de la boîte ont rejoint les bureaux aseptisés de la ville d’Encino, sauf l’ancien patron, lui, il est allé se faire foutre. L’histoire ne nous dira pas si Mr Ward s’est fait virer à la Patrice Desilets par la maison mère, ou le départ s’est fait à l’amiable. Dans les deux cas, la conclusion de l’histoire de Neversoft ne me surprend pas plus que ça finalement, car ce studio en signant avec l’éditeur le plus putassier dérrière EA, l’ancien Game-Designer de Tony Hawk savait pertinemment avec qui il jouait.

La galère des premières années

1998_Neversoft_960

C’est quand même un hasard à la con que le studio meurt à cet instant, deux mois auparavant j’ai planché sur Spiderman, l’un des jeux ayant popularisé le talent de Neversoft aux yeux du monde, sorti en 1999 sur Playstation, il était un excellent jeu dans mes souvenirs de petiot, là de savoir que ce studio passe l’arme à gauche alors que j’en avais écris des lignes dessus il n’y a pas longtemps me fait dire qu’il faut que je change de PC, il ressemble beaucoup trop à un Death Note Hi-tech. Pour commencer l’histoire, Neversoft avant son affiliation à Activision était une société de développement indépendante de jeu vidéo monté en 1994 par d’anciens employés d’Acme Interractive, une branche jeu vidéo d’un éditeur de comics basé à Malibu. Joel Jewett, Mick West (parti du système vidéoludique depuis) et Chris Ward se lancent pour leur propre compte. Au début, ils n’étaient pas prévus qu’ils fassent du Tony Hawk virtuel, non, la stratégie du petit groupe était de commencer en faisant des contrats avec diverses sociétés pour porter des jeux sur console, en exemple fortiche, ils ont réussi en 1997 à porter MDK sur PlayStation, jeu third person shooter sur PC, alors que les journalistes se foutaient d’eux en disant que ça serait impossible d’arriver à un résultat satisfaisant, et non, ils ont réussi l’exercice haut la main, des journaleux vidéoludiques ayant tort ? C’est surprenant.

ME0000947303_2

Après un premier jeu en 1996 pas folichon adapté du dessin animé Skeleton Warriors. Ils se sont tiré une balle dans le pied après plusieurs projets foirés avec Sony et Crystal Dynamics, ils avaient sur le dos un moteur de jeu qu’ils souhaitent vendre les services à d’autres éditeurs. Janvier 1998, soit quatre ans après l’ouverture du studio, avec seulement un jeu et un portage au C.V, Neversoft commence à dire merde à la banque. Sauf qu’un coup de bol arrive à leur porte, j’ai nommé, Bruce Willis. Enfin, la voix de Bruce Willis, digitalisé pour un jeu vidéo d’action prévu sur PS1 et PC dont le développement s’était foiré dans les studios d’Activision. Impressionné par la démo de leur moteur de jeu, Activision signe avec Neversoft pour finir le jeu d’action décervelé Apocalypse. De fil en aiguille, content du boulot effectué sur le projet, Activision rachète Neversoft et leur donne une toute nouvelle licence entre les mains : Tony Hawk’s.

Apocalypse-Playstation

legacy_of_kainLe nom de domaine WarForNosgoth.com vient d’être enregistré par Square Enix. Et cela relance évidemment l’hypothèse du développement d’un nouvel épisode de Legacy of Kain. Mais comme se serait bon ! Nosgoth est le royaume où se déroule toute la série Legacy of Kain, voilà pourquoi il faut espérer… Espérons donc. La rumeur, qui existait déjà il y a quelques mois, rappelons le, voudrait que ce soit Crystal Dynamics, studio de développement du reboot de Tomb Raider, et qui est sur la licence depuis Legend. De bonne augure ? Je vous laisse juger !

MAJ : Le nom de domaine est encore actif, mais une nouvelle info vient de nous faire bondir ! Square-Enix, détenteur des droits de la série a déposé un nom ainsi qu’un visuel dans le formulaire d’enregistrement de Steam. Le retour bientôt annoncé qu’on vous dit !

Nosgoth_logoMAJ : CA y est, nous avons l’infos définitive. Fini des tergiversions : Square Enix et Psyonix viennent de dévoiler Nosgoth, un free-to-play multijoueur et compétitif en équipe qui se situe dans l’univers de Legacy of Kain. Donc pas un nouvel épisode en tant que tel. Pas de retour au premier plan de Raziel. Et c’est bien dommage entre nous… Et en plus Psyonix… Franchement qui connait ? Devrait s’y affronter des humains et des vampires dans un jeu d’action à la troisième personne mêlant corps à corps et DPS à distance. Nosgoth (qui est d’ailleurs le nom du monde où se déroule la série) proposera plusieurs classes, dans deux factions différentes donc, ainsi que nombreux objets à débloquer. Façon Call Of Duty ? J’espère pas bien entendu… Le jeu va bientôt passer en bêta fermée mais en attendant on regarde cette belle et jolie vidéo. 

TR titre

Après 17 ans d’existence, il était temps pour la série de retrouver un nouveau souffle sous l’impulsion de Square Enix et surtout de Crystal Dynamics dont le talent n’est plus à démontrer après les excellents opus précédents qui tranchaient déjà dans le vif par rapport aux épisodes originaux. C’est ainsi que débarque Tomb Raider, un reboot complet de la saga avec une Lara beaucoup plus jeune et fragile que ce que l’on avait pu connaître et ainsi de découvrir l’essor d’une grande aventurière en devenir…

Une île et ses mystères

Lara n'a pas fini d'en baver !

Lara n’a pas fini d’en baver !

Qui aurait pu deviner qu’une simple expédition archéologique allait se transformer en une aventure aussi haletante que dangereuse ? Certainement pas la jeune Lara qui, après une tempête violente et inattendue se retrouve échouée en compagnie de son expédition sur une île qui recèle bien des secrets… C’est ainsi que débute ce Tomb Raider, où perdue au milieu du pacifique, notre héroïne ne cherchera plus seulement à résoudre les mystères du royaume du Yamatai, mais avant tout de sauver ses amis et de quitter l’enfer qui l’attend. Oui, car bien plus que le fait de se retrouver sur une île isolée au milieu de l’océan (le triangle du Dragon, vous ne connaissez pas ? C’est le triangle des Bermudes mais en pire !), c’est la présence des Solarii, une secte d’illuminées dirigée par un certain Mathias, qui nous causera bien des soucis. En effet, en plus de vouer un culte sans faille à Himiko, sorte de reine déchue ayant le pouvoir de contrôler les tempêtes (tiens, ça souffle aujourd’hui…), ils n’hésiteront pas à en faire voir de toutes les couleurs à Miss Croft et ses amis. Et c’est le moins que l’on puisse dire ! Lara sera malmenée tout le long de l’aventure, et paraîtra plus que jamais vulnérable aux attaques incessantes des Solarii et de son environnement. Une Lara qui vampirise littéralement l’attrait des autres personnages de part son charisme et son caractère bien plus humain que son illustre aînée des premiers épisodes de la série (qui parait être aussi froide qu’un terminator à côté) et qui devra apprendre sur le fil, à lutter, combattre et faire preuve d’un courage exemplaire pour mener à bien le seul objectif qui lui reste : sa survie et celle de ses compagnons d’infortune. Il sera alors difficile de ne pas s’attacher à un personnage qui prendra de plus en plus d’assurance au fur et à mesure que les événements la transformeront en une véritable aventurière…

Plus d’une corde à son arc

L'arc, c'est la classe et puis c'est tout !

L’arc, c’est la classe et puis c’est tout !

Lara a beau tomber, se blesser, se remettre en question constamment, s’inquiéter pour le sort de ses amis, Lara reste une Croft et ses ennemis l’apprendront vite à leurs dépends. En effet, les circonstances vont rapidement l’amener à devoir apprendre à se dresser, seule, contre les nombreux Solarii qui tenteront de lui barrer la route. Ainsi, peu de temps après avoir échappé au piège dans lequel elle était enfermée, notre héroïne trouvera le déjà célèbre arc, véritable arme à tout faire de ce Tomb Raider. D’une maniabilité sans faille, silencieux et d’une précision hors norme, cet objet est idéal pour chasser le gibier, enchaîner des headshots démoniaques, enflammer tout ce qui bouge ou encore créer des tyroliennes en étant couplé avec une corde ! Oui, chers aventuriers en herbes, cet objet est fait pour vous ! Et tout ça pour la modique somme de… Euh, je m’emporte un peu là non ? (Pierre Bellemare si tu me lis, je te salue !). Bref, la présence de cette arme est sans aucun doute le plus grand coup de maître en matière de jouabilité réalisé par l’équipe de Crystal Dynamics dans ce jeu, car au delà du simple aspect esthétique (bah oui, c’est classe un arc), il enrichit considérablement un gameplay qui, sans ça, aurait pu ressembler à un simple copié-collé des Uncharted (ce qui entre nous, aurait déjà été formidable). Pour les puristes de l’action, ceux qui aiment l’odeur de la poudre et qui trouvent que les 360 headshots dans ta face ça poutre, bref pour vous les kikoos de call of, je vous rassure, les traditionnels pistolets, fusils d’assaut, à pompe, lance-grenades et autres joyeusetés seront également de la partie. Mais les vrais, les « TRUES » comme on dit quand on pense qu’on sait parler « English », utiliseront le bon vieux « bow » des familles.

Alors, impatient ?

Le tout nouveau Tomb Raider vient d’être officialisé par Square-Enix (qui à racheté Eidos, je le rappelle) et Crystal Dynamics, le studio de développement en charge de la licence. De belles infos sont présentes !

Mais ne nous réjouissons pas trop vite, il ne sera dévoilé en détails et en images, qu’en exclusivité mondiale dans le prochain numéro du magazine Game Informer, qui sortira le 11 décembre. Il s’agit là d’une remise à zéro de la série, puisque l’on incarnera une Lara Croft plus jeune et moins expérimentée que les derniers épisodes. De quoi retrouver la fraicheur d’antan.

Selon les propos mêmes de Darrell Gallagher (responsable du studio Crystal Dynamics) il nous faudra, avec cette nouvelle aventure, « Oublier tout ce que nous avons connu à propos de Tomb Raider ». D’après les 1ers screen, et les première interventions médiatiques, ces nouvelles aventures de la belle Lara devraient être essentiellement axé sur la « Survie », avec une héroïne échouée sur une île déserte, après une tempête dévastatrice. Une île évidemment mystérieuse. Des traumatismes émotionnels et physiques l’attendent ici.

En espérant que ce jeu reste sur la bonne lancé d’Underworld et d’Anniversary. Avec Cristal Dynamics aux commandes, il ne devrait pas y avoir d’accident. Vivement le 11 décembre !

Edit : De nouvelles informations viennent d’arriver. Et pas des moindres. Ces infos débarquent sur le net, avant même que le magazine GameInformer, d’où elles émanent, publié. Même si nous n’avons pas encore de date de sortie, voici les infos, en vrac, reccueillies :

-Lara aura 21 ans dans la jeu
-Le système de lock laissera la place à un système prônant une plus grande libertés, on n’en sait pas plus pour autant
-Le jeu laissera une liberté accrue au joueur, sur une île, bien plus vaste que les espaces des précédents volets
-Lara ne sera pas seule sur l’île déserte, elle sera notamment accompagné des survivants de la tempête
-Le jeu est annoncé plus mature que les précédents volets et devrait intégrer des morts violentes. Un changement qui ne dérange les fans à priori. Une nouvelle orientation qui se retrouve dans les armes, avec un arc, un fusil à pompe et un pistolet (d’après les artworks disponibles)
-Les aptitudes de Lara devraient évoluées au fur et à mesure de l’aventure. Samas Aran est-tu là ?
-L’aspect « survie » a été précisé, il faudra notamment se nourrir et s’hydrater dans cet environnement hostile

En espérant que vous êtes autant impatient que moi. J’ai gardé le meilleur scoop pour la fin, pour la 1ère fois de son Histoire, Lara n’aura pas d’équivalent humain. Aucunes représentations ! C’est quand même quelque chose de révolutionnaire pour une femme icône.

En attendant de nouvelles infos !

J’ai dis, alors impatient ?