Articles

DD0

Quand on est « un vieux con de retrogamer », et plus particulièrement sur PC, on se souvient des ténors du FPS comme Doom ou encore Quake. Leur univers simple et sans prise de tête et leur gameplay nerveux, ont imposé un standard de « skill » aux joueurs. Mais depuis les années 2000, les jeux ont gagné en technique et scénario ce qu’ils ont perdu en jouabilité nerveuse. Les joueurs ont alors toujours voulu retrouver ces sensations perdues, et notamment du côté de l’indé. Devil Daggers répondra t-il à leurs attentes?

100 % PUR DEFOULOIR

20160409135739_1Le jeu de Sorath ne s’embarrasse pas avec les détails et propose au joueur une situation simple : un homme contre les créatures de l’enfer. On se retrouve donc dans une arène sombre, face à des vagues successives d’ennemis hideux, se multipliant et gagnant en résistance au fil du temps. Notre arsenal ? des simples dagues en quantité illimités, ce qu’il nous reste à faire est de rester vivant le plus longtemps possible. On voit donc tout un bestiaire d’ennemis dès que l’on commence une partie, que ce soit des crânes volants peu résistants, des araignées de l’enfer crachant elles aussi des araignées radioactives ou un serpent squelette de la mort. Tout ce beau monde se répand sur la même zone réduite et on a tout intérêt à ne pas rester sur place, le jeu devenant alors un concours de réflexe pour tenir le plus longtemps possible. Heureusement, si l’on tue les principaux « distributeurs de monstres », des joyaux rouges  en tombent permettant d’améliorer la puissance et l’efficacité des dagues. La course vers le haut du classement est donc légèrement facilitée,  sans pour autant effacer le challenge. D’ailleurs l’unique succès du jeu consiste à tout simplement….tenir plus de 8 minutes sans mourir. Un jeu plutôt simple qui demande une attention de tous les instants. Est ce un bon FPS old school pour autant? pas tout à fait.

 

100 % FPS OLD SCHOOL?

DD2Si l’on prend comme comparaison la série Quake, on retrouve de nombreux points communs avec Devil Daggers. Le style graphique par exemple reprend le début de la 3D dans le genre, avec juste ce qu’il faut d’aliasing et de simplicité. On se fiche du 1080 p et les ennemis sont suffisamment glauques. La jouabilité est également suffisamment nerveuse pour tenir longtemps en haleine les plus téméraires, avec un temps de réaction quasiment nul, et aucun moment pour récupérer. D’autant plus qu’ici aucune vie ne se recharge, et qu’un seul contact causera la mort immédiate. Par contre n’espérez pas avoir une quelconque histoire même basique, des niveaux et des armes plus puissantes, le jeu ne propose d’aller à l’essentiel et de tester les compétences les plus simples des joueurs, le tout dans une difficulté très élevée.  Devil Daggers n’est donc pas un FPS old school  à proprement parler, car il n’y a pas de level design ni d’arsenal d’armes loufoques ou meurtrières. Mais il reproduit les sensations de ces derniers avec la rapidité de mouvement et la précision du shoot. A essayer si vous aimez les jeux à scoring et de réflexe, surtout que celui ci coûte seulement 5 euros.

 

A retenir 

Un test plus court que la normale, mais pour un jeu extrêmement court. Devil Daggers est un titre qui reprend les principes des vieux titres du genre, avec une difficulté maximale, et un gameplay nerveux et simple. Le joueur possède une seule arme et doit son salut à son instinct de survie, dans une arène unique peuplée de nombreux monstres. Par contre le manque de niveaux et de variété de gameplay destine le jeu aux amateurs de scoring, et à un prix de 5 euros l’expérience vaut le coup.

Flbond

 

Informations sur le jeu

Plateformes : PS4 – PS Vita

Genres : Metroidvania – Souls-like

Développeurs : Ska Studios

Éditeurs : Ska Studios

Date de sortie : 15 mars 2016