Articles

tobeornottobe

Les fans de comic strips le connaissent pour son célèbre Dinosaur Comics, le Canadien Ryan North s’est également autorisé entre deux répliques de t-rex à reprendre à sa sauce le non moins fameux Hamlet de Shakespeare. Paru sous la forme d’un livre dont vous êtes le héros, l’histoire du trublion North refait surface sous les traits d’une aventure textuelle développée par Tin Man Games, déjà auteur d’une tripotée de gamebooks.

Be all my sins remember’d

Stay classy Hamlet.

Stay classy Hamlet.

Brisons la glace dès le début : To Be or Not To Be ne vous aidera pas dans vos devoirs de français ou d’anglais, pas plus qu’il ne vous permettra de citer Shakespeare au cours de vos dîners mondains. Parler d’ « adaptation libre » est encore un euphémisme, tant l’œuvre du dramaturge britannique se voit malmenée. Hamlet est dépeint comme un trentenaire emo, sa « girlfriend » Ophélia tente de vivre sa vie de jeune femme indépendante, pendant que le père est gratifié d’un bonus de caractéristique en sieste.

À l’exception de certains monologues retranscrits mot pour mot depuis l’œuvre originale, le niveau d’anglais est suffisamment commun pour être facilement compris. Étant donné qu’aucune traduction n’est disponible, il faudra de toute façon s’en contenter. Pour les plus anglophiles, un narrateur (impeccable) leur permettra même de se passer d’une bonne partie de la lecture. Un narrateur qu’on aurait imaginé davantage dans son élément à l’intérieur de l’œuvre originale ; la prose de North se faisant très orale et anachronique, mimant à la Kaamelott un langage moderne au milieu de cette histoire de châteaux et de rois.

Au moins c'est pas du FedEx.

Au moins c’est pas du FedEx.

La fluidité de sa plume se trouve par ailleurs parfaitement retransmise par l’habillage d’aventure textuelle, composé avec goût et avec soin. On peut librement revenir en arrière, et les effets visuels accompagnant l’histoire font mouche. Même pour un habitué des visual novels japonais, cette mise en forme centrée sur le texte est rafraîchissante et plus intelligente dans sa conception qu’un simple cadre en bas de l’écran.

Party hard

Gayyyyy !

Gayyyyy !

Difficile de continuer sur l’histoire en elle-même sans trop en dévoiler. S’il ne s’agit pas de faire un inventaire de tous les événements que l’on peut rencontrer, il est à noter que les embranchements sont nombreux et amèneront tous à des rencontres plus loufoques les unes que les autres. Même le scénario officiel de Shakespeare, dont les choix sont indiqués à chaque bifurcation, conduira pêle-mêle à des soirées en bateau, des propositions incestueuses, un duel de sourds ou une virée très méta dans un autre livre de l’auteur.

Toutefois si les premières impressions flattent le lecteur, moyennant une pondération si vous accrochez à l’humour, la replay value semble plus difficile. Les gags proviennent souvent de ficelles communes, qui deviennent de moins en moins drôles à force de répétition. Il vaut peut-être mieux ainsi espacer votre lecture pour ne pas finir écœuré du mélange d’audace et d’ironie mordante de North, qui ne nous épargne vraiment rien.

À retenir

Malgré une sortie anecdotique sur Steam, To Be or Not to Be se révèle être un titre sympathique pour les amateurs de comédie et d’aventure textuelle. Dénué d’ambitions extravagantes, il en ressort un jeu soigné à la fois au niveau du texte que de l’habillage jeu vidéo. La durée de vie assez faible ne constituera un défaut que si vous accrochez réellement à l’humour de North, mais le prix assez élevé (~12€ sur la plateforme de Gabe) me pousse par contre à vous le conseiller de préférence en soldes.

Antigoomba

Informations sur le jeu

Plateformes : PC/Mac/Linux/Android/iOS

Genre : Aventure textuelle

Développeur : Tin Man Games

Éditeur : Tin Man Games

Date de sortie : 4 février 2015