Articles

[EVENEMENT] La soirée Shoot Them Down en images !

Salut à tous !

2014-06-28_IMG_0008Soirée Shoot Them Down, Done ! Merci à tout le monde d’être venu ! Toute l’équipe du Serpent Retrogamer vous remercie de votre présence et de votre sympathie à tous ! J’ai rarement vu un événement de la sorte avec autant de gens sympa et exactement 0 chieurs ^^. Tout le monde a joué le jeu, les concours ont été bien suivi, et les bières sont bien parties en fin de soirée !

Un très très très grand merci à toute l’équipe de Coin-Op Legacy qui s’est plié en 4 pour nous accueillir dans les meilleures conditions possibles ! Sans eux, rien n’aurait été possible !
Un énorme Merci à DamDam, qui nous a gratifiée d’un commentaire sur un run de Yami sur ESP Galuda tout bonnement hallucinant (le run autant que le commentaire)
Un merci du fond du cœur à Florent Gorges et à l’équipe du rétrogame Shop pour avoir assurer un stand de vente de qualité, tout en restant accessible pour discuter de notre passion à tous !
Et forcement un grand merci à vous tous, joueurs de shmup.com, de shmupemall.com (mention spéciale au stick que Yami a remporté !), de gamesidestory, etc… Pour avoir montré au yeux du monde que non, les shmupeurs ne sont pas des brutes qui ne savent pas communiquer ! Les gars (et les filles) vous avez juste été énormes ! On a tellement hâte de vous revoir !

Tout l’équipe du Serpent Retrogamer se joint donc à moi (Le Serpent) pour vous dire combien on vous aime tous et combien Yami est un putain de Shmupeur capable du meilleur à l’échelle mondiale !

Toute les photos de l’event sont disponibles sur notre page Facebook  (Photos prises par Coin-Op Legacy, Merci Bat !), mais en voici quelques unes, pour le plaisir !

On se donne rendes vous très vite pour une prochaine soirée Rétro Made In LSR !

[EVENEMENT] Soirée Shoot Them Down ! Venez jouer aux classiques du Shmup en arcade, le samedi 28 juin, chez Coin-Op Legacy

Salut à tous !

C’est avec un grand plaisir que nous vous annonçons la première soirée rétro organisée par Le Serpent Retrogamer ! Cette dernière mettra les shoot them up à l’honneur. Pour accompagner la chronique de notre cher Toma, nous vous donnons rendez-vous samedi 28 juin, à partir de 20h30, à la salle d’arcade d’Ivry-sur-Seine : Coin-op Legacy (adresse exacte communiquée suite à l’inscription).

affiche_lsr_a3_concours_shootthemdown_P02

Au programme :

– Un accès illimité à 35 machines présentes
– Un parcours initiatique autour d’une quinzaine de Shmup incontournables avec un cadeau à la clef !
– De nombreuses animations dont concours et tombola
Boissons soft à volonté, grignotage salé et sucré, disponible gratuitement

Des invités de marques seront de la partie entre autre :

Florent Gorges, Historien des jeux vidéo, qui sera sur l’évènement pour shmuper avec vous bien sur, mais qui proposera aussi les bouquins Omake Books à la vente. Une séance de dédicace sera aussi organisée.
DamDam, SuperPlayer de son état. Grand spécialiste du Shmup, vous pourrez le défier par Score interposé pour savoir qui est le meilleur !

Cette soirée vous est proposé au prix de 15 € , payable sur place et uniquement en espèce. Mais faites très vite, car l’événement est limité au nombre de 60 personnes.

Pour vous inscrire ?

Rien de plus simple, le formulaire ci-dessous et vous recevrez toutes les informations nécessaires supplémentaires, dont l’adresse exacte de la salle.

Votre nom et prénom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Mais comment avez-vous eu vent de l'évènement ? (obligatoire)

Mais attention mes amis, le fait de remplir ce formulaire ne veut pas forcément dire que vous êtes inscrits. Le nombre de places étant limité, seules les premières inscriptions seront retenues. Nous vous avertirons au plus vite de la validation de votre inscription. De plus, ce formulaire est à remplir obligatoirement par chacun d’entre vous, de manière individuelle, ben voui, comment on s’y retrouve sinon ?

Et puis il en va sans dire mais des raisons de sécurité et d’horaire, seules les personnes majeures seront admises.

Merci à nos partenaires !

Sans nos partenaires, cette soirée n’aurait pas le même goût ^^. Je remercie ainsi tous les partenaires qui aura la gentillesse de relayer cette soirée sur leur site internet. Je remercie aussi tout particulièrement :

Shmup.com, dont les principaux représentants seront présents à la soirée. Soutien inconditionnel de la chronique « Shoot Them Down » de Toma, Shmup.com apparait comme une véritable encyclopédie quasi exhaustive du genre rédigé par des passionnés de longue date, de ses balbutiements jusqu’à nos jours, avec un suivi actif de l’actualité à coups de Twitter. Site complet et passionnant, forum actif et chaleureux, que demander de plus ?

Shmupemall.com, dont les principaux représentants seront aussi avec nous, à la soirée et qui offrira un lot pour le gagnant du concours ! Site proposant un nombre conséquent de réflexions passionnantes sur le genre, de test approfondis et de tutoriels, avec un forum qui bouge, il est surtout connu pour son émission à succès « 1-Sissy », offrant des runs pédagogiques de shmups parfois corsés, pour permettre à tous d’atteindre la fin des jeux, en un crédit, bien entendu! D’ailleurs j’en profite, voici le dernier épisode en date :

[EVENEMENT] Le Serpent Retrogamer présent au Retrogaming Show !

Salut à  tous !

Du 14 au 15 juin, à Marseille, se tiendra la 4ème édition du Retrogaming Show. Et bien c’est simplement pour vous dire que nous y seront ^^. Mais pour faire quoi ? Et bien principalement deux choses :

1. Nous tiendrons un stand de 4 mètres. Oui oui ! Et tout cela pour quoi ? Pour nous rencontrer d’abord, ben voui parce qu’avec 4 mètres c’est bien mieux ^^. Et puis surtout pour jouer avec vous ! Deux concours seront organisés par LSR. Deux Shoot’em up seront proposé en libre accès, et les personnes ayant fait les meilleurs scores sur ces deux « shmups » pourront repartir avec un lot. Et oui !

2. Notre  Toma international fera une conférence et animera un débat sur l’histoire du Shoot’em up ! Rien que çà ! Alors on va le voir mes amis ^^.

retrogaming_show_2014

Rappelons tout de même que le Retrogaming Show c’est un espace où vous pourrez jouer à plus de 150 consoles vintages en compagnies de certaines personnalités du milieu (autre que nous mouahahah) : Douglas Alvès animera une série de conférences/débats, alors que Meeea et bien d’autres seront avec vous dans les dédales du festival. Je passe aussi sur tous les arts associés au rétrogaming, musique électro 8bits et chiptune en tête.

On se donne donc rendez vous du 14 au 15 juin !

[EVENEMENT] Pixellissime volume 2 : cinéma et jeux vidéo

Fort de son succès l’année précédente, à l’enthousiasme d’une personne et de son intérêt pour le jeu vidéo, Carine Barbotte nous a dévoilé son thème pour cinéma et jeux vidéo ou comment mélanger deux médias opposés mais dont l’un et l’autre s’inspirent mutuellement sans l’avouer. Comme pour l’année dernière LSR revient mais avec un avantage puisque nous ne sommes plus considérés comme visiteurs mais nous participons à l’expo et sommes traités comme des « VIP ». Explications plus bas les amis.

 

 

Come back

Une deuxième édition, on prend les mêmes et on recommence. Archéoptérix revient pour prêter ses consoles pour les besoins de l’exposition, Carine Barbotte toujours en charge du projet s’occupe de programmer l’exposition et notre Serpent national s’est occupé de rédiger la plupart des textes de l’exposition, une pression pour notre Serpent et une première pour notre groupe, Le Serpent fut chargé entre autre de maître de conférence c’est-à-dire qu’il prenait le micro soit pour annoncer qui intervenait, soit pour donner la parole aux gens du public qui posaient les questions. Cette année jeu et cinéma partagent l’affiche, l’expo est somme toute classique mais il est dommage que le cinéma ne soit pas plus à l’honneur. Le jeu vidéo, lui, est massivement présent avec ne serait-ce que les consoles et les goodies ; seuls quelques objets par rapport au cinéma sont exposés et bien sûr les affiches de Carine sont là pour nous démontrer les liens étroits entre les deux médias. Étaient présentes dans la collection d’ Archéoptérix la NES, la SNES, la Megadrive mais aussi des bornes d’arcades, ainsi que du next-gen comme la Xbox 360 (et peut-être une ou deux PS3) bien sûr  il y a des titres tirés du cinéma : ici vous avez Star Wars sur Nes et Star Wars Wars Kinect sur 360,vous avez Alien 3 : The Guns sur arcade, Goldeneye sur Nintendo 64. Très peu de titres en corrélation vu que Archéoptérix ne peut pas disposer de tout les titres, on retrouve du coup les indémodables Mario, Street Fighter, Duck Hunt et Pac-man.

[EVENEMENT] EIGD : European Indie Games Days 2012

Marseille un pôle du jeu vidéo ? Pas encore mais ça commence à arriver petit à petit. D’où le Retrogaming Show, par la Pixellissime (et pourquoi pas nous, dans le futur ?). 2012 fut donc une année geek pour la cité phocéenne car aujourd’hui elle accueille le 2 et 3 juillet 2012 à l’Alcazar l’ EIGD 1er du nom. Alors kézako ? c’est une réunion entre développeurs indépendants du monde entier pour se réunir autour de conférences, échanger, débattre et partager entre indépendants. Il est difficile pour LSR de vraiment trouver sa place car le rétrogaming et les indies  sont deux concepts radicaux, mais bel et bien proches sur certains aspects. Par exemple, nombres d’indies ont commencé sur ZX-81 ! Le rétro et les indés ont donc croisé leurs chemins, sans s’oublier. Une rencontre des plus intéressantes donc, dans un monde qui émerge lentement mais sûrement. Je tiens à m’excuser pour l’absence de photo, mon appareil photo à claqué donc milles excuses.

La mouvance indé

MIRAGE, grand prix du jeu indé de cette édition !

L’alcazar deviendra sûrement un symbole d’échange et de partage pour le médium du jeu vidéo en France dans un futur proche, accueillant notamment depuis deux éditions la Pixellissime. Un évènement original au niveau national car il concerne essentiellement la mouvance indépendante ! Ce n’est ni un mouvement à proprement parler, ni un effet de mode comme on peut le constater parfois avec le retrogaming mais bel et bien une marque de fabrique unique au sein du monde du jeu vidéo : elle n’a pas à subir les pressions ou autres calendriers des éditeurs. Constitués d’une équipe réduite, travaillant pour la passion, bon nombre d’indés ou indies se sont implantés sur l’héxagone depuis plus de 20 ans. Mais ce mouvement ne s’est vraiment fait connaitre que depuis quelques années, par certains titres PSN ou XBLA très médiatisés : AMY, Journey, From Dust… Eux sont loin de tout cela et travaillent avec un petit budget, la passion les animant : la plupart des indé se disent égoïstes car ils travaillent avant tout pour eux-mêmes afin de créer leur perle. Il existe beaucoup de petits studios en France comme Bip Media, Ouat Entertainement, Pastagames, Mekensleep etc… Leurs softs sont parfois méconnus et leur vitesse de développement ne suit pas un rythme classique de production. Ils développent sur n’importe quelles plateformes : consoles les jeux, PC, et surfent aussi sur la vague smartphones. Ainsi il n’est pas rare de trouver un jeux indé sur Androïd Market ou sur l’Applestore, une autre façon de voir  le jeu et d’exprimer leur créativité.

[EVENEMENT] Le Retrogaming Show Marseille Volume 2

Un peu plus de deux mois après la Japan Expo Sud, votre humble serviteur que je suis a eu la chance de retrouver les vieilles machines d’Archéoptérix à l’occasion de la seconde édition du Retrogaming Show qui s’est tenue les 26 et 27 mai derniers au Dock des Suds. Reportage.

La grande scène ou le cœur du jeu

Il est pas beau lui !

Marseillais vieux de 31 ans désormais, je ne connaissais pourtant que de nom cette fameuse salle de concert. Au-delà de son aspect underground et un peu sombre, le Dock des Suds a cette particularité de créer une atmosphère conviviale de par sa relative petite taille. Bref, le cadre idéal pour faire une exposition sur le retrogaming dans laquelle quelques bornes d’arcade étaient disposées ça et là. Street Fighter II, ou plutôt sa version Turbo, déjà pierre angulaire du stand d’Archéoptérix lors de la Japan Expo Sud, est ici encore mis en avant et projeté sur grand écran dans la salle principale pour des confrontations amicales ou des tournois. L’occasion de se réjouir de voir ce satané campeur de Guile se faire avoir au Time Out, de retrouver les classiques gammes de mes chouchous Chun-Li et Ryu (les trois Head Stomp pour elle et le combo 3 hits j. HK, cr. LK, LP shoryuken pour lui) et de se surprendre à observer un jeu plus fluide visuellement que manette en main. Sur la scène, des membres du staff organisent un blind-test portant sur des musiques de jeux rétro ou de dessins animés de notre enfance. L’affluence n’est pas énorme mais connaisseuse, et il m’est impossible d’en placer une. Mon amusement est alors grand quand j’entends que Totof a marqué un point! Mais je ne peux m’empêcher, en voyant toute cette bonne humeur et ces interactions avec le public, d’être déçu de ne pas avoir été vraiment impliqué par l’organisateur alors que l’envie de participer et de filer un coup de pouce était grande. Cependant, je tiens à le remercier de m’avoir offert l’entrée.

[RENCONTRE] La Nuit Retrogaming au cinéma Max Linder Panorama, samedi 28 avril

Entrons tout de suite dans le vif du sujet, la Nuit du Retrogaming commencera ce samedi 28 avril, à23h15, au prestigieux Max Linder Panorama (24, bd Poissonnière Paris). Ce sera l’occasion de voir, ou plutôt revoir pour la plupart de nos lecteurs, mais sur écran géant, trois grands films de bons geeks. Tron d’abord, avec ses costumes signés Mœbius, fut le premier long métrage à utiliser les images de synthèse. Et oui on l’oubli ça ! WarGames ensuite, qui fut le premier à aborder le monde d’un hacker et les conséquences dans le monde réel de toutes ses actions. Et finalement, The Last Starfighter, inédit dans les salles françaises, le moins connus donc, raconte l’histoire d’un champion de jeu d’arcade et son destin au sein d’une guerre intergalactique ! Oui oui c’est un peu bizarre mais ça existe ! Rappelons aussi que MO5.COM (nos partenaires qu’on kiff grave !) et Neo Legend fourniront des meubles d’arcade pour se détendre entre deux projections, et après celles-ci. Des tournois seront organisés avec de nombreux lots à gagner, fournis par des éditeurs comme SEGA ou Square-Enix. Plus d’infos sur le site officiel (cliquez ici) et la page Facebook. En espérant qu’il s’agit là d’un rassemblement pérenne dans le temps !

Le Serpent

[ÉVÈNEMENT] Lancement de Docteur Lautrec et les chevaliers oubliés à Paris

Nous sommes le 23 novembre 2011, une grande date pour Le Serpent Retrogamer. Ce fut la toute première fois que nous étions invités à un lancement de jeu. C’est n’est peut-être pas grand chose, juste un rite de passage quelconque dans le monde des sites reconnus par la communauté des éditeurs… Mais pour nous, cela veut dire beaucoup. J’ai donc réalisé ce reportage avec beaucoup de professionnalisme certes, mais aussi beaucoup d’émotions. Jugez en par vous même.

Une réception de qualité

Une très belle pièce principale

Avant de commencer  à aborder le contenu, j’aimerais vous parler de la forme de cette réception. La qualité de cette dernière ne peut rester dans l’ombre, même si mon enthousiasme de découverte de ce monde merveilleux peut être supérieur à l’objectivité qui doit être la mienne. La devanture du lieu de réception, proche de la bastille, n’augurait rien de bon. Une simple petite affiche et une personne qui nous attendait, là. Après les présentations, me voilà rentrer dans le coeur du sujet, l’antre de la cérémonie, la salle des hostilités. Une jeune fille, badge au cou, vient à ma rencontre. Une petite conversation, non des moins sympathiques, s’engage alors sur le but du Serpent Retrogamer et de sa volonté de diffuser la culture rétro grâce à des jeux nouvelles générations. Une mission sacré à son gout, à priori. Toujours est-il que nous ne restons pas seul bien longtemps puisque Pierre Ghilsandi, chef produit de chez Konami, éditeur du jeu s’il est nécessaire de le rappeler, ce joint à nous (à noter une courte interview de ce dernier à paraître). Discussion devenu tripartite, nous voilà parti vers le buffet. Chocolats, bonbons, Coca-Cola, et tout ce qu’il faut pour passer une bonne matinée ensoleillée. Mais trêve de plaisanteries ! Après m’avoir appâté, me voilà pris au piège d’une présentation imminente du soft. Docteur Lautrec, tu es à moi !

Une petite salle pour Lautrec et moi

Une petite salle pour une présentation à trois

Bien que le titre de ce paragraphe augure à des ébats amoureux, il n’en est rien. Non. Et bien au contraire puisque tout le sérieux du monde s’était abattu sur moi. Et du moins devait. Pierre Ghilsandi opérait à la présentation du jeu, sur un magnifique mais non adapté Ipad. Moi et 2 autres journalistes. Pas plus. L’intimité est tellement meilleure pour ce genre de situation… Nous voilà lancé dans un raid d’une dizaine de minute de visionnage de vidéo. Six ou sept au total pour nous présenter l’intégralité des mécaniques de jeu. Réjouissant ! Phase d’infiltration, de combat avec des esprits façon Pokémon, ou bien recherche d’indice pour rentrer dans un tombeau. Le docteur voudrait-il copier le professeur ? Le fameux Layton ? Je le crains… Mais avec quel talent ? Je ne sais pas… Enfin presque pas… Car oui, j’ai pu m’essayer au jeu une demi-heure durant, sur des bornes montées pour nous, journalistes. Mais revenons un peu en arrière. Après avoir visionné les vidéos sur le fameux Ipad, me voilà ressorti de la salle pour rentrer immédiatement dans une autre.

[RENCONTRE] Game story : l’Histoire du jeu vidéo au grand palais

L’affiche officielle

Le 10 novembre. Voilà une date des plus importantes, à marquer dans votre calendrier. A partir de cette date, et jusqu’au 9 janvier 2012, le Grand Palais accueille une exposition qui séduira forcément les gamers : Game Story, une histoire du jeu vidéo. Co-organisée par de l’association MO5.COM, avec qui nous sommes assez liés, et le Musée National des Arts asiatiques Guimet, l’exposition reviendra sur les temps forts de l’histoire vidéoludique. L’exposition sera ouverte tous les jours, avec des entrées à 8€ (6€ pour le tarif réduit et gratuit pour les moins de 5 ans). Nous couvrirons bien évidemment l’évènement et essaierons de nous joindre à cette joyeuse bande pour l’inauguration. Pour mieux comprendre dans quelle optique se placent les organisateurs, voici leur communiqué de presse :

Apparu au début des années 1970, le jeu vidéo est un média jeune qui n’a cessé d’évoluer et de se perfectionner jusqu’à devenir de nos jours une industrie culturelle majeure. Dès son apparition, ce nouveau média a fait l’objet de nombreuses discussions et analyses s’intéressant essentiellement à l’impact social ou personnel de son utilisation. Cette exposition vise donc à l’aborder sous un angle différent, esthétique et culturel.

Une histoire technique et esthétique

L’histoire des jeux vidéo s’est écrite en lien étroit avec l’évolution technique qui a permis aux créateurs de proposer des univers et des expériences de jeu de plus en plus riches et diversifiées. Grâce à des composants informatiques toujours plus puissants, chaque nouvelle génération de matériel de jeu vidéo a vu s’élargir la gamme des possibilités de création aussi bien pour les aspects visuels que pour les musiques, les sons et l’interactivité. Les premiers jeux vidéo étaient constitués de gros carrés blancs ; les plus récents bénéficient de la haute résolution, voire de la 3D, et présentent une variété infinie de styles graphiques et d’univers visuels. Les premiers sons étaient de simples bips électroniques ; aujourd’hui, des musiques symphoniques, véritables bandes originales, sont composées spécifiquement pour des jeux vidéo. Les manettes des premiers jeux vidéo comportaient un seul bouton permettant de déplacer une raquette de gauche à droite sur un écran ; aujourd’hui, les consoles peuvent détecter les mouvements des joueurs qui deviennent eux-mêmes interface de jeu. Tout au long de l’histoire du jeu vidéo, image, son et interactivité ont évolué de concert avec la technique. Il existe ainsi des périodes stylistiques marquées par une « ambiance » visuelle et sonore spécifique et par une offre particulière en matière d’interactivité.

Une histoire culturelle

Au-delà de l’esthétique et de la technique, l’histoire du jeu vidéo est aussi une histoire culturelle des nouveaux imaginaires contemporains nés de la rencontre entre des fonds culturels des États-Unis, du Japon et de l’Europe, et plus spécifiquement de la France qui occupe un rang majeur dans ce domaine. A travers des supports de création aussi divers que le cinéma, le dessin animé européen, la bande dessinée franco-belge, les comics américains, les mangas japonais, l’anime japonaise, les séries télévisées américaines, de nouveaux univers se sont créés. Ils sont autant de sources pour le jeu vidéo qui en retour les inspire. L’histoire du jeu vidéo est également l’histoire du design industriel et du graphisme, visibles dans la forme des consoles, la mise en page des magazines spécialisés ou encore les boites des jeux et les publicités. Ce sont de véritables « ambiances visuelles » d’époque que l’exposition évoquera à travers divers objets liés au jeu vidéo et aux autres supports des nouveaux imaginaires.

Des clés de compréhension et des jeux jouables

La progression des études sur l’histoire esthétique et culturelle du jeu vidéo permet de proposer au public, même totalement néophyte, une histoire des styles et des clés de compréhension ou d’identification des jeux. C’est là ce que l’exposition se propose de faire, à travers un parcours organisé par sections chronologiques dans lesquelles le visiteur pourra s’initier, sur des matériels d’époque en parfait état de fonctionnement, aux différents jeux vidéo essentiels de chaque période.

Le Serpent