Articles

Il y a un peu plus de six mois, EA Sports annonçait une révolution avec son nouvel opus de FIFA version 2011-2012 dénommé FIFA 12. Avec les évolutions apportées et le succès bien connu de FIFA 11, nous pouvons nous demander ce qu’EA Sports a pu améliorer pour nous convaincre de changer de version !  Quand est-il vraiment ? FIFA 12 creuse-t-il encore l’écart dans le monde des jeux de foot ?

De quoi est faite cette révolution

Effectivement, EA Sports n’avait pas fait simplement une annonce accrocheuse, les évolutions sont bien réelles et toujours aussi impressionnantes ! Je vais vous présenter les trois points principaux afin de vous donner une bonne idée du changement effectué : Le point le plus important et qui se démarque de tout ce que nous avons connu jusqu’à maintenant dans les jeux de foot est la modification de la défense. Peu importe la série, de FIFA ou de PES, tous les amateurs du genre connaissent la défense effectuée en fonçant littéralement dans le joueur adverse pour récupérer la balle !  Quoi qu’on en dise ce n’était pas la partie la plus difficile à maîtriser dans le jeu. Avec FIFA 12, EA introduit la « défense tactique » qui peut paraître assez déroutante de prime abord : il s’agit de contenir le joueur adverse avec une touche puis d’appuyer avec le bon timing sur une autre touche pour tenter de récupérer la balle. Si on loupe le joueur, et bien c’est un trou dans la défense et une occasion directe pour l’adversaire. Nous sommes donc très loin du premier PES où j’avais ressenti l’effet inverse, il m’avait fallu trois ou quatre matches avant de marquer mon premier but ! Cela donne une dimension vraiment différente au jeu et accentue encore le réalisme de la partie. Le second point est la modification des dribbles. Nous avons pris l’habitude d’effectuer plusieurs combinaisons de touches (souvent fastidieuses) pour tenter d’éliminer un joueur par un dribble spectaculaire. Nous savons également que passer un joueur en un contre un sans effectuer ces fameux dribbles relève de l’exploit. Cette aspect du jeu est également terminé avec FIFA 12 puisque nous avons droit aux « dribbles précis ». Cela se traduit par une meilleure conduite de balle de la part de certains joueurs et la possibilité d’éliminer son adversaire direct par un crochet est maintenant réalisable. Tout ceci est bien entendu rendu possible suite à la modification de la défense. Enfin, le dernier changement que je vais vous présenter est le nouveau moteur de contact qui est intégré au jeu. C’est le seul changement qui mérite, selon moi, d’être amélioré. Effectivement cela ajoute (encore) du réalisme, les contacts paraissent parfois durs, une touche permet même d’effectuer un tirage de maillot ! Néanmoins, on sent que tout n’est pas au point et quelques fautes d’arbitrage étranges font leur apparition. Parfois un penalty est sifflé alors qu’il ne s’est rien passé de spécial par exemple. Mais bon cela reste du détail quant à la qualité générale du jeu.

Toujours plus de réalisme 

mandandaLe temps des joueurs mal modélisés est définitivement terminé. Bien sûr les joueurs ne sont pas tous modélisés à la perfection (notamment ceux qui ne disposent pas de la licence EA) mais pour d’autres la technologie de motion capture a été utilisée et autant dire que cela change vraiment le rendu visuel. Je trouve particulièrement agréable de voir des joueurs vraiment ressemblants au tatouage ou à la coupe de cheveux près (il suffit de regarder la coupe de cheveux du défenseur du PSG Sakho  ou le tatouage sur la nuque de Beckham pour s’en rendre compte). Un autre détail a été changé, celui de la présentation des joueurs. En lieu et place de leur modélisation 3D, nous pouvons désormais profiter de la photo réelle du joueur et cela est bien appréciable ! Un mauvais point dans la rubrique du réalisme (eh oui il en faut!) : Je trouve les commentaires bâclés et repris quasiment à l’identique de FIFA 11. Les commentaires ne sont pas assez    « rigolos » comme dans les ancien FIFA ou PES pour en faire des phrases cultes qui nous font sourire, ils ne sont pas assez réalistes non plus pour nous donner l’impression de plonger dans un vrai match. Nous pouvons noter quand même une apparition : les commentateurs annoncent de temps en temps l’anniversaire d’un des joueurs sur le terrain en fonction de la date de la console.

Après FIFA 12 sorti en septembre, EA sports sort un dérivé de la série FIFA cette fois consacré au football de rue. Nous sommes donc loin des belles pelouses mais toujours avec les stars du ballon rond qui laisseront leurs crampons de côté pour jouer en basket et en sweat à capuche !

Du changement !

Le premier changement à noter est que le jeu n’est plus réalisé par EA sports BIG, sa filiale dédiée aux jeux « extrême » ayant déjà donné des jeux comme SSX, NBA Street ou encore les 3 premiers FIFA Street. Il est donc entièrement repris par EA sports  ce qui va apporter plus de réalisme dans le jeu. Du coup, les joueurs sont identiques à ceux de FIFA 12, terminé les joueurs type « cartoon » ou alors un peu difformes que nous avait apporté FIFA Street 3 ! Même les photos décrivant les joueurs sont réutilisées de FIFA 12. Nous disposons également de beaucoup de club avec leurs maillots officiels. C’est réellement une nouvelle approche pour satisfaire un ancien public en leur apportant plus de réalisme et des graphismes satisfaisant, tout en essayant d’en séduire un nouveau, ceux qui n’avaient accroché au système de jeu jugé trop fantaisiste. Enfin un changement dans le gameplay avec l’introduction du « control street » qui est matérialisé par le maintiens d’une touche dans le jeu. Ce mode de contrôle de la balle permet au joueur de temporiser devant un adversaire et de rester immobile. En déplaçant le joystick de droite à gauche le ballon passe de votre jambe gauche à votre jambe droite, ce qui donne un joli effet de maitrise. A partir de cette position vous pourrez tenter de réaliser des petits ponts si vous poussez le ballon vers l’avant au bon moment ou toutes sortes d’autres gestes techniques. En revanche vous n’avez pas besoin de cette touche pour faire la plupart des « tricks », le joystick droit suffit pour faire tourner la tête des adversaires. Ajoutez à cela une touche pour faire des gestes dans les airs ou une autre pour effectuer des gestes avec style et vous avez une panoplie assez large de gestes pour vous amuser ! Du changement effectivement nous en avons mais du coup le jeu perd un peu de sa folie, ce qui était pour moi un des éléments essentiels de la série. Là-dessus chacun aura son opinion et beaucoup préféreront le réalisme et le moteur de FIFA12 mais moi je regrette quand même les gros tacles, les actions folles et les tirs avec un ralentissement type replay ! Je trouve justement que l’absence du gamebreaker (pour rappel : le gamebreaker était une jauge qui augmentait en fonction des gestes techniques réussis et permettait de déclencher une super frappe presque imparable) n’incite pas à effectuer de nouveaux gestes techniques compliqués et, du coup,  on se retrouve parfois à jouer comme sur un grand terrain avec des actions construites, passes, centres et tirs proche du gardien très classiques dans un jeu qui permet de faire des actions bien plus jolies.

Ambiance générale

L’ambiance générale va avec l’amélioration des graphismes : c’est un élément très réussi ! Les décors sont particulièrement soignés, que ce soit un petit terrain synthétique, un toit, un garage, on s’y croirait presque ! Il y a d’autres décors pour d’autres modes de jeux comme le futsal avec un beau terrain et des règles quelques peu différentes ! Ici, le décor est le même à chaque match, on joue à 5 contre 5 et il y a un arbitre, du coup fini les lois de la rue où on tacle comme on veut ! Nous retrouvons donc les coups francs, penalties et les touches dans ce mode ! Je vous disais un décor par mode de jeu, effectivement et cela se traduit aussi par la taille des cages et le nombre de participants sur le terrain. Nous y reviendrons un peu plus tard ! Un des points négatifs que j’attribue à l’ambiance générale est le manque d’originalité dans le nom des joueurs inventés… ils ont quasiment tous le nom d’un joueur professionnel très connu, cela rend l’immersion dans le tournoi régional un peu moins bonne… Niveau sonore… tout y est pour accentuer l’effet de « foot de rue » ! Les commentaires des joueurs font vraiment sourire et pour l’instant je ne m’en lasse pas avec des phrases telles que : « te prends pas pour Ronaldo » ou « lâche la balle ! » ! Lorsque vous créez un joueur vous avez la possibilité de choisir son accent ! Du coup votre joueur est vraiment personnalisé, il est très amusant d’avoir un joueur avec un accent marseillais par exemple ! Enfin, la musique augmente de façon significative lorsqu’un but est marqué ce qui permet de chambrer son adversaire sur fond musical ! Encore une petite touche très réussie !