Articles

Dragon Ball Z, depuis plus de dix ans, nous a offert de la médiocrité. Cher serpent, toi qui nous lit, sache que cette époque est révolue, puisque Dragon Ball : Fusions, un jeu 3DS annoncé un peu timidement dans l’ombre du grand Xenoverse 2, arrive comme un oasis dans le désert. Mais en restant réaliste et en gardant les pieds sur Namek, je dirais que cet opus est un jeu très sympa, un excellent DBZ et un T-RPG honnête.

Comme vous le savez sans doute, ce Dragon Ball Fusions piétine totalement le scénario principal habituel en proposant quelque chose de « nouveau », entendez par là que c’est une histoire originale qui glisse quelques clins d’oeil provenant du manga par ci par là. Le but du jeu est simple : former une équipe de cinq guerriers surpuissants et devenir fort pour participer à un tournoi. Ni plus ni moins.

dragon-ball-fusions-nintendo-3ds-rpg-game-japan-kanji-with-kana-pan-son-goku-son-goten-trunks-protagonistDe ce fait, vous devrez parcourir plusieurs galaxies en monde ouvert et déplacements libres afin de recruter le plus de guerriers possibles, de races différentes, chaque race donnant accès à un type de gemme, gemmes qui permettent de briser les barrières entre les différentes galaxies. Le jeu se base donc sur trois axes : les missions principales faisant intervenir Freezer et compagnie, et faisant office de tutoriel en vous glissant au fur et à mesure des capacités supplémentaires. Puis les missions secondaires vous permettant de recruter des personnages issus de l’univers DBZ, et enfin les combats dans le monde ouvert permettant de farmer de l’expérience et de recruter des soldats « randoms » (permettant d’augmenter le nombre de gemmes disponibles). Sachez que l’on peut voir quel type de race on va affronter en se référant à la couleur du logo de l’ennemi (vert pour les namek, rouge pour les saiyajin ect) indiqué au dessus de son avatar, ce qui évite de perdre du temps dans des combats fastidieux.

L’univers est très sympa visuellement et parcourir les différentes galaxies fut un réel plaisir. De plus, les annexes donnent vraiment envie de s’y plonger puisqu’elles permettent de débloquer Gohan, ou encore Mr Satan, Uub et compagnie, et donc de former une équipe selon un très vaste choix. Le seul reproche à faire à ce niveau, c’est que certaines quêtes sont invalidables sans soluce (ou sans chance). Une quête vous demande par exemple de « devenir fort » pour attirer un ennemi. Oui mais comment ? En réalité rien ne l’indique, mais il faudra pas moins de 500 gemmes rouges pour faire apparaître l’ennemi (demandant donc de recruter plusieurs Saiyajin), chose impossible à deviner sachant qu’en plus c’est une quête disponible en début de jeu (donc pour laquelle vous n’avez normalement même pas 200 gemmes).