Articles

J’ai passé quelques minutes à savoir comment entamer ce test et quelques mois depuis la sortie du jeu à savoir comment le remplir… pour être le plus objectif possible. A titre d’introduction et afin d’apporter quelques explications sur mon point de vue, je vais vous parler de ma vie (oui c’est chiant mais c’est comme ça). Je ne suis pas un grand fan de ces jeux en 3ème personne où le but est de se faire un trou dans la pègre d’une ville, genre appelé GTA like depuis l’explosion de la série avec GTA 3 (dernier auquel j’ai joué plus d’une heure). Si le maître en la matière à souvent été copié en variant les thèmes abordés (Saint Row, Watch Dog, Sleeping Dogs, Mafia, True Crime) il a rarement été égalé. Pourtant s’il m’a été impossible de compléter les deux derniers GTA, j’avais totalement été happé par Mafia 2. Le jeu, pourtant pas exempt de défauts, m’avait séduit par son ambiance fin des années 40 début des années 50, avec une histoire proche des films de gangster des années 30. Les missions, cohérentes, s’enchainaient avec fluidité en faisant avancer l’histoire, le gameplay, dans les standards de l’époque, était tout à fait correct et l’IA même si un peu aux fraises, faisait le job quand même avec quelques missions assez épiques. Bref tout ça pour dire que j’étais particulièrement saucé par ce Mafia 3 et que mes débuts sur le jeu se sont fait avec une attente toute particulière, en lien avec mes souvenirs de son prédécesseur…

Un accueil mémorable

La bande originale de Mafia 3 est mythique tout simplement

Débuter un jeu sur une bande son aussi extraordinaire que ça, ça ou encore ça avec en back-up, sans citer tout le monde : Aretha Franklin, Elvis Presley, The Kooks, Johnny Cash, Dusty Springfield… je peux vous affirmer que la B.O. de Mafia 3 est parmi les meilleures que j’ai pu entendre dans un jeu vidéo. Celle-ci s’intègre parfaitement dans l’époque de fin des années 60 début des seventies, en pleine période de guerre du Vietnam, dans une ville imaginaire de la Nouvelle-Orléans. L’univers est bien retranscrit au point où avant le début du jeu les développeurs ont glissé un mémo au joueur sur la violence du langage qui sera employé dans le jeu. Nous sommes dans le sud des Etats Unis dans les années 70, Martin Luther King a été assassiné et les personnes de couleur sont victimes d’un racisme violent et omniprésent. Certaines zones leur sont interdites et si un incident arrive dans les quartiers noirs, les flics mettront le double de temps à intervenir… s’ils se déplacent.

Les cinématiques façon interviews/documentaire sont bien rendues

Le démarrage du jeu se fait avec des témoignages de personnes face caméra façon interview racontant une histoire, votre histoire. Ces phases d’interview sont entrecoupées de flash-back old school qui vous donneraient presque l’impression d’être devant un très vieil épisode d’une émission d’investigation. Les doublages sonores sont particulièrement bons en V.O avec des voix et accents qui renforcent bien l’immersion, même si je ne suis pas un grand fan de VF. Les acteurs ne s’en sortent pas trop mal, avec forcément moins de cachet que leur homologues. Mais assez blablaté, il est temps de passer aux choses sérieuses.

MTGP21

3 décembre 1994, c’est une date que certains bénissent encore aujourd’hui (même à LSR) pour un événement allant bouleverser le jeu vidéo. En effet, la PlayStation sort au Japon et coiffe au poteau tous ses concurrents avec une puissance énorme et un prix touchant le sol (299$ aux USA). Et telle une tradition, les jeux de lancement ont donné une idée de la manière dont les joueurs ont pu expérimenter leur nouvelle machine. Si en Europe, nous avons pu nous amuser sur un Wipeout ou encore Tekken, au Japon un jeune développeur du nom de Kazunori Yamauchi travaille avec son studio Polys Entertainement sur un jeu de course. Un concurrent de Mario Kart montrant la puissance de la Playstation nommé Motor Toon Gran Prix.  Mais le jeu réussit à se démarquer sur plusieurs points, et c’est sa suite qui a pu sortir du Japon qui nous l’a montré.

CARTOONESQUE

MTGP22Attention vous allez aimer les arc en ciel ! Motor Toon Grand Prix 2 est un jeu qui se veut hommage aux cartoons, à commencer par les personnages. Dans le casting on retrouve le héros charismatique prêt à sauver les dames en détresse (Captain Rock), un duo d’aliens barrés (Raptor & Raptor) ou encore le Robot pas très malin Bolbox.  Mention spéciale pour l’un des boss déblocables, dont le nom garde toute sa subtilité (Ching Tong Chang). Leurs véhicules sont tous improbables et l’ambiance générale est vraiment excellent. En parlant d’ambiance, les circuits pètent des arc en ciel sous LSD. Le but étant de montrer les capacités de la 32 bits de Sony, les courses sont surchargées en couleurs , la 3d épurée et les animations sont présentes partout. On retrouve des bords de mers, des autoroutes dans le ciel , la maison de Gulliver , la maison hantée,… en résumé du classique mais à la sauce toon. Dans ces mêmes circuits on retrouve les éternels objets à se lancer mutuellement. Les carapa…bombes lâchés à l’arrière comme les missiles téléguidés sont toujours présents, mais des nouveaux objets plus délirants font leur apparition. Le mythique poids de 32 tonnes vous permet d’immobiliser le concurrent le plus proche, la boite de pandore perturbe tout le monde et il existe même des champignons hallucinogènes gentiment donnés par le fan club de Vandamme. Du reste les courses, que ce soit en tournoi ou simples, doivent être gagnés dans premières places, sinon le poids de 32 tonnes nous est réservé dans un Game Over bien ironique. En résumé un hommage appuyé à la culture cartoon.

MAIS REALISTE

MTGP23Mais au delà des animations loufoques et des items typés Looney Toons, la conduite est assez particulière. Yamauchi exprime l’envie de réaliser des jeux de conduite réalistes et tente quelques mécanismes dans son Mario Kart version Sony. Par exemple, derrière les enveloppes bariolées des véhicules du jeu, chaque personnage à sa propre inertie. Pour prendre le plus classique, à savoir Captain Rock, nous nous retrouvons avec une voiture sourire qui régira comme une voiture réelle (côté toon à part). Dans les faits, le jeu prend le contrepied d’un Super Mario Kart semi arcade, en imposant des virages négociés au plus serré, une gestion de la vitesse par paliers et une longue bataille pour passer devant son concurrent dans les difficultés élevées. Attention ne vous attendez pas à du Gran Turismo, le fun restant toujours la priorité, mais il est intéressant de voir un jeu faisant office de laboratoire de gameplay. Yamauchi réutilisera des mécanismes d’inertie du jeu pour ses productions bien plus simulation.

VERDICT AUJOURD’HUI?

MTGP24Si j’étais subjectif, je dirais que ce jeu est excellent et reste un de mes plus grands souvenirs sur la 32 bit de Sony. Les parties enchaînés avec la frangine ont toujours été aussi fun. Mais ça reste un test, et oui du temps est passé depuis 1996.  Le point qui a sans doute le plus mal vieilli est le côté graphique. Il faut se souvenir que Motor Toon Grand Prix 2 est la version ++ d’un jeu ayant accompagné la sortie de la PlayStation, et ça se voit. Les textures sont souvent unies , clignotent par moments et il n’est pas rare d’avoir du clipping en inversé (des polygones disparaissant quand on se rapproche). Si la camera s’éloigne le constat « bouillie de pixels » se voit un peu, et si vous êtes habitués à la PlayStation 4 vous allez déchanter. Au niveau du Gameplay, pas grand chose à redire, mais le nombre de circuits restreint ne permet pas vraiment d’en profiter en solo. On a le tournoi, les time attack ou encore des personnages et des mini jeux à débloquer, mais en une grosse heure de jeu on a fait le tour. En multijoueur par contre comme dans tous les jeux du genre, le fun est bien présent, et si les grosses bagarres à coups d’objets sont la priorités, les défis au temps occuperont un certain temps. Donc si vous ouvrez vos chacras en prenant compte la date de sortie du jeu, vous aimerez Motor Toon Grand Prix 2, sinon Gran Turismo 5 est disponible.

A retenir

Un bon petit jeu typé Mario Kart, ayant un peu vieilli mais avec un habillage cartoon, c’est ce qu’on peut retenir de Motor Toon Grand Prix 2. Le travail fait pour créer un univers coloré et fun est le gros point fort du jeu, et les personnages caricaturaux sont à tous tester. Le gameplay ressort aussi par des touches étonnamment réalistes dans un jeu du genre. A essayer, pour la culture et a petit prix sur le PSN, pour voir comment le papa de Gran Turismo a travaillé sur autre chose que la série en question.

 

Flbond

Badge Pour les fans

Informations sur le jeu

Plateforme :  PlayStation

Genre :  Course

Développeur : Polys (Polyphony Digital de nos jours)

Éditeur : Sony

Date de sortie : 1996

GTASA1Ça on ne s’y attendait sûrement pas! Tandis que certains remakes sont annoncés très en amont de la sortie (Atchoum…The Last Of Us), Rockstar prend tout le monde de court le 24 octobre. En effet, le Twitter du développeur annonce la sortie du remake HD de GTA San Andreas sur XBLA…le 26 octobre. Pour la somme temporaire de 3.74 euros, vous pouvez en effet revivre la vie quotidienne de CJ, entre salle de sport, fast food et guerre de gangs. Le tout est en 720p et accueillera bien sur des succès dédiés. Si le coeur vous en dit, allumez vos Xbox 360, direction le live et téléchargez ce très bon jeu quasi donné.

On aimerait plus de surprises comme ça

(Pour le moment pas d’annonce concernant les autres consoles)