Articles

Pour être franc avec vous, j’avoue être fan de l’univers « DC Comics » depuis mon plus jeune âge… Voilà, c’est dit… !
Je ne compte plus les comics dédiés à Batman, Superman ou Green Lantern minutieusement classés dans ma bibliothèque, non loin des boîtiers de leurs adaptations cinématographiques. J’ai encore passé des dizaines d’heures ces dernières années en combinaison du taciturne Chevalier Noir, à arpenter avec prestance Arkham City, ville prison plongée dans une nuit poisseuse et éternelle.  Et c’est contagieux… Les nombreuses boîtes de Lego DC de mon fils en témoignent.
Mais rassurez-vous, je ne suis pas (trop) sectaire, notamment à l’égard du concurrent historique « Marvel ». Et heureusement, car j’ai passé un excellent moment à partager la vie de l’ami Spider-Man, au(x) costume(s) plus coloré(s) que jamais, en exclusivité sur PS4.

Mister Negative

Et pourtant, mes premières impressions sur le jeu furent pour le moins contrastées…

J’ai d’abord été complètement scotché par la représentation photo-réaliste de New York, de jour comme de nuit… avant de prendre conscience, avec grande frustration, de sa faible interactivité. A mille lieues de la Liberty City offerte à Niko Bellic. Ensuite, j’ai loué le fan service agrémentant la recherche du moindre « collectible » ou autre objectif secondaire… avant de systématiquement retrouver ma carte complètement parasitée par les innombrables icônes « à la Ubi », sans cesse renouvelées jusqu’à l’écœurement.

A contrario, je suis resté dubitatif à l’égard de mes premiers combats, pâles copies des chorégraphies martiales de la série « Arkham » de Rocksteady… avant de prendre la pleine mesure de leurs possibilités tactiques et du fun qu’elles procurent. Surtout, et c’est sans doute le plus gros défaut du jeu, chaque moment agréable passé dans le jeu se voit atténué par cette impression, très tenace, de l’avoir déjà vécu… ailleurs dans d’autres jeux, tant cette exclusivité Playstation accumule les emprunts (mondes ouverts d’Ubisoft, séries Arkham, Infamous, God of War, Uncharted, The Last of Us, etc., etc., etc.). Bref, vos premiers pas dans l’univers de Peter Parker alterneront donc le chaud et le froid… le yin et le yang en somme.

Toutes les images de ce test proviennent de ma propre partie (PS4 Pro)

Déambulations vertigineuses

Malgré tout, sur la durée, les arguments ne manqueront pas pour inciter le joueur à rallumer sa console et relancer un « run », au sens propre comme au figuré vu l’agilité incroyable de Spidey. Car, et c’est pour moi la réussite principale du jeu, jamais l’homme-araignée n’aura été aussi mobile dans ses déambulations entre les gratte-ciels New-Yorkais, musique héroïque en prime ! Vos premières acrobaties seront aussi bluffantes que jubilatoires : courir sur la façade de l’Empire State Building, effectuer une chute libre embuant vos yeux pour ensuite redresser la barre, toile en main, en frôlant les voitures et piétons pour se projeter sur notre objectif… Personnellement, je ne me suis jamais lassé de cette sensation de liberté dans les mouvements tout au long du jeu.

D’autant, comme annoncé, que la mégalopole New-Yorkaise est reproduite à la perfection, tant dans sa représentation visuelle (photoréalisme des textures, colorimétrie et jeux de lumières) que fonctionnelle (verticalité de son architecture et déambulations qu’elle impose à notre « Tony Hawk » en collants). Quel dommage, toutefois, de ne pas pouvoir interagir davantage avec elle ! Nourris depuis tant d’années par l’école GTA, d’aucuns trouveront sans doute la coquille un peu vide : hors scripts préétablis, ne pensez pas entrer spontanément dans une voiture ou un bâtiment, dialoguer avec le premier passant venu ou vous acheter un hot-dog… Des détails, certes, mais qui nuisent un peu à l’immersion et dénotent face à la qualité remarquable de la représentation de « Big Apple ».

Regardez-moi ces couleurs et jeux de lumières !!! Ci-dessous par exemple, l’ombre de l’Empire State Building…

Mais revenons à la mobilité jubilatoire de Spider-Man. Celle-ci se voit agrémentée d’un système de combat très plaisant, amalgame réussi des meilleures mécaniques des séries Arkham, Infamous et DMC (exemples les plus frappants pour ma part) : infiltration, aspect chorégraphié et possibilités martiales multiples à base de combos, esquives, pouvoirs et visée « TPS » (envoi de projectiles). Le tout à débloquer, ou améliorer, au gré des gains d’xp et montées de niveaux de Spidey.
Une vision moderne et aboutie du beat’em all en somme, avec des combats variés et impressionnants, agrémentés d’une bonne perception d’impact des coups. Un vrai feeling « jeu vidéo » gratifiant, donc, et non une simple chorégraphie « QTE ».

En parlant de « QTE », le jeu en place tout de même beaucoup (avec possibilité de les supprimer en option) mais le fait de manière judicieuse, ludique et clairement au service de la narration, en parfaite cohérence avec les capacités extraordinaires de Spider-Man. Après un léger temps d’adaptation en termes de prise en main (chaque bouton de la manette est mis à contribution), on prend un réel plaisir à bondir d’un combat à l’autre, de manière fluide à travers les rues New-Yorkaises, pour sauver leurs habitants, contrecarrer le casse d’une banque et mettre fin à la folle et vaine fuite de malfrats livrés ensuite entoilés à la police. Du pur Spider-Man quoi !

Tactique « super héroïque »

Tactique furtive

« Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités » (oncle Ben)

Outre son gameplay, l’autre belle réussite du titre est son histoire principale et la scénarisation de celle-ci.Je voudrais tellement rentrer dans le détail de vos rencontres, mais ce serait vous gâcher le vrai plaisir de la découverte… Pour vous en dire le moins possible, disons que l’histoire de Peter Parker ira véritablement crescendo au gré des relations avec ses proches et de l’évolution de New York, marquées par l’apparition successive de Super Vilains assez réussis. A ma grande satisfaction, le studio Insomniac Games est parvenu à digérer le passé narratif très riche de l’œuvre du regretté Stan LEE pour en offrir une vision rafraîchissante, mi-réaliste et mi-fantastique, entre celles offertes par exemple au cinéma par Sam RAIMI (trilogie de 2002 à 2004, produite par COLUMBIA, propriété de SONY) et Jon WATTS (le dernier « Homecoming », chapeauté par MARVEL STUDIOS).

Aucune surprise, donc, de retrouver autant de références à ces films, lorsqu’on endosse le statut d’exclusivité de la console de Sony, tout en étant qualifié de « Marvel’s » Spider-Man… Pour autant, malgré une bonne dose de fan service, jamais vous ne subirez la grosse patte intrusive d’un quelconque Avenger… et ça pour une nouvelle, c’est une bonne nouvelle, tant le fameux business du « Marvel Cinematic Universe » me tape habituellement sur le système !

Peter Parker est adorable

Exemple d’adversité

En ce qui concerne la scénarisation, on sera souvent « soufflé » par la limpidité de la transition entre les phases cinématiques et de gameplay (et l’inverse) grâce à une technique irréprochable, et notamment sur PS4 Pro. Narration et gameplay sont si intimement liés qu’on sera parfois étonné de reprendre la main dans ce qui nous semble être une cinématique par exemple. Par ailleurs, pour servir le propos, le gameplay adoptera souvent des formes très variées, sollicitant vos réflexes, vos neurones ou votre sens de l’observation. Mais je ne vous en dis pas plus pour vous préserver la surprise.

La mise en scène est très inspirée

A retenir

S’il n’est clairement pas un modèle d’originalité et peut paraître répétitif au joueur insensible à la course aux « collectibles », ce Spider-Man assume son statut de manière efficace et maîtrisée. A l’image de Peter Parker, tout y est sympathique et plaisant, sur le fond comme sur la forme, dans son gameplay comme dans sa narration. Surtout, le jeu vous offrira des sensations jouissives en slalomant entre les buildings New-Yorkais, tel l’homme-araignée que vous avez toujours rêvé d’incarner (oui… même toi, le fan de DC Comics !).

Sly Trilogy

La Psvita serait-elle la console de recyclage par excellence ? Vu le très peu de nombre de licence qui sont crées spécifiquement pour la console, la portable de Sony est à défaut une excellente console de portage. On ne va pas trop se plaindre, au mieux on découvre des œuvres qui sont excellentes et encore plus quand on peut jouer n’importe où : Persona 4 The Golden pour ne citer que lui. D’un autre côté, on se remange un côté nostalgique qui fait renaître moult souvenirs de jeunesse Final Fantasy X HD et Jak Trilogy en tête. Désormais le raton-laveur rejoint les jeux qui font remplir sa pauvre ludothèque sans trop se forcer. Une autre question se pose pour celui-ci tout de même : Est-ce que tous les jeux de consoles de salon se valent sur consoles nomades ?

Mesdames et Messieurs, je peux vous annoncer fièrement que oui, nous avons atteint la limite. La saga Sly n’étant déjà pas vraiment une saga qui m’emballe avec joie et félicité, ces jeux ne sont pas amusants à jouer sur console, sur portable, sur rien, mais avant de se jeter dans le tas de fumisterie de l’art de la critique bohémienne, jetons un coup d’œil dans le rétro. La série Sly a été développée par le studio Sucker Punch, firme basée à Bellevue, ville périphérique de Seattle. Fondé en octobre 1997 par deux anciens employés de Microsoft, Brian Flemming aidé de Chris Zimmerman, les deux compères n’avaient pas vraiment d’expérience du jeu vidéo, ni d’idée pour commencer leur business, rien ne les empêcha de se jeter dans la bulle vidéoludique sans souci. Un problème de taille restait à régler avant de commencer leur premier projet vidéoludique, trouver un nom à l’entreprise. Selon les dires de Chris Zimmerman « On avait pas vraiment d’idée au début, on voulait juste trouver un nom qui se dégage des codes stricts de Microsoft, Brian et moi on avait fait une liste d’une dizaine de noms, ma femme passant par là, elle nous a dit : « tant que ça ne s’appelle pas Sucker Punch (terme con con aux US) », provenant d’une femme classe quarantenaire, son avis comptait moins que les gosses de 14 ans que nous sommes, on a gardé ce nom. » Désolé de décevoir un vendeur de jeux vidéo qu’on laissera anonyme qui m’avait dit fièrement que le nom du studio provenait du film de Zack Snyder, je serais au chômage, je sais où j’aurai postulé.

sucker-punch-productions

Leur nom est pour le coup très évocateur de leur travail, cette team ne se prend pas la tête, ils prennent leur temps, préférant développer un jeu tous les 3 ans pour le peaufiner et le finir au maximum afin de ne pas être victime du syndrome Ubisoft (j’y reviendrai dans une autre critique).Leur dernière licence Infamous est une excellente illustration du talent de leur studio et que je recommande chaudement à ceux qui n’ont pas eu la chance de le faire. Mais avant cette licence de mutant aux pouvoirs chelous, Sucker Punch développa la trilogie Sly sur la Playstation 2 de 2003 à fin 2005. Le jeu vous plonge dans la peau de Sly Raccon, voleur raton-laveur de père en fils, reconnu mondialement pour son talent de filouterie. Lui et ses potes Murray l’hippopotame rose et Bentley la tortue, parcourent le monde pour voler les objets les plus pimp de l’Humanité Animalière. Le jeu se présente comme un plateformer 3D, la particularité et le grain que j’aime beaucoup dans cette licence, c’est son enrobage.

sly-review-2

Le chara-desgin, l’esthétique cel-shadding et les décors sont tous superbes, je trouve que c’est varié,c’est dense et c’est beau. Après leur première production Rocket : Robot on Wheels sur N64, Sly est une suite logique d’un désir de faire un dessin animé interactif, le jeu a d’ailleurs été récompensé à la GDC 2003 pour son personnage ainsi que son esthétique réussi. La qualité visuelle n’est plus à prouver certes, mais cela ne fait pas un jeu fun à jouer. Par ailleurs, il est drôle de noter qu’un film du premier volet de la saga est prévu en salle pour 2015-2016, je pense que les pontons de Sony ont eu la même pensée que moi, Sly serait un excellent film d’animation plutôt que de jeu vidéo. Pourquoi ? La narration et le background de cet univers se suffisent à eux-mêmes. J’ai aimé la narration de la trilogie, pas la façon où c’est raconté, mais l’idée du raton laveur qui taille la route pour poursuivre les assassins de ses parents tout en gardant un ton enfantin et second degré avec des méchants hauts en couleurs et une bande de copains à leurs trousses, oui, je verrai ça dans un film d’animation, reste qu’il faudrait des mecs avec beaucoup de talent pour que le film ne soit pas un bide culturel.

Sly_Collection_4

Comme je le disais au début, l’équipe de Sucker Punch n’a pas le rodage à l’époque du développement du premier volet comme ses collègues Naughty Dog (Jak & Daxter) ou Insomniac (Ratchet & Clank) pour ne citer qu’eux. Le premier volet est sorti après le premier Jak et aussi Ratchet & Clank, et déjà, je trouvais le gameplay de Sly super-rigide et moins fluide que les autres plates-formers de Sony. Au fil des volets ça c’est amélioré certes, mais le jeu en restait tout de même lourd dans son gameplay avec une sale impression de jouer à un sous Crash Bandicoot ou J&D, presque ennuyeux et léthargique entre les mains. Son autre problème étant l’ouverture en open-world du jeu, dans le sens où les niveaux ne se suivent pas, il faut aller à des points pour lancer les missions, et déjà ça quand ce n’est qu’un jeu d’infiltration, je trouve ce procédé chiant même si c’est pour créer une certaine ambiance et crédibilité de faire un coup monté comme en vrai, mais on revient au problème de l’ennui total. Un dernier problème inhérent de la saga, je trouve la version française honteuse, les dialogues sont écrits par des adultes pour des enfants, ce qui crée un problème de qualité d’écriture et c’est surjoué comme dans un mauvais dessin animé, ça ne rend pas honneur à l’oeuvre surtout que toutes les vannes sont vraiment plates et aucunes ne font mouches alors qu’en VO, bien ça a du sens, et même plusieurs lectures. Je sens déjà quelques réfractaires me balancer du fumier sur mon paillasson d’anglophone péteux, mais en me remettant dans le contexte, Jak & Daxter et Ratchet & Clank qui je le rappelle sont aussi des plateformer exclusives des consoles de Sony, profitent eux, d’une excellente Version française, la voix et le texte français de Daxter en tête. Bref, on pourra retourner le problème de la saga à tort et à travers, mais je ne pourrai jamais me faire à ce jeu autre que de regarder. La collection sur Psvita ? Ah oui, merde, je dois parler de ça. Déjà derrière le dernier volet de la licence Sly Cooper : Thieves in Time sur PS3 et Playstation Vita, le studio Sanzaru Games (qui sont en train de développer Sonic Boom pour Sega) avait sorti la trilogie de Sly en HD en 2010 sur la console de salon, il aura fallu quatre ans pour que Sony décide d’utiliser la cartouche du portage flemmard pour remplir le calendrier de 2014 de la Psvita par manque de jeux indépendants ou d’exclusivité croustillante.

Le 1er et 2 février se tenait à Londres le PlayStation Experience. L’occasion pour Le serpent Retrogamer, de découvrir en avant -première les principaux jeux exclusifs à la PS3 pour 2011. Killzone 3 et Resistance 3 en tête, sans pour autant oublier Journey ou InFamous 2. Voici un résumé, en vidéos et en images.

Killzone 3, et l’aventure continue

Hellgast en avant !

Dans ce nouveau making-of de près de 3 minutes, les développeurs de Guerrilla reviennent sur les éléments fondamentaux de l’expérience qu’ils veulent procurer avec Killzone 3, leur nouvelle production. Sa brutalité, ses contrôles, son immersion. On y parle ainsi des petits ajouts et des modifications de gameplay de cette suite très attendue, dont la démo multijoueur est disponible sur le PSN depuis quelques jours. Le rendez-vous est pris sur PlayStation 3 pour sa sortie à la fin du mois, le 23 février 2011 ! On a hâte ! A noter finalement que ce killzone devrait être doté d’un mode multijoueur digne de ce nom. Intense, compétitif, coopératif, le tout assez copié sur du COD. Mais qu’importa, tant que l’expérience est au rendez vous !

Resistance 3, un bon en avant ?

Lors de la conférence, Sony nous livre un tout nouveau trailer de Resistance 3, dans lequel on découvre de belles phases de gameplay dans une ambiance ocre très fin du monde, comme on l’aime… Resistance 3 est attendu sur PS3 uniquement pour Septembre 2011. D’ici là, une preview sera peut-être présentée. Nous espérons avoir une version d’essai d’ici cet été.

Ratchet and clank : all for one, dans la continuité.

Comme vous le savez sans doute, ce nouveau Ratchet and Clank se focalisera sur le multijoueurs en proposant deux nouveaux personnages à incarner : Captain Qwark et le Docteur Nefarious. Ces derniers viendront prêter main forte aux deux personnages héros de la série. Et comme si cela ne suffisait guère, voici une toute nouvelle vidéo issu de la conférence. Rappelons que Ratchet & Clank All 4 One sortira courant 2011 exclusivement sur PS3. Pas de date fixe encore, malheureusement.

SOCOM : special force, une série qui persiste

Cette nouvelle vidéo de SOCOM Special Forces, toujours issu de la conférence, montre pas moins de 5 minutes de gameplay en mode Multijoueurs. De quoi se rincer l’oeil au niveau des décors et d’ores et déjà élaborer des tactiques de fourbe pour annihiler l’adversaire, une fois la manette, ou même le PS move en main (casualisation ?). SOCOM Special Forces sur PS3 sortira le 19 avril prochain aux USA, et a priori le lendemain matin, vers 8H00 en Europe. Normalement. A bon entendeur…

Uncharted 3 : Drake’s deception, le plus attendu.

Tu es en galère la Drake non ?

De nouvelles images du nouveau uncharted nous arrivent tout droit de la conférence Londonnienne, ça ne se refuse guère. Bon, il est vrai que c’est du déjà vu. Elles nous permettent d’ailleurs de voir le visage buriné de Drake de plus près, de même que la fameuse carte de France, dont le parcours semble tout droit le diriger… En enfer !!! Bref, on n’en peut plus d’attendre de nouvelles vidéos, images et détails sur ce nouvel opus, qui verra le jour début novembre prochain, si tout va bien ! J’en profite aussi pour diffusé une vidéo de gameplay, issu du niveau en France. Et oui, les fromages qui pues ont aussi droit à un peu de représentation dans ce monde de brut qu’est celui des jeux vidéo. Rappelons que la dernière vision de la France dans un jeu d’aventure/action et celle du très médiocre The saboteur. Drake, redore le blason !

Motorstorm apocalypse, un grand vent d’air mort !

Un monde dévasté…

Avant de pouvoir goûter une nouvelle fois au jeu d’Evolution Studios (une versionpreview ne devrait plus tarder, on tout cas c’est ce que l’on passe à la rédaction), MotorStorm Apocalypse s’illustre avec ne nouvelles images, toujours aussi chiadées. On rappelle que ce nouvel opus du jeu de course ultra vitaminé, tiendra place cette fois sur les côtes de San Francisco, dans un monde totalement ravagé par les éléments déchaînés. SSX sur des engins mécanique ! Tremblements de terre, raz-de-marée, immeubles qui s’écroulent devant vous, terre qui se dérobe à vos roues, bandes dégénérées qui vous tirent dessus… Du jamais vu dans la série. MotorStorm Apocalypse reste prévu pour le 16 mars prochain sur PS3. En espérant avoir une version en main avant cela.

Journey, seul au monde, wiiiilsonnnnnn

C’est bien vide le désert…

Avec Flower, thatgamecompany a su se faire connaître d’un coup d’un seul et c’est donc avec une certaine joie que l’on découvre leur prochain titre : Journey, un peu plus dévoilé lors de » la conférence. L’idée qui se cache derrière ce nouveau projet est de faire perdre aux joueurs leur sentiment de puissance. Pour reprendre les mots de Jenova Chen, le créateur de Flower, l’homme a l’habitude de se sentir puissant dans un environnement familier et ne prête pas attention à toutes les autres personnes qu’il croise dans la journée. En revanche, si on le place dans un environnement hostile et dépeuplé, chaque rencontre devient importante. C’est le sentiment que cherchera à faire ressentir Journey. Le héros s’éveille dans un monde désertique et y erre en toute liberté, rencontrant parfois des étrangers. Et si rien n’est clairement affirmé les étrangers en question seront peut-être d’autres joueurs en ligne.

InFamous 2, ou l’histoire d’un jeu mal-aimé.

Un beau design, pour une des plus grosse exclu de Sony

Bigger, better, peut-être avez-vous déjà entendu ou lu cette devise, assez fréquente dans le jeu vidéo quand il est question de suites. C’est en tout cas celle adoptée par Sucker Punch dans le développement d’InFamous 2. Pour les géniteurs de la licence, pas question de trop toucher au coeur du gameplay, mais plutôt de rendre les choses plus « physiques », plus impressionnantes et de donner un sentiment de puissance encore plus présent au joueur, coeur du premier opus déjà. Et aussi, en passant, de changer radicalement de design. Le look actuel de Cole n’est toujours pas définitif et peut encore changer d’ici la sortie du jeu, le développement n’étant qu’à 50% de sa progression. En revanche, ce qui ne changera pas, c’est la ville New Marais inspirée par la Nouvelle Orléans et ses environs. On nous promet donc une architecture très spécifique en ville mais également la visite de quelques marais et d’autres lieux. Ce trailer pourra peut-être vous faire mieux comprendre ce petit texte.