Articles

Depuis l’avènement du web et des sites communautaires à la Youtube, de nombreux passionnés, auparavant contraints de briller dans l’anonymat, ont pu percer et se faire une place de choix dans le coeur des fans. Art, cinéma, peinture, tests, tutoriaux, chant, et pour ce qui nous intéresse aujourd’hui, la musique. Car si l’on ne compte plus les reprises et autres covers qui traînent sur la toile, certains sortent réellement du lot. C’est l’histoire de Yumeduo (« yume » du japonais « rêve », et duo parce que duo), deux mecs du conservatoire de Lyon qui ont fait leur petit chemin jusqu’à la Japan Expo Sud et Belgium en 2011, ainsi qu’un concert avec Masashi Hamauzu (le compositeur de SaGa Frontier 2, Tobal, FF 10, FF13…) et Michiru Ôshima  (compositrice de l’anime Full Metal Alchemist). Mais au-delà de ça, Yumeduo c’est aussi une chaîne Youtube où l’on peut trouver un grand nombre de reprises piano-violon de très grande qualité, autour de l’univers geek. Alors quoi de mieux pour bien entamer un chaleureux week-end d’août que de profiter de ces splendides interprétations ?

Bloodevil

Un peu plus de deux mois après la Japan Expo Sud, votre humble serviteur que je suis a eu la chance de retrouver les vieilles machines d’Archéoptérix à l’occasion de la seconde édition du Retrogaming Show qui s’est tenue les 26 et 27 mai derniers au Dock des Suds. Reportage.

La grande scène ou le cœur du jeu

Il est pas beau lui !

Marseillais vieux de 31 ans désormais, je ne connaissais pourtant que de nom cette fameuse salle de concert. Au-delà de son aspect underground et un peu sombre, le Dock des Suds a cette particularité de créer une atmosphère conviviale de par sa relative petite taille. Bref, le cadre idéal pour faire une exposition sur le retrogaming dans laquelle quelques bornes d’arcade étaient disposées ça et là. Street Fighter II, ou plutôt sa version Turbo, déjà pierre angulaire du stand d’Archéoptérix lors de la Japan Expo Sud, est ici encore mis en avant et projeté sur grand écran dans la salle principale pour des confrontations amicales ou des tournois. L’occasion de se réjouir de voir ce satané campeur de Guile se faire avoir au Time Out, de retrouver les classiques gammes de mes chouchous Chun-Li et Ryu (les trois Head Stomp pour elle et le combo 3 hits j. HK, cr. LK, LP shoryuken pour lui) et de se surprendre à observer un jeu plus fluide visuellement que manette en main. Sur la scène, des membres du staff organisent un blind-test portant sur des musiques de jeux rétro ou de dessins animés de notre enfance. L’affluence n’est pas énorme mais connaisseuse, et il m’est impossible d’en placer une. Mon amusement est alors grand quand j’entends que Totof a marqué un point! Mais je ne peux m’empêcher, en voyant toute cette bonne humeur et ces interactions avec le public, d’être déçu de ne pas avoir été vraiment impliqué par l’organisateur alors que l’envie de participer et de filer un coup de pouce était grande. Cependant, je tiens à le remercier de m’avoir offert l’entrée.

Salut amis retrogamers! J’ai eu la chance, à mon retour dans ma belle cité phocéenne, d’assister en compagnie de Suke à la Japan Expo Sud. Rendez-vous était pris le 3 mars dernier au Parc Chanot, à Marseille. Nous y étions dans le but de prendre photos, notes et plaisir, et aussi d’évaluer la place consacrée au jeu vidéo et à la culture geek dans ce salon. Récit.

Et si la Japan était aussi rétro ?

Suke le beau gosse

Après avoir passé quelques temps dans la file d’attente à faire connaissance et surtout à discuter J-RPG, Suke et moi arrivons dans le hall. Premier constat: l’affluence n’est pas énorme, contrairement à nos craintes basées sur celle de l’année dernière et au fait que l’on soit un samedi matin. Quelques bornes avec des jeux 3DS et Wii sur notre droite nous attendent à notre arrivée et l’on peut notamment y voir quelques adolescentes pratiquer des jeux musicaux. Il faut pousser un peu plus loin pour arriver sur le gros stand jeu vidéo de cette exposition, celui consacré à la promotion du Retrogaming Show 2012. Pour nous autres rédacteurs du Serpent, c’est un pur régal: une Master System par ici, une Super Nintendo par là, une vielle télé cathodique sur la gauche, Pac Man qui tourne encore et toujours sur la droite, des guns et des joysticks pendouillant au-dessus de nos têtes, des vieux jeux 2D en veux-tu, en voilà… Mon premier réflexe est de vouloir m’essayer à Street Fighter II Turbo. J’y affronte un gars qui met taule sur taule aux visiteurs; je ne suis malheureusement que le prochain. Impossible de retrouver mes repères de SFIII.3 et SFIV, le temps de réaction est super long, les coups font très mal (merci le Damage Reduce apparu depuis), je trime pour arriver à faire un quart de cercle avec la croix directionnelle de la Super Nintendo et je n’arrive pas à placer le classique Bas MK + Hadoken. Je m’en réfère à quelques coups spéciaux, mais c’est pénible et je prends une belle rouste. Plus tard, Suke et moi pouvons découvrir la diversité des supports rétro présentés et assistons à des classiques Ken vs Ryu sur projecteur. L’ambiance est nostalgique, je revois Altered Beast et Doom avec des yeux d’enfant, je rigole en scrutant Mortal Kombat avec mon regard d’adulte et le Joueur du Grenier est assis à une table, signant des autographes pour des fans formant une longue file d’attente. On a hâte d’être aux 26 et 27 mai pour voir et proposer encore plus de belles choses concernant le retrogaming.