Articles

Comme vous me connaissez maintenant, j’aime bien commencer mes articles conséquents par une petite métaphore. Alors en trouver une pour docteur Mario ne fut pas mince affaire contrairement à ce qu’on aurait pu penser. J’ai donc choisi cette formule : Docteur Mario c’est un peu comme un hypocondriaque, plus on se soumet à cette « maladie » (je ne veux blesser personne), plus on se dit qu’il serait temps de revenir à la raison. Et oui car même si docteur Mario est un jeu agréable, il n’est pas de la qualité dont on lui témoigne avec le temps. Le premier tetris-like made in Mario n’est pas à la hauteur de sa légende. Tâchons de la ternir un peu sans pour autant le rabaisser à un jeu banal.

Lorsque Mario rencontre Tetris, il se transforme en docteur…

Terne ? eh oui…

Pour faire court, Docteur Mario est un tétris-like. Le jeu se déroule en une seule est unique phase puisque le but est d’aligner des médicaments qui déscendent du heut de l’écran. Par contre, les formes de changes pas, les capsules de cachets étant toutes de la même forme, ce sont seulement les couleurs qui doivent être alignés. Et pour l’occasion, Mario délaisse son atirail de plombier pour devenir ainsi docteur. Bien entendu, la difficulter va crescendo et de petites bestioles, censé représenter des virus, viennent vous compliquer la tâche. Cette dernière étant d’ailleurs particulièrement ardue, sans être pour autant insurmontable. Comme vous pouvez le constater, le principe du jeu est extrêment simple, il me sera donc difficile d’écrire d’interminables ligne à son sujet. Nous pouvons cependant déjà dire que ce soft n’est pas à la hauteur, ni des espoirs placés en lui à l’époque, ni de la légende qu’il véhicule encore aujourd’hui.

…Mais on avait pas besoin de 8 ans d’études pour en arriver là.

Vas-y Mario, déchire tout !

En effet, difficile de ne pas pester devant le tableau qui s’offre à nous. Tout d’abord, le soft est particulièrement sombre. « Oui mais on est sur 8 bits tout de même ! » me direz vous. Je vous rétorque alors que The legend of Zelda et Super Mario Bros étaient déjà passés par là, tout comme Metal gear qui même dans ses environnements en intérieurs, n’était pas aussi sombre. Vos petites mirettes fragiles vont être mises à rude épreuve ! Et je sais qu’elles sont fragiles ! Sur le plan de la musique et de l’environnement sonore, le bas blaisse aussi. On ne retient aucune musique et les bruitages, parfois corrects, se révèlent assez souvent énervant pour vos petites oreilles fragiles. Et je sais qu’elles le sont aussi ! Pas de blagues. Les niveaux sont d’une variété pitoyable, ne rattrapant en rien l’aspect graphique bidonnant. Ce tableau, bien que non réducteur, ne doit pas pour autant dire ce que je n’ai pas dit. En effet, Docteur Mario n’est pas c que l’on peu appeler un mauvais jeu, loin de là même, nous parlerons d’ailleurs de ses qualités, mais il ne constitu en rien un indispensable de votre ludothèque Nes, loin de là aussi. Et c’est bien dimmage car le potentiel du soft était intéressant ! Un coup dans l’eau qui est sauvé par multijoueur efficace.

Mon nom est Bond, James Bond. Et oui vous l’aurez tous reconnu notre Pierce Brosnan international ! Véritable icône du James Bond des années 1990, il est l’incarnation du dernier Bond vraiment British, signant sa meilleure apparition dans Goldeneye. Véritable Chef d’œuvre, ce film à donner lieu à une seule adaptation sur console, sur Nintendo 64. Alors qu’à l’habitude, les licences ne sont que des machines à sous pour les éditeurs, Rareware a mis tout son savoir faire pour nous concocter un jeu mythique, dont il a le secret. Place à une adaptation qui a dépassé l’œuvre originale et inventé le FPS console.

Le permis de renouveler

Qui a dit têtes anguleuses ?

L’ère du passage à la 3D fut une véritable horreur pour tout un tas de styles de jeux, shoot them’up en particulier, mais fut aussi une aubaine pour d’autres styles, parmi lesquelles le First Person Shooter. Oui bien sur, il en existait déjà, un certain Wolfenstein et un certain Doom aussi, mais ces derniers n’eurent leurs heures de gloires que sur PC. Et bien que Doom eu droit à son adaptation console, elle fut largement bâclée et le résultat, manette en main, et bien inférieur à son homologue PC. Il fallait inventer le FPS console, une tache ardue dont Goldeneye 64 s’est chargé. La manette de la Nintendo 64 n’y est pas pour rien. Véritable perle de précision, bien que s’usant assez vite après utilisation, elle avait le mérite d’introduire un stick analogique, pouvant gérer la vitesse de déplacement, ainsi que l’angle de caméra, d’une manière méticuleuse. Une véritable aubaine pour les FPS. Rajoutez à cela l’utilisation des boutons C, qui représentent en fait un second stick, déguisé en boutons pour diriger la caméra librement, et vous obtiendrais un exemple de maniabilité. La base de Goldeneye.

Le permis de s’embellir

La barre de vie est symbolisée autour de l’écran.

Oui Goldeneye est maniable. Le stick analogique permet d’ailleurs se déplacer dans des décors assez beaux. Ne crions pas au sublime, puisqu’il faut rappeler qu’un an après, Half-Life sort sur PC, et c’est une grosse claque que l’on s’est pris. Ici, point de jeu de lumières ou autre décors splendides, le tout étant d’ailleurs particulièrement anguleux, le jeu à très mal vieilli visuellement. Mais la spécificité graphique de ce James Bond réside résolument dans ses animations. D’une fluidité exemplaire, les balles ricochent sur les murs en laissant des trous, et rentrent dans les corps d’une manière, ma foi, réaliste. Un localisation des dégâts est même présente sur les gardes que vous affrontez, une première à l’époque. Si l’on rajoute à cela la modélisation des armes et leur effet lorsque l’on tire, on obtient un exemple en matière de FPS. Fluidité avant tout au profit de l’action, et bien que quelques ralentissements, support cartouche oblige, apparaissent ici et là, notamment lors de grosses fusillades, les bruitages sonores émis par les armes et autre engins de tout type suffisent à vous mettre dans l’ambiance. Car oui, un des principaux atout de James, c’est de vous mettre dans sa peau.

The legend of Zelda, sur Nes, posa les bases de ce que sera une future grande série. Bien que Zelda II, link’s adventure soit une pépite, c’est un opus qui s’éloigne du concept d’origine. C’est en cela queThe legend of Zelda : a link to the past, sorti sur Super Nes en 1992, opère à un retour aux sources. Ce que Zelda I a inventé, Zelda III l’a confirmé et l’a amélioré. Refonte graphique, donjons plus grands, pour une aventure sans précédent à l’époque. Shigeru Miyamoto nous livre un épisode de toute beauté, qui, tout le monde semble d’accord, est l’un des plus réussi de la Saga.

La triforce, encore et toujours

Sauver la princesse Zelda n’est que le début de l’aventure.

Et oui, comme dans tout Zelda qui se respecte, nous partons à la quête de la triforce. Link dors, bien profondément. Dehors il pleut et l’oncle de notre héros décide de sortir, armé jusqu’aux dents. Ça sent la baston ! Bien entendu, Link se réveille et décide de suivre son oncle, de loin. Une fois arrivé dans les égouts du château, Link découvre son oncle, mourant, qui lui supplie d’aller sauver la princesse Zelda qui courre un énorme danger. Ni une ni deux, notre héros préféré s’empare de l’épée de son mentor et part à l’abordage. Comme vous vous ne doutez, il arrive à sauver la princesse de sa prison. Elle lui informe qu’un gros méchant de la mort qui tue, Aghanim, grand sorcier, s’est emparé du château et vise à s’emparer de ce monde. Et nous voilà parti. Niveau scénario, l’originalité réside dans le voyage entre deux mondes. Celui de la lumière, monde de départ, vert et habité, et la terre d’or, qui ressemble plus à un monde des ténèbres qu’autre chose. Cette terre, fut asservie par Aghanim, et son mentor, le fameux Ganon, qu’on retrouvera tout au long des épisodes de la saga. Des médaillons et fragments de la triforce devront être recueillis. Et oui, lorsqu’originalité et classicisme se rencontre, cela donne The legend of Zelda : a link to the past. Alors qu’on a pu reprocher aux deux premiers épisodes de faire l’impasse sur un véritable scénario; ce n’est plus le cas avec cet opus. Épique, mythique, avec un background bien construit, tout est réuni pour nous faire vibrer au rythme des rebondissements vécus par notre ami. Plus que cet aspect scénaristique, la véritable révolution apparaît au niveau du gameplay.

Olalala, je sens déjà la foule en liesse devant cette annonce osée ! Le test de Metal gear premier du nom arrive enfin ! Mais que vois-je ? Des fans déchaînés ? Et oui la série des Metal gear, étendue à celle des Metal gear solid plus tard, et une légende. Beaucoup de fans, et de détracteurs, certains n’hésitant pas à surnommer la série d’un de mes dieux (Hideo Kojima), de « Richard gear solid », en référence aux longs discours des différents épisodes. Alors, bien que tout le monde, ou presque, admette la qualité des derniers épisodes sortis, quel en est véritablement du tout premier ? Celui sorti en 1987 au Japon et en 1989 chez nous, sur MSX2 et NES (qui sera d’ailleurs notre support de test) et qui est finalement passé assez inaperçu. Naissance d’une légende certes, mais est-ce un grand jeu ? La réponse dans les lignes qui suivent… Lire la suite

Castlevania. Deux visages. Le premier en 2D. Magnifique. Le second en 3D, exécrable. C’est sur ce constant plutôt décourageant que nous mettons dans notre console cette galette si controversée, Castlevania : Lord of Shadow. Sorti sur les HD de salon, ce jeu a été annoncé comme un reboot de la série, et même si les premiers essais étaient plutot prometteurs, nous étions tout de même sceptiques et inquiets. Mais autant le dire tout de suite, que ne ni! C’est une véritable bombe cosmique, venu tout droit des développeurs Espagnols de Mercury steam, même si l’éditeur reste bien évidemment Konami. Un nouveau studio pour un nouveau mentor, effectivement, Kojima production, et Kojima lui même, ont été les « parrains » de ce soft. Et même si on ne sait pas trop son rôle dans le développement, on ressent bien la la « patte Kojima » lors des cinématiques, celle de fin notamment. Autant commencer le décorticage de ce jeu qui est, pour moi, la bombe du dernier trimestre 2010, et qui doit absolument figurer au pied de votre sapin. Demandez au petit papa Noël ! Il comprendra le plaisir de retrouver Gabriel Belmont !

Quel bon élève !

Des angles de vue magnifiques, et avec le moteur du jeu s’il-vous-plaît !

Comme nous l’avons signalé en préambule, Castlevania est une véritable bombe vidéoludique, la faute à un gameplay parfaitement rodé. Et comme nous l’avons aussi signalé auaparavant, il s’agit d’un véritable reboot de la série. Exit les phases d’explorations maladroites et alambiqués. Exit les passage  » à la Zelda », complètement ratées. Ici, les phases de jeu se divise en 3 parties. La première, occupant près de 45 % du temps, sont les phases de combats. Elle se déroulent dans tout beat them all digne de ce nom. Des combo, des pouvoirs magiques, des équipements que  l’on acquière au fur et à mesure de l’aventure, et des améliorations d’armes. Car oui, dans tout Castlevania qui se respecte, nous n’avons qu’une seule arme, le fouet. Bien que ce dernier ai une forme de croix, et soit forgé dans l’acier, il se manie comme le fouet d’Indiana Jones. Cette arme est appelée à être améliorée et servira par exemple de grappin, pour s’agripper en haut des montagnes et les escalader. Car oui, la seconde phase de jeu de Castlevania réside bien dans de la plateforme, occupant elle aussi environ 45 % du temps. Pas d’un style « Mario », mais plutôt dans une optique dirigiste, pour donner du repos au joueur entre deux combats. Elles sont aussi l’occasion d’observer les magnifiques paysages du jeu, mais cet aspect graphique et artistique, nous y reviendrons plus tard. Pour reprendre l’exemple de tout à l’heure, une fois le grappin utilisé, et la montagne escaladée, nous arrivons à la dernière phase de gameplay, les énigmes, occupant les derniers 10% du temps de jeu. Rien de très compliqué je vous rassure, il suffit de déplacer tel objet à tel endroit pour ouvrir un passage, même si elles se corsent au fur et à mesure de l’aventure. Elles servent avant tout, et comme pour la plateforme, à aérer le jeu pour profiter des boss et autres phases de combats particulièrement intenses. En somme, c’est un gameplay eu petit oignons que nous avons là.

Maîtresse, Castlevania, eh ben il copie !

Les phases de plateforme sont particulièrement dynamiques.

Mais vous n’avez pas eu une impression bizarre en lisant ce premier paragraphe ? Comme une impression de déjà vu ? Et oui, je le savais bien et c’est bien normal. Comment être le meilleur dans tout les domaines, combats, plateforme, et énigmes ? Et bien en copiant ! Ouuuhhh, c’est pas beau ! Mais ne blâmons pas ce soft. Car pourquoi ne pas s’inspirer de God of war pour les phases de combat ? Pourquoi ne pas aller chercher du coté de Shadow of the collossus pour les combats contre les boss ? Quel est le mal de pomper les idées d’Uncharted 2 au niveau de la plateforme ? Je n’y voit objectivement aucune inconvénient ! Enfin presque aucun. Du fait de ces multiples références, Castlevania Lords of Shadow a du mal à se trouver. A se forger une propre identité qui nous permettrait de dire, « oui on a vu sa pour la première fois dans Castlevania, c’était le pied » ! Et ce manque d’identité est bien le principale défaut, qui l’empêche certainement de devenir un de ces jeux mytiques, qui restera à jamais dans l’Histoire des jeux vidéo. Il ne sera jamais ce qu’est Resident evil au survival horror, ou Devil may cry au beat them all. Et c’est bien dommage tant le jeu est de qualité ! Et malheureusement, ce n’est pas le scénario, assez peu inspiré finalement, qui va rattraper ce manque d’originalité.

Une licence, un nom. Simplement l’évocation du mot « Rayman », nous donne une impression de déjà vu. Un mot qui nous est familier, autant part l’effigie, que part le monde qui l’entoure. Véritable marque de fabrication de la filière Française d’Ubisoft, celle de Montpellier, Rayman est connu de tous, ou presque. C’est en 1995 qu’il sort sur PS1 (le test ici) mais aussi sur Saturn, PC, et Jaguar. Des rééditions virent aussi le jour, sur DS, Iphone, et Gameboy. Le soft est depuis peu disponible sur le PSN, est donc jouable sur le PS3 ou la PSP. Autant dire que vous n’avez aucune excuse pour ne pas essayer ce jeux, dont l’esthétique a fait sa renommée.

Ta d’beaux yeux tu sais ?

Le design est vraiment bien inspiré.

Il est incontestable que la PS1 est LA console de la 3D. Sa super-puissance lui permet de faire tourner des jeux avec des graphismes superbes et une animation irréprochable. Malgré tout, Ubisoft, par le biais de Rayman, nous prouve que la 2D a encore des arguments en sa faveur, sur les consoles nouvelles générations de l’époque. En effet, la réussite artistique de Rayman est d’une parfaite insolence envers la course à la 3D. L’aspect graphique nous laisse tout bonnement perplexe. Dès le premier niveau on peut sentir tout l’amour et l’inventivité qui a été injecté dans le jeu. Et, au fur et à mesure de l’aventure, les décors changent, et on se retrouve, en plus d’un jeu beau intrinsèquement, d’une grande diversité de toutes les choses visuelles. C’est une véritable odyssée qui nous est donné de jouer, un jeu à part, ou Rayman rime avec poésie, et 2D avec réussite. Mais l’aspect artistique ne s’arrête pas là, et les musiques nous gratifient aussi, rentrant dans nos oreilles telle de l’eau lors d’une douche, d’une manière si naturelle qu’elle en devient insolente. On se surprend parfois, et notamment pour le 3ème monde, à fermer les yeux pour se laisser entrainer par la mélodie. Mais c’est tout un dilemme qui s’offre à nous, soit fermer les yeux comme énoncé précédemment, soit les laisser grand ouvert pour admirer les décors de toute beauté. Cependant, cet aspect de bon augure ne saurait dissimuler les gros défauts qui rongent Rayman.

Il est assez rare de trouver des jeux originaux sur la Mégadrive. Une console « cool » faite pour les jeunes pré-pubère boutonneux qui ne pensent qu’à une chose, buter des ennemis dans des beat them all. Bien sur je caricature, mais il le faut si je dois introduire Ecco. Et oui car c’est de lui que nous allons parler tout au long de ces lignes. Et quoi de plus original qu’un jeu de dauphin ? Pas grand-chose, en tout cas sur la console de Sega. Mais Ecco n’en est pas à son premier coup d’essai avec Ecco : the tides of times, en Français, les marées du temps. En effet il s’agit la du second épisode de la saga après Ecco the dolphin. Autant dire que la surprise n’est donc plus au rendez vous, mais on apprécie de retrouver notre dauphin préféré pour repartir dans ses aventures pour sauver la planète. Nous sommes en 1992, traité de Maastricht, mais surtout la joie de pouvoir jouer à un bon jeu. Mais au fait, comment qualifier Ecco ? A quel style de jeu avons-nous affaire ?

Ecco, c’est plus fort que toi !

Il est en fait très difficile de qualifier Ecco : the tides of time, que nous appellerons Ecco 2 pour plus de simplicité. Est-ce un jeu de plateforme ? Est-ce un jeu d’aventure ? Un jeu d’exploration ? Et bien un peu tout ça à la fois. Nous contrôlons un dauphin à travers son périple pour sauver la planète, et nous le dirigeons dans toutes les circonstances. Il nous est donné la possibilité de tuer ses adversaires en lui fonçant dessus, mais aussi grâce au son que dégage Ecco dans certaines circonstances, son sonar. Il nous est aussi possible d’explorer chaque nouveau niveau pour trouver la sortie et pour en trouver les secrets (le sonar surpuissant notamment). Cet aspect exploration d’ailleurs est prépondérant, surement autant que dans un Tomb Raider, finalement le jeu le plus proche d’Ecco 2. On ne dirait pas comme çà, en voyant le boitier, et même en lisant le manuel. Dernier style en présence, la plateforme. Cette dernière se fait sous l’eau pour la plupart du temps, en passant des passages plutôt délicats, mais aussi en dehors de l’eau. Des moments de plateformes pures, plutôt originales mais assez mal réglées au niveau de la maniabilité. Il nous est difficile de contrôler notre dauphin dans ces cas là, et c’est bien dommage. Comme je le disais plus haut, Ecco 2 c’est un peu tout à la fois. Des styles différents servis par un gameplay des plus complets.

1,2,3 et puis s’en vont

Des boss souvent ardus.

Le déroulement du jeu peut se diviser en 3 phases. La première, est la plus présente, ce sont les phases d’exploration sous l’eau. Les niveaux sont assez vastes et plutôt complexes par moment d’ailleurs. L’objectif est ici de trouver la sorti du niveau. Alors qu’au début, il suffit de chercher un petit peu, très vite les choses se corsent et les cristaux rentrent en jeu. Ces derniers bloquent l’accès vers une nouvelle partie du niveau. Pour les dégager du passage, il faut charger Ecco d’un sonar spécial acquit grâce à un autre cristal présent dans la partie du niveau accessible. Un déroulement de jeu plutôt agréable bien que répétitive, mais qui laisse une belle marge de progression au fur et à mesure des niveaux. Au départ, nous n’avons qu’un cristal par niveaux, alors qu’à la fin nous pouvons en avoir plus de 5. Deuxième phases de jeu maintenant, les déplacements d’Ecco vers les différents mondes. Il faut savoir que le jeu est linéaire et construit en niveau, à la façon d’un jeu de plateforme. Et comme dans tout jeu de ce style, nous parcourons plusieurs mondes (nous parlerons plus loin de leurs aspects graphique). Pour passer au monde suivant, nous contrôlons Ecco d’une manière bien différente. La caméra se positionne derrière le dauphin et nous amène à passer entre des anneaux pour avancer dans le niveau, à la matière d’un jeu de course. Bien sur, des ennemis peuvent se mettre en travers de notre chemin, mais rien de bien compliqué dans cette phase de gameplay. Des moments toujours sympathiques et assez espacés dans le temps pour ne pas s’en lasser. Dernière phase de gameplay maintenant, et assez rare, les affrontements avec les boss. Nous n’en trouvons moins de 5 dans le jeu, autant dire qu’il n’y a pas forcement un boss à la fin de chaque monde. La manière de s’en débarrasser varie selon les cas, et nous n’en dirons rien pour ne pas spoiler, sachez seulement que ce sont des phases plutôt ardus, qui peuvent vous maintenir bloqué pendant un bon bout de temps. Le gameplay est très varié et parfaitement réglé. On regrettera les passages hors de l’eau, injouables par moment, gâchant complètement le plaisir de jeu acquit tout au long de l’expérience. D’autant qu’un monde est bâtit complément hors de l’eau, un comble pour un jeu de dauphin (qui vivent dans l’eau si je ne me trompe ^^). Est perfectible aussi la gestion des pivotements d’Ecco sur lui-même, particulièrement maladroite. Rien qui cependant qui puisse nuire à l’expérience que nous propose Sega, qui s’accompagne d’un émerveillement technique.

Bonjour à tous et a toutes, aujourd’hui un test très difficile (surtout pour rester objectif sans tomber dans l’adoration pur et simple). Il s’agit d’un jeu sorti sur Super Nintendo en 1993 au japon et au Etats-Unis aussi avec quelque mois d’écart et enfin le 24 novembre  1994 en Europe. De quoi s’agit-il ? Secret of Mana bien sur ! Comment introduire un tel chef d’œuvre ? Je pense que le texte d’ouverture du jeu donnera l’ambiance : «  Alors que la force mana décline, l’obscurité tombe sur le pays tourmenté… Le peuple attend le héros qui brandira l’épée… Excalibur, Durandal, Gigas, cette lame porte moult noms car au fil des lustres, la légende et les mythes n’ont cessé de la glorifier. De fait cette arme est une et unique, c’est l’épée mana. » Vous voilà prêt à plonger dans un univers qui vous marquera quasi certainement, peut être même a vie… Que le test commence. Lire la suite