Articles

Les Nintendo Direct moi j’aime bien. C’est réglé comme du papier à musique avec un Iwata qui galère à aligner deux mots en Anglais. Pire que moi. Et bien sûr j’aime les annonces. Et bien que niveau rétro ce soit assez light, on a quand même eu une petite info sur le Remake de Majora’s Mask.

Pour rappel, il s’agit du portage, avec nouveau graphisme et tutti quanti, du plus méconnu des Zelda : Majora’s Mask, sorti en fin de vie de la Nintendo 64. Rien de nouveau sur le jeu en lui-même, donc la sortie est toujours prévue le 13 février, mais Nintendo a tout de même créé la hype.

Capture2

En effet, Une console collector 3DS a été annoncée en même temps que la sortie du jeu : le pack New Nintendo 3DS XL Majora’s Mask Edition qui inclura une console New Nintendo 3DS XL au thème de Majora’s Mask et un exemplaire du jeu. Assez jolie, ce n’est tout de même qu’une console avec la même chose dedans.

Bref, vous avez l’image au-dessus. Alors rincez-vous l’œil.

Aujourd’hui avait lieux un Nintendo Direct. Et alors que le dernier nous avait abreuvé d’informations sur le remake de Majora’s Mask (il y en a celui aussi hein ^^), il faut dire qu’en terme d’annonce rétro, on a eu que très peu à se mettre sous la dent. Et ce très peu commence avec la possibilité de télécharger des jeux Wii depuis la boutique en ligne de la Wii U pour y jouer sur la console.

La Wii U propose effectivement une rétro-compatibilité des jeux Wii. Je prends mon CD, je le mets dans la console, et ça marche. Et c’est déjà bien plus que ce que propose la concurrence. Mais justement, Nintendo compte bien faire quelques bénéfices et faire comme Sony (et Microsoft dans une moindre mesure) en proposant le catalogue de la console précédente en téléchargement.

On peut jouer à la Wii sur la Wii U...  Nyark nyark nyark

On peut jouer à la Wii sur la Wii U… Nyark nyark nyark

Ainsi, le premier jeu disponible sur le service est Super Mario Galaxy 2, dès aujourd’hui. Suivrons ensuite les titres phares de la console, comme Metroid Trilogy.

Tous ces jeux seront, à priori, proposé à 20 euros (arrondi), mais pour le lancement du service, Nintendo propose un prix unique à 10 euros pour quelques temps. Louable.

Personnellement, je trouve que c’est une bonne chose de diversifier ces services comme ça. Et vous ?

Si vous n’êtes pas de vrais pro-N, sachez qu’un Nintendo Direct a été diffusé hier soir. Outre les nombreuses infos sur les jeux à venir, Nintendo en a profité pour dévoiler la remasterisation de The Legend of Zelda : Majora’s Mask sur 3DS. Fanboys, vos prières ont été entendues (allez, on repose les cierges !).

Tout ce que l’on peut dire, c’est que l’on aura sûrement droit au même traitement que Ocarina of Time 3D : une légère refonte graphique, un meilleur framerate (les versions originales piquent la rétine) et une interface repensée pour mieux gérer son inventaire via l’écran tactile.

zelda_majora_mask_3D_collector

Que vois-je ? Une édition Collector pour l’Europe ?

Comble du bonheur, une version collector a été annoncée dans la foulée avec :

  • un steelbook
  • un poster recto/verso
  • un badge en métal à l’effigie du masque de Majora
  • le jeu, bien évidemment

Nostalgiques comme novices, on ne peut que conseiller l’achat de cette pépite atypique idéale pour les petites sessions dans les transports… Courage, le printemps 2015 est encore loin.

zelda_majoras_mask_3D_art1 zelda_majoras_mask_3D_art2 zelda_majoras_mask_3D_art3 zelda_majoras_mask_3D_jaquette

ob_5cf73271b7acdf3e227b62da3b34277d_2013-08-01-12-02-51

Voici donc le dixième épisode de cette chronique Biblio-Rétro. Probablement le dernier de cet exercice annuel, mais rien ne l’empêche de revenir épisodiquement sous la forme d’une rubrique à part entière sur le site de LSR. Le meilleur pour la fin? Difficile d’y répondre, tant on a eu la chance de traiter des ouvrages intéressants, notamment l’artbook du mythique Ōkami, l’analyse de la narration de Dylan Holmes, la plongée dans l’univers pixelisé de Simon et Ludo, ou l’immersion dans le monde de l’arcade nippon. Mais un ouvrage passionnant et complet, signé Nicolas Courcier et Mehdi El Kanafi de Console Syndrome, aux éditions Pix’n Love, sur l’une des plus grandes sagas du jeu vidéo: The Legend of Zelda.

Chronologique

legend_of_zelda_gameplay2-150x150Seconde version de l’ouvrage sorti fin 2011, le livre se présente sous la forme d’un grimoire relié, avec encre sobre, marque-page doré et aucune illustration. Nintendo étant très à cheval sur ses droits d’images, les auteurs ont donc décidé de ne se consacrer qu’au texte. Le but est de retracer l’histoire de la série The Legend of Zelda, chacun des premiers chapitres étant consacrés à un épisode canonique et traités par ordre de sortie. Les derniers s’attardent sur les spin-off (dont l’innommable et inoubliable épisode Wand of Gamelon sur la CD-i de Philips) et des analyses de la musique et des principaux personnages Link, Zelda et Ganon. Réflexions qui trouvent également parfois leur place dans les chapitres « classiques », pondérant agréablement le tempo d’un récit qui n’hésite pas à égratigner (justement) les opus moindres et les erreurs de gameplay et de design de Skyward Sword, dont le traitement constitue le contenu additionnel de cette édition 2013 par rapport à sa devancière de 2011.

La structure est répétitive et claire : le synopsis de l’opus, ses secrets de fabrication, les apports de gameplay, sa place dans la mythologie, l’avis des auteurs et sa remise dans le contexte de sa parution. Ce dernier point est certainement le plus important, tant il dénote de la volonté, du travail et de la capacité des auteurs à soutenir leur argument de fond, à savoir l’importance majeure de Zelda dans l’histoire du médium. Très référencé, fort d’anecdotes et de déclarations, le travail de Nicolas Courcier et Mehdi El Kanafi, sur un plan purement journalistique,Zelda-Links-Awakening-Loeuf-du-Poisson-Rêve-Edition-Originale est absolument remarquable. De même que la plupart des tentatives d’analyses de l’univers sont intéressantes et s’appuient sur une argumentation détaillée, claire et faisant appel à des iconographies et des travaux scientifiques. On reste malheureusement un peu parfois sur notre faim, quand certains paragraphes sont beaucoup plus courts que d’autres, contribuant à un rythme inégal de quelques chapitres et à des réflexions pas assez développées.

La boutique en ligne de GAME a listé le jeu Zelda: Majora’s Mask 3DS. Simple bourde ou véritable révélation ? Doit-on s’attendre à un come-back ? La sortie d’Ocarina of time il y a maintenant quelques mois pourrait confirmer cette remise au gout du jour. C’est la suite logique. De plus, Shigeru Miyamoto avait confirmé que Nintendo sortirait un remake d’un des volets de la licence, il n’y a pas si longtemps. Il était même allé jusqu’à citer Majora’s Mask, alors les doutes ne sont presque plus permis ! On préférera tout de même attendre une annonce officielle pour se réjouir complètement. En attendant de voir un « vrai » nouveau Zelda débarquer sur Wii U.

MAJ : Il s’agit bel et bien d’un fake. Un rumeur pas infondée mais dont la véracité n’est pas encore d’actualité.  GAME a démenti l’information.

Le Serpent

Lors d’une récente interview pour le magazine Nintendo Power, Eiji Aonuma, directeur et producteur à Nintendo EAD a abordé la question d’un éventuel portage 3D de Zelda Majora’s Mask :

« Ça fait 13 ans que Ocarina of Time est sorti, et l’un des trucs qui nous a vraiment fait faire ce remake, c’est de voir qu’autant de gens rêvaient qu’un tel portage voit le jour. »

« J’ai la conviction que s’il y avait ce même engouement des fans pour un remake de Major’s Mask, ce ne serait pas impossible que ce projet prenne forme. »

Voilà donc une première déclaration assez encourageante pour nous autres, fans de Zelda, bavant devant une éventuelle ré-édition de cet épisode, peut-être celui qui a le mieux vieilli de la période N64. D’un autre côté, un remake c’est cool, mais il ne faudrait quand même pas oublier de regarder en avant aussi. Car cher Nintendo, pour bien lancer une console, il faut créer la légende, et non pas simplement la recycler.

Bloodevil