Articles

Parce qu’elle est lente. Parce qu’elle résulte d’une attente interminable. Parce qu’elle est belle aussi. Parce qu’elle met en scène Big boss. Il y a plein de raison de voir dans la scène d’intro de Metal gear solid 3 : Snake eater, un prémices de ce que va être le jeu : lent, bien ficelé, et drôlement bien mis en scène. Le générique style James Bond 1970’s donne le ton du grand cru qu’est cet épisode. Nous voilà donc partis pour enchainer séquences d’anthologie et d’autres plus quelconques. La grande force de ce Metal gear solid, s’il reste à le signaler, réside dans l’interactivité de ces phases cultes, à l’opposé de la tradition passiviste de la saga. L’impact et l’empreinte de ces scènes dans notre cerveau n’en est que plus grand. Ceux qui ont mis du temps à appuyer sur R1 savent de quoi je parle. Bonheur et introspection quand vient le générique de fin soit dit en passant. Je vous laisse en bonne compagnie !

Le Serpent

Bonjour à toutes et à tous ! Et voici une semaine un petit peu spéciale en approche. En effet, du lundi 6 au vendredi 10 février vous aurez droit à une semaine consacrée à la saga Metal gear solid. La sortie de Metal gear solid HD collection en est un bon prétexte. Chaque jour, vous aurez droit à un test, ou a un article conséquent, en rapport direct avec la série légendaire de Monsieur Kojima-San. Une petite annonce pour vous mettre l’eau à la bouche ! Et je vous donne rendez vous lundi pour le test de Metal Gear solid, premier du nom, sur Playstation. Bonne attente !

Le Serpent

Snaaaaaaaaaake (game over)

Chaque semaine, Totof vous dévoile un jeu de son TOP 5, classé par catégories.

Si vous avez bien suivi l’épisode précédent, vous savez donc que nous allons reparler de Solid Snake. Oui, mais de quelle aventure de l’agent de Fox Hound vais-je parler cette semaine? Hé bien, à tout seigneur, tout honneur, du premier épisode de la saga Solid, sorti sur PS One en 1999 sur nos terres. Il est à la fois facile et difficile de parler de ce jeu, quand on sait toutes les choses qui ont été écrites à son sujet. Je resterai donc sur mes impressions et mes souvenirs. Ce soft pourtant légendaire s’y est pris à deux fois pour me séduire. La première session fut une catastrophe; étant donné que j’étais complètement novice en termes de jeu d’infiltration, j’en étais ressorti frustré, m’attendant à plus d’action. Je ne comprenais pas le plaisir qu’on pouvait avoir avec ce principe de gameplay, qui consiste à se cacher et à éviter le combat. Par la suite, je l’avais acheté en occasion pour 60 francs dans le magasin Score Games dans lequel je travaillais pour l’été, convaincu par les dires d’un de mes collègues me le décrivant comme LE jeu d’action qu’il fallait faire. Lui laissant sa chance, le titre m’a finalement scotché et fait partie de mon panthéon. C’est le genre de soft qui contribue à faire du jeu vidéo une culture à part entière. Par les anecdotes qu’il permet de partager: la fréquence de Meryl sur la boite du CD, les soldats invisibles dans l’ascenseur, l’histoire d’amour entre Otacon et Sniper Wolf, le duel aux poings face au ninja, le combat contre Psycho Mantis, que je vous met en vidéo, qui reste pour moi le boss le plus emblématique de la série et qui l’a fait basculer dans le mythique (être obligé de changer sa manette de port, ça s’appelle une idée de génie pour moi). Par sa VF hilarante. Par ses personnages charismatiques. Par son ambiance. Par sa direction artistique, qui emprunte au cinéma d’action et dont la musique permet de s’immerger. Il y aurait encore tant à dire, tant à discuter; je me contenterai de terminer par un « Merci, Mr Kojima; mais ne partez pas, je n’ai pas fini de vous rendre hommage ! »

Le Serpent

Arrgg… Du retard…

Voici un petit coup de gueule qui ne devrait pas arranger les affaires de Nintendo et de sa 3DS : Konami vient d’annoncer le report à l’année 2012, et plus précisément à son premier trimestre de Metal Gear Solid : Snake Eater 3D. C’est en tout cas la situation standard pour l’Europe, puisque la version Japonaise du soft semble de son côté toujours prévue pour débouler dans le courant 2011. Une autre mauvaise nouvelle lorsqu’on sait que le jeu est en deçà de toutes les attentes, notamment graphiquement, très en retrait par rapport à la version PS2. Vraiment… Fait chier ! (Oo). Amazon, d’habitude en avance sur l’annonce des dates, n’a même pas fait la mise à jour… Les responsables blasés ? J’aime le croire.

Le Serpent

Lors du comic-con de San Diego de la semaine dernière, Konami et USAopoly viennent d’annoncer une version Metal Gear Solid pour leur jeu culte, Risk. Le rêve de tout geek en quelque sorte. Pour rappel, Risk, c’est un jeu où l’on dirige une armée, visant à conquérir le monde, au grès de combats, alliances et trahisons. Un jeu très sympa pour une petite soirée pépère entre potes, assez convivial et un poil stratégique. Dans cette nouvelle version, très basée sur l’univers du quatrième MGS, on dirigera une milice (l’un de ces fameuses PMC), s’achètera des armes via des points Drebin, il y aura des personnages importants de la saga qui nous offriront des compétences particulières (Snake s’infiltre dans un territoire ennemi, la Rat Patrol augmente notre puissance offensive…), on pourra lancer des frappes nucléaires à distance depuis un Metal Gear Rex, et enfin (petit spoil de MGS4, fermez les yeux !) il y aura un nouveau continent, Outer Heaven, qui pourra se déplacer. C’est à peu près tout ce que l’on en sait, à part que ça sort en novembre aux USA, et que rien n’est encore prévu chez nous.

Bloodevil

Et ben si c’est possible ! 5 vidéos qui reprennent toutes les anecdotes repris dans le titre dans un grand n’importe quoi parodique… Mais qu ile cru ? Et le pire c’est que tout est bien fait ! Dans la parodie bien sur. Comme d’hab, je ne fais pas plus de blabla. Amusez vous bien !