Articles

Pourquoi nous autres retrogamers aimons tant les jeux vidéo dits « d’ancienne génération »? Parce que nous sommes avant tout de grands nostalgiques, à n’en pas douter. Nous pouvons certes évoquer de vieux titres avec la larme à l’œil, mais pourquoi nous arrive-t-il de toujours jouer avec plaisir à certains d’entre eux ? Au-delà du fait qu’il parait indispensable pour un gamer de rattraper son retard en s’essayant aux classiques qu’il n’a pu faire à l’époque de leur sortie, il semble nécessaire de réfléchir à ce qui fait bien ou mal vieillir un jeu vidéo. Comme dans tout débat, commençons par une définition : un jeu vidéo qui a bien vieilli, c’est un titre praticable encore maintenant, avec un plaisir visuel et ludique presque intact, fondé sur l’expérience liée au gameplay et non sur la nostalgie. Le médium fournit plusieurs éléments constitutifs de réflexion et de nombreux exemples de softs pouvant encore nous émerveiller, nous faire rire comme une vieille photo de classe, ou bien encore ternir nos souvenirs.

La réalisation et la touche artistique

Les jeux en Cell Shading vieillissent très bien

S’il est un titre qui fut décrié à sa sortie, c’est bien The Legend of Zelda: The Wind Waker. Le pari du cell-shading tenté par Shigeru Miyamoto avait fait hurler au scandale jusqu’au plus inconditionnel fan de la saga de Nintendo. Et pourtant, à y regarder de plus près presque dix ans plus tard, cet épisode de la mythologie de la Triforce préserve sa touche intacte. Ses couleurs survivent au temps, les mimiques de Link font toujours mouche et son animation garde la patte d’un dessin animé. En tant qu’autres représentants du jeu vidéo du voyage illustratif, Ōkami et Dragon Quest VIII réussissent également cet exploit, avec des paysages chatoyants et généreux, ainsi qu’un fantastique chara-design. Dans un style proche du cell-shading, la perle d’Ubisoft Montpellier, Beyond Good & Evil, garde tout son caractère et toute sa beauté. Le même principe peut s’appliquer également aux jeux réalisés en 2D. Il faut dans tous les cas que la sacro-sainte animation, élément indispensable au plaisir de jeu, soit à la hauteur. Street Fighter III: Third Strike est toujours pratiqué, et Dieu sait l’importance de la fluidité de sa réalisation dans la justesse de son gameplay qui se calcule à la frame près et qui en fait la référence des jeux de baston encore aujourd’hui. Nul doute que les récents Muramasa: The Demon Blade et Rayman Origins sauront garder leur charme et leur énergie dans les années qui viennent en s’appuyant sur les mêmes atouts. En matière d’animation toujours, Delphine Software avait posé une pierre blanche dans l’histoire du jeu vidéo avec son titre Flashback et son héros dont les mouvements réalistes et complètement décomposés en avaient bluffé plus d’un.

Warner Bros. Interactive Entertainment annonce la sortie de son application Midway Arcade pour iPad, iPhone et iPod touch, une compilation de 10 jeux d’arcade classiques, disponible dès maintenant sur l’App Store au prix de 0,79 €. Midway Arcade promet de procurer aux joueurs l’expérience d’arcade ultime, avec sa salle de jeux virtuelle équipée de 10 jeux, ses tickets et ses prix virtuels. L’application permet aux joueurs de jouer à certains jeux excellent, tels que Spy Hunter, Joust, Rampage et bien d’autres, et de pratiquer quatre jeux d’adresse (Pool, Air Hockey, Roll Ball et Basketball), quel que soit l’endroit où ils se trouvent. Les joueurs ont également la possibilité d’acheter des jeux Midway classiques supplémentaires via la fonction d’achats intégrés (In-App Purchase). Ils pourront ainsi se procurer le pack Fantasy, qui inclut Gauntlet I, Gauntlet II et Wizard of Wor, ou encore le pack Action, qui permet de débloquer les jeux APB, NARC and Total Carnage. Les joueurs peuvent affronter leurs amis, remporter des succès et prendre la tête des classements en ligne. A vous de jouer maintenant !

Le Serpent

Laissons parler le sage Stryder

« Amis gamers et amies gameuses, bonjour à tous et bonjour à toutes, c’est Styder très heureux comme d’habitude de vous accueillir dans ce 10e volet de jeux electrogeek. Episode spécial puisque comme annoncé sur mon profil, tous les dix épisodes, un volet consacré à un jeux extrêmement médiocre sera réservé. Celui ci est consacré Mortal Kombat 3 sur Game Gear. Après un premier et un second épisode fort réussi, le portage du troisième volet de cette saga avait tout pour être un grand hit….mais malheureusement comme dirait l’autre « et la c’est le drame » ! »

Et oui, après une adaptation de MK2 sur game gear très réussie, le foutage de gueule semble de rigueur avec ce MK3 qui a dû en décevoir plus d’un, notamment ceux qui n’avaient pas les moyens de se payer la version 16 bits. La maniabilité est horripilante, les coups sortent très mal quand bien même la combinaison est simple. L’animation est très saccadée et donne un côté ultra-rigide à l’ensemble. C’est un MK mais il y a des limites. Les persos sauvent un peu l’ensemble, même s’ils me semblaient bien plus réussis dans l’opus précédent. Par contre carton rouge pour les décors, composés majoritairement de fonds noirs et d’une absence flagrante de détails, ça sent le jeu bâclé tout ça. Le pire défaut reste les collisions de sprites surréalistes… Les bruitages sont à vomir, et ne parlons même pas des musiques en dessous de tout, enfin quand il y en a. En effet dès qu’on lance un combat, silence total ! Ça prouve bien, si besoin il en était encore, le je-m’en-foutisme absolu des développeurs sur cette cartouche.


Jeux Electrogeek 10 test "Mortal Kombat 3" [GG] par stryder33

Le Serpent