Articles

the-last-of-us-left-behind-notes-locations-guide

Après avoir réussi à toucher mon petit cœur de jeune con et parallèlement avoir conquis l’ensemble des professionnels de l’industrie. The Last of Us peut crever en paix sur le Piédestal que nous lui avions attribué l’année dernière sur toutes les catégories créatives possibles : jouabilité, graphismes, musique et narration. Mais alors ? Si le jeu est aussi parfait ? Ce DLC qui doit éclairer une part d’ombre du scénario du jeu est-elle justifiable ? À force de draguer le cinéma, le jeu vidéo devient comme son aîné, utiliser la technique des « origines » pour récupérer quelques deniers.

the-last-of-us-left-behind-screen4De toute manière, très peu de studios savent faire des DLC de qualité, seul Rockstar méritait qu’on leur verse 15 euros, parce qu’à chaque fois, on avait du plaisir de la (re)découverte de l’univers instauré, du nouveau contenu et du fun (RDR Undead Nightmare, GTA IV Ballad of Gay Tony). Là Naughty Dog propose d’éclairer simplement deux parties de l’histoire qui auraient dû rester sous silence. Avant toute chose, avant de lire cette critique ou bien même jouer à Left Behind, vous devez impérativement avoir fini la première aventure et surtout l’avoir apprécié à sa juste valeur. Left Behind joue sur deux périodes de la chronologie originale : quelques mois avant le début de TLOU et pendant la convalescence de Joel durant l’hiver. Un déroulement qui se joue parallèlement entre le passé et le présent à coup de Flashback, c’est Welles qui aurait été un homme comblé. Left Behind vous éclaire sur l’amitié entre Riley et Ellie dans leurs derniers moments avant l’inévitable mort de la première et la morsure pour la seconde.

gaming-the-last-of-us-left-behind-5Bref, comme je l’écrivais quelques lignes plus hautes, ce spin-off éclaircit, selon moi deux parties de l’histoire qui ne servent finalement pas à grand-chose et ne sont pas des parties importantes de l’univers global. En quelques sorte, vous ne raterez rien si vous ne faites pas ce DLC, ce qui est grandement dommageable par rapport au prix donné. Ici vous jouez simplement Ellie dans un centre commercial en reprenant les grandes lignes de ce qui se faisait déjà dans l’original. Sauf qu’ici, les défauts du jeu original ne sont que décuplés à cause du très peu de temps de jeu que nous laisse Naughty Dog, L’IA est insupportable et le game-design toujours trop imbriquée à des schémas de planque à fusillade. C’est une vraie repompe de mécanique dont la seule nouvelle feature est la possibilité de laisser s’entre-tuer les infectés et les brigands (Youhouu!), d’ailleurs cette possibilité manquait déjà au jeu original. Quand à l’histoire entre Ellie et Ryley, bien ma foi, oui l’intérêt est là, mais on apprend rien finalement. Petite anecdote par ailleurs, Neil Druckmann (Game Director) avait avoué au micro de Gamespot que Left Behind a été développé tout autour du personnage d’Ellie parce que le chapitre préféré des joueurs selon ce qui ont eu comme retours serait « l’Hiver » (chapitre où on contrôle Ellie). Effectivement, l’idée est louable, mais bordel, un peu plus de travail sur les mécaniques et quelques variantes de phases de gameplay n’aurait pas été superflu.

JakAndDaxterCover

Naughty Dog, rien que le nom de ce studio californien impose le respect. Le Co-président Christophe Ballestra depuis 2004 n’a cessé d’en accroître la popularité dans le monde vidéoludique avec Uncharted. Quelques jours se sont écoulés suite au lancement de « The Last of Us », dernier Bestseller du studio pour la PS3. C’est l’occasion de jeter un coup d’œil dans le rétro et de revenir en 2001, sur la génération précédente contempler le second succès des « chiens méchants » .

Un succès prédestiné

En 2001, c’était classe, maintenant, c’est über classe.

Après un succès retentissant de la trilogie Crash Bandicoot  sur la Playstation première du nom et suite au rachat de leur studio par Sony Computer Entertainement. Naughty Dog se lance dans un jeu de plateforme 3D « Open World » connu en premier lieu sous le nom de Projet Y à l’E3 2000 puis baptisé quelques mois plus tard Jak And Daxter. The Precursor Legacy, premier volet de la trilogie « Jak and ça boule de poile à parole » sort en décembre 2001 sur PS2, une période assez particulière, alors que les possesseurs de Playstation 2 mangent du GTA III depuis deux mois en attendant le messie Final Fantasy X et les fans de plateforme, quand à eux, attendent « Super Mario Sunshine » sur Nintendo Gamecube comme des moines bouddhistes priant devant la fin du monde. La nouvelle trilogie de Naughty Dog, met un coup de pied dans la fourmilière à sa sortie en magasin.Vous savez, en 2001, internet n’était pas démocratisé et le seul moyen de se tenir au courant des nouvelles vidéoludique était d’acheter sa presse mensuelle au bureau de tabac du bourg du coin. C’est par ce biais que Jak and Daxter premier du nom à pu s’imposer dans la majorité des ludothèques des joueurs, grâce notamment aux tests élogieux et unanimes des rédacteurs de différents magazines ainsi que le boost des ventes de Nöel. (Exit l’effet de communication « kikitoudur » via de bons nombres de trailer comme en 2013).

La Naissance d’un Duo d’enfer

Voici Daxter avant de se transformer en Beloutre charismatique.

Bienvenue dans un monde onirique sans nom, Jak et son pote Daxter, durant une soirée à se raconter des vannes sur le bateau mouche du pêcheur du village des sables. Dans un éclair de folie et ainsi bravant l’interdiction du vieux sage vert du village, Samos, ils décident de s’aventurer dans l’île de la brume, réputée dangereuse et malfamée. Arrivé sur l’île, Jak et Daxter aperçoivent une réunion de Lurkers (antagonistes principaux) ainsi que deux personnes mystérieuses donnant de sombres directives à cette troupe attentive. De peur, nos deux comparses s’éloignent de la réunion et se balade à coté d’un puits d’éco noire (énergie de la planète), un lurker surgit tel un videur en boîte durant un samedi soir trop arrosé. Suite à un concours de circonstance, Jak élimine le lurker et sur cette action fait tomber Daxter dans le puits. Magie magie, il en ressort transformé en une beloutre orange (Mélange de loutre et de belette), commence alors cette aventure. Accompagné de son acolyte muet Jak, du vieux sage grincheux Samos et de sa jolie fille Keira, Daxter va parcourir ce monde vaste à la recherche de Gol, sage étant le plus expérimenté sur la question de l’éco noire.Si vous êtes à la recherche d’une claque scénaristique et narrative, passez votre chemin, Jak & Daxter joue la simplicité mais reste tout de même efficace grâce notamment à des dialogues savoureux servis avec une version française bien plus efficace que la V.O.