Articles

1378426441-pusher-game52wpugc

Il était une fois, une petite souris pleine de malice. Ses aventures furent nombreuses, dont une sur la console Mega Drive. Il y fit preuve de bravoure en sauvant sa douce Minnie, prisonnière de la méchante sorcière Mizrabel dans le Château des Illusions. 23 années passèrent, et SEGA souhaita le faire revenir dans cet univers.  Pourrait-il enchanter les esprits comme son aîné ? Ou serait-il condamné à la laideur et à l’oubli, comme Mizrabel jadis ?

Un mode magique

castle1Mickey se retrouva une nouvelle fois dans de terribles ennuis. Mizrabel la vilaine, jalouse de la beauté de sa bien-aimée, la kidnappa dans son château, pour échanger leurs personnalités. Il dut encore partir à l’aventure, devant récupérer les joyaux arc-en-ciel pour terrasser le mal, mais une chose le surprenait. Il était étonné de voir que les pixels 16 bits avaient laissé place à une introduction dessinée, un narrateur faisant son apparition, étonnement confirmé lorsqu’il entra dans le château pour la première fois.  Le tout lui semblait sombre et lugubre, mais également fascinant, dans une 3D propre et fidèle aux travaux de son papa Walt.  Quelques portes étaient placées ci et là menant vers des niveaux illusoires, chacune demandant des diamants sous un certain nombre, et Mickey sut qu’il devrait se dépêcher d’agir pour sa compagne. Mais il ne pouvait s’empêcher d’être admiratif devant la magie des mondes, même créés par le mal. Les musiques qu’il put entendre accompagnèrent son voyage de la meilleure des façons, devenant plus orchestrales que dans le passé, et lui rappelaient l’épisode d’Epic Mickey. Il pouvait choisir de réécouter les thèmes de l’ancienne aventure. Le narrateur, ici et là, commentait certaines de ses actions et aussi ses plus grandes peurs. Mais l’ambiance ne faisait pas tout.

Un plaisir non illusoire

castle2Chacun des endroits que Mickey traversa était divisé en 3 actes, avec en chaque fin un maître des illusions, ou boss, gardant jalousement un joyau arc en ciel.  Il vit dans les illusions de Mizrabel une forêt, un coffret à jouet, un château ou encore des ruines antiques. Heureusement il n’avait pas perdu la main et se déplaçait aussi aisément que sur Mega Drive, mais se sentait plus à l’aise sur une manette que sur un clavier. Désormais pour tuer ses ennemis, il n’était plus obligé d’appuyer sur « bas » pour finir son saut. Par moments il ne se déplaçait plus de gauche à droite mais à la manière d’un Crash Bandicoot, c’est-à-dire d’avant en arrière. Le tout fut agréable grâce une caméra toujours bien placée et un level design donnant envie de toujours explorer le moindre recoin possible, en temps limité s’il le voulait. Car si Mickey était suffisamment curieux, il pouvait trouver des morceaux de statues pouvant orner le hall du château. De la même manière, il trouva ici et là des cartes à jouer et des piments qui non seulement étaient un hommage à World of Illusion et Quackshot, mais permirent à Mickey de porter des costumes variés. Cela donnait plus de contenu à son aventure magique. Tout fut pour le mieux pour s’investir dans cette quête. Tout ? non.

Un ombre au château

castle3Malgré le fait que son aventure fut belle, douce, et amusante, elle comportait quelques déceptions. Tout d’abord le périple ne dura que 2 heures du début à la victoire finale, avec seulement peu de succès (ou trophées). Bien sûr, son ancienne aventure pixelisée ne durait guère plus, mais au vu du prix demandé de 13 euros pour  aider Mickey dans sa quête, on eut pu croire à un maléfice de SEGA. D’autant plus que la difficulté de sa tâche, même s’il ne fut pas mécontent de revoir Minnie, était extrêmement facile. Chaque monde regorgeait de vies supplémentaires, et il n’était pas rare de se retrouver avec 13 voire même 14 possibilités de revivre après chaque vie perdue, sachant aussi que chaque maître de l’illusion était incroyablement facile. Les manières qui usaient de leurs faiblesses pour les vaincre étaient également trop faciles, ce qui donnait un léger sentiment de déception après des niveaux plutôt jolis. D’ailleurs les différentes cut-scenes des mondes furent du plus bel effet dans cette aventure mais jamais ne pouvaient être passées, ce qui pouvait lasser fortement la célèbre souris.

A retenir

Dans ce conte ludique, ce qu’il faut retenir est que Castle Of Illusion nouvelle formule est plus qu’une simple mise à jour. SEGA a réussi à mettre le tout au goût au jour, artistiquement comme au niveau du gameplay tout en restant fidèle au jeu original. Malheureusement c’est là aussi qu’apparaissent les défauts, car comme la version Mega Drive, le jeu est trop facile et trop court. Mais si vous êtes fans ou si vous découvrez ce jeu, il vaut le détour et reste un joyau du jeu de plateforme. C’est ainsi que termine cette histoire les enfants.

Informations sur le jeu

Plateformes : XBLA – PSN – PC

Genre : Plateforme

Développeurs : Sega

Editeur : Sega

Date de sortie : Septembre 2013

Flbond

ct1

Yo tout le monde, c’est le Serpent. Aujourd’hui on se retrouve sur Clustertruck, et avant tout n’oubliez pas de laisser un commentaire et un pouce vers le haut, ça me ferait hyper plaisir (hashtag putaclick) ! Plus sérieusement, le titre de Landfall Games souhaite se faire une place dans les nombreux titres propices aux gameplay, en proposant de faire des courses de camions….en sautant sur ces mêmes camions. Le pari de la simplicité est il réussi? Le jeu referme t-il plus de surprises que prévu? Nous allons voir ca.

Un jeu pour youtuber

ct3Clustertruck est un jeu ayant un principe simple : se rendre au bout d’un circuit le plus vite possible. Mais la petite surprise du chef réside dans le moyen d’y parvenir, à savoir faire le yamakasi sur les toits des camions qui passent. Le moindre pied posé par terre et c’est l’échec assuré (ainsi que le fait d’embrasser un mur bien entendu).  En se basant sur ce principe, les niveaux courts s’enchaînent, les obstacles se multiplient (lasers, planches en bois, citrouilles,etc…) mais le principe reste le même. Des super capacités sont également disponibles avec les points récupérés à chaque course et permettent de faire encore plus de pirouettes sur les plateformes motorisées. En résumé, un jeu simple mais pouvant être frustrant et qui se joue sur de courtes sessions, ça ne vous dit rien ? En effet Clustertruck est un jeu parfaitement adapté au Let’s Play sur youtube, et nombreuses sont les chaînes qui en ont parlé. L’éditeur de niveaux renforce également l’aspect communautaire du titre, chacun pouvant avoir son expérience personnalisée et défier ses amis. Celui-ci est accompagné d’un tutoriel très simple, permettant une grande liberté dans le nombre de camions et l’agencement des décors, décuplant les possibilités du jeu en lui même. Pari réussi donc pour un jeu qui s’adressera aux joueurs qui aiment les titres simples à prendre en main, jouables sur des petites sessions et avec un peu de challenge. Qu’en est il des joueurs fans de rétro?

Un jeu pour speedrunner

ct4On peut se demander ce que ce jeu fait en test sur un site qui fait le lien avec le jeu-vidéo rétro. Tout simplement car il s’inscrit dans une tendance disparue pendant un temps : le scoring. Longtemps cantonné à l’arcade dès les années 70, le scoring a été la première manière de pouvoir se dépasser sur un jeu vidéo et de repousser les limites de ce qui est proposé par le développeur. Les joueurs consoles des années 80 (et début des années 90) ont également pu expérimenter cette nouvelle manière de jouer à travers les portages des jeux des salles, puis par des jeux dédiés. Mais dans le courant des années 90, les jeux devenus plus scénarisés, plus centrés sur les personnages, laissent de côté les défis plus basiques pour pouvoir amener le joueur dans une expérience plus cinématographique. Et à part de rares genres (comme les shoot em up), les records, et notamment par les points, ne sont plus réellement présents… jusqu’au début des années 2000 avec les speedrun. Lancés par Speed Demos Archive, les speedrun sont des records de vitesse enregistrés sur n’importe quel support, de manière directe ou sur émulateur, avec ou sans utilisation des failles techniques. Les gamers sont intéressés par ce moyen de repousser leurs limites, et avec la démocratisation d’internet et l’apparition des outils comme twitch pour diffuser les jeux, le speedrun est plus populaire que jamais. Et Clustertruck allie ces deux choses, le scoring pour savoir le talent du joueur en plein jeu, et le speedrun pour qu’il puisse se mesurer à d’autres, comme celui qui faisait des records à Space invaders en 1980. La boucle est bouclée!

A retenir

Clustertruck est un jeu qui s’adresse à plusieurs publics et qui réussit à le faire. Il réussit à être un jeu qui se joue rapidement et sans trop se prendre la tête, pour pouvoir correspondre à cette nouvelle tendance du jeu sur le net et plus particulièrement youtube. Il réussit à avoir du contenu notamment grâce à son éditeur de niveaux, et ses différentes manières de finir chaque niveau traversé de plusieurs façons avec les super capacités. Enfin, il réussit à proposer aux plus mordus des moyens de se dépasser en réalisant des défis de scoring et de speedrun. Un bon petit jeu sans prétention, mais qui fait très bien le job.

Flbond

Informations sur le jeu

Plateformes : PlayStation 4, Microsoft Windows, Linux, Mac OS

Genres : Speedrun – Plate-forme 

Développeurs : Landfall Games

Éditeur : tinyBuild Games

Date de sortie : 27 septembre 2016