Articles

grim_fandango_wallpaper_hd-otherGrim Fandango. Si ce nom ne te dis rien, c’est que tu es passé à coté des chefs d’œuvres de Lucas Arts. Et dans cette cours des grands,  Grim Farango est très haut placé. Dernier grand jeu d’aventure de la firme, sortie fin des années 1990, il aura délaissé le « pointer et cliquer » pour quelque chose de plus fluide et des déplacements au clavier. Le tout pour un rendu grandiose, potache, décalé, et « Burtonien ».

Et bien figurez vous que Grim Farango va ressortir. Oui mes amis, ressortir. Mais attention, ce n’est pas une simple adaptation pour le faire tourner sur nos PC actuels. Non… C’est un véritable remake HD qui est en préparation et qui sortira exclusivement sur PS4 et PSVita. En ce moment Sony me fait tellement plaisir… Tim Schafer doit se lêcher les babines.

Ys-I-II-Chronicles-Feature-Logo

Reléguée dans la catégorie des jeux de rôle peu connus du grand public occidental, Ys est une saga de J-RPG lancée dans la fin des années 80’s. Le premier volet est sorti en 1987 sur Nec PC-8801, crée par Masaya Hashimoto et Tomoyoshi Miyazaki, le jeu a connu un grand succès au Japon et en Corée du Sud. Malgré sa maigre réputation en occident, il faut savoir que cette licence a eu le plus de jeux et de spin off en son nom, derrière l’éternel Final Fantasy, dont la ligne éditoriale est elle aussi la plus bordélique de tous les temps. À l’occasion de la sortie de Ys Memories of Celceta sur Playstation Vita, revenons sur le portage le plus jouable et plaisant en terme de retrogaming : Ys I&II Chronicles sur PSP. 

feast-your-eyes-on-some-new-ys-i-ii-chronicles-screens

Respectivement sorti en 1987 et 1988, les deux premiers volets sont des pionniers technologiques dans la playhistoire, ils sont tous deux les premiers à avoir utilisé comme support le CD-Rom pour supporter les graphismes exceptionnels à l’époque, le jeu proposait également des cutscene animés, un doublage en anglais, ainsi qu’une musique plus détaillée et donc plus enclin à laisser s’exprimer la créativité des musiciens. Outre une évolution technologique, Ys est aussi un pionnier du J-RPG au côté de Dragon Quest et Final Fantasy. La différence entre ses deux frères d’armes, la saga crée un sous-genre du jeu de rôle : l’Action Role Playing Game.

La société Falcom ou Nihon Falcom Corporation est une société crée en 1981 par sous-traitance pour Apple au japon. Au moment où la société américaine fait le lancement de son Apple II au pays du soleil levant, la société Falcolm était chargé de la localisation de la machine pour la transposer au marché américain. Une fois le projet fini, Falcom se lance dans le monde vidéoludique comme et seul et continuité logique pour acquérir un Chiffre d’affaire à faire rougir les banquiers. Coup gagnant, il faut savoir que la société vient de fêter dignement son tiers de siècle sans broncher. La société a un atout dans sa manche, son côté quasi-anonyme en occident lui permet de produire des jeux sans impératifs commerciaux ni boursières. Contrairement à la vie de la société Square-enix qui je le rappelle est née d’une fusion entre une société bien portante et une en miette du à une erreur de carrière, Falcom a toujours su éviter les écueils de ce qu’on reproche souvent dans les Final Fantasy.

limbo jaquette

Lorsque j’ai lancé Limbo pour la première fois, j’en attendais beaucoup. En fait, ce sont plutôt les sites spécialisés qui m’ont donné l’eau à la bouche. Monde sombre, gameplay au poil, die and retry, etc, plateforme, réflexion… J’y voyais un véritable candidat au néo-retro de l’année. Et pourtant… Je suis allé de déception en déception. Récit d’une aventure avortée…

Contre-sens quand tu nous tiens !

Heureusement que l'ambiance est bien là...

Heureusement que l’ambiance est bien là…

Premier constat : la maniabilité est toute nulle… Je démarre comme cela mais c’était obligé. Notre personnage se déplace lourdement, à la manière d’un Marcus de Gears of War (oui j’ose…). Tout est trop lent et approximatif… Mais bon, je me dis que c’est l’ambiance qui va et doit rattraper le coup. Une ambiance noire, à des lieux du design de notre petit personnage tout mignon. Alors, il est vrai que nous sommes servis : mort qui font mal (non sans déconner!), die and retry à certains moments, ambiance bien glauque… Quelques énigmes par bien retorses… Certes… Certes… Mais je n’accroche pas. Je ne comprends rien à ce que je fais et à ce que je dois faire. Que fais-je ici ? Qui suis-je ? Ou dois-je aller ? Pourquoi ? Nous avons l’habitude d’être laché au milieu de nulle part dans les jeux de plateforme-réflexion. Mais lorsque le jeu ne se base pas sur son gameplay mais sur son ambiance, c’est un peu un comble… Et c’est comme cela jusqu’à la fin… Et petit anecdote intéressante : j’ai fini 10 secondes après un chargement… Ayant joué tout un trajet de TGV (Ca va faire un peu discussion Europe 1 dans les lignes qui suivent…), 3h environ, je quitte le jeu après une scène que je voyais cruciale… Je ne croyais pas si bien dire ! Le trajet de TGV suivant, j’allume le jeu, je fais quelques pas, et je tombe sur le générique… Fin abrupte, venant de nulle part. Vive la frustration…

J’accuse!

Le die & retry est au cœur du gameplay

Le die & retry est au cœur du gameplay

Alors oui, je n’ai pas peur de le dire : J’accuse! J’accuse tous les sites spécialisés qui ont adulé ce jeu en y voyant une réflexion bobo sur les limbes. Alors qu’ils n’ont jamais étudié la mythologie Grecque. J’accuse les gamers qui ont été touché du syndrome post-traumatique « ICOien », car oui tu comprends petit ignorant, Limbo c’est de l’art, tu ne peux pas test. J’accuse les développeurs indépendants de nous vendre un jeu qui n’est clairement pas abouti, non pas que le jeu est mauvais, mais que ces gentils gugus auraient dû mieux situer leur œuvre et pour le coup, en faire quelque chose d’unique. J’accuse, déjà, les détracteurs de cet article, qui vont me traiter d’ignorant et de kikou lol qui n’aime que FIFA et Call Of (ce qui n’est d’ailleurs pas le cas). Pourquoi, pourquoi est-ce que Limbo eu droit à tant d’estime et qu’un jeu comme Thomas was Alone soit passé si inaperçu ? J’accuse donc les médias de se prendre au jeu de la communication des éditeurs, à faire le jeu des ventes et à « vendre ce qui se vend ». Finalement, j’accuse toutes les personnes qui vont me haïr dans les commentaires.

A retenir

Limbo est vide. Je sais que cette affirmation est aux antipodes de ce qu’on peut lire d’habitude. Mais le monde du jeu vidéo indépendant a fait tellement mieux depuis ! Certes, l’ambiance peut –être sympathique, mais cela ne justifie en rien l’emballement constaté autour de ce jeu. Survendu, surévalué… Cette critique expéditive ne rentre bien évidemment pas au fond du jeu et n’en dresse qu’un portrait de surface. Jouez-y et forgez-vous votre propre avis. En espérant que ce ne soit pas le même que le mien…

Informations sur le jeu

Plateformes : PC – MAC – Xbox 360 – PS3 – PSVita – Ipad – Iphone

Genre : Plateforme – Réflexion

Développeurs : Playdead

Date de sortie : 2 août 2011

Le Serpent

lone surviror jaquette

J’ai peur. Je suis surement le seul survivant dans cette ville. Le seul véritable être qui n’a pas succombé à cette infection. J’ai faim. Je suis pourtant si jeune pour mourir. Je ne le mérite pas en plus… J’ai l’impression de me croire dans un jeu vidéo tellement ce qui se passe est irréaliste… Je suis le Lone Survivor.

Folie

Tu as raison mon enfant...

Tu as raison mon enfant…

Hey salut toi ! Comment vas-tu ? Tu sais que tu m’as manqué ! Eh dis donc, tu connais Lone Survivor ? Non tu es si ignorant que cela ? Argh, tu comprends rien John Snow. C’est ce jeu d’horreur en 2D qui fout la frousse, mais oui! Tu ne connais pas ? Ahahah, si j’avais été ta maitresse je t’aurais fouetté! Mieux que pierre-feuille-ciseau je te dis! En plus tu peux l’emporter partout! PC, Linux, PS3, PSVita… Tu as le choix! Tu as un coca dans le dos. Ahahahah. En plus qu’il est beau le bousin! Un rendu façon Pixel Art, qui donne une ambiance unique! Tu as vu Alice au pays des merveilles mon ami ? Et ben c’est pareil avec du Orange Mécanique dedans, à l’intérieur. Oui, oui je sais il se fait tard et dehors ça gueule, et alors ?! Aahahahah! Ah oui, oublie pas ton masque si tu y joues parce que sinon tu vas sentir une odeur nauséabonde qui abonde. Quoi ? Non je ne souris pas, j’ai mis mon masque! Mais non, ne me dis pas que tu as peur. Ce n’est rien. Rien du tout. Oui c’est glauque et c’est bien réalisé, mais ce n’est pas grave! Il y a pire dans vie que la mort, les zombies et la saleté non ? Il y a Casimir qui discute avec ta femme de scène MILF. Quoi ça ne t’es jamais arrivé ? Petit joueur! Tu vas traverser des couloirs, des ruelles, des salles, des bureaux. La base quoi! Mais en tout rouillé et tout pourri comme les chansons de Francis Lalanne. Quoi, tu aimes bien ? On n’est vraiment pas pareil! NON arrête maintenant, ce n’est pas oppressant! Laisse tomber tes stéréotypes, la musique et l’ambiance façon Resident Evil pourraient te faire croire que c’est le cas mais NON! Tu m’écoute oui ?! Viens ici, tends la joue! BAM! Tiens voilà tu l’as mérité. Assis maintenant. Je suis un boyscout psychotique, j’aime la vie et la mort à la fois, les cauchemars et les rêves, la musique et le silence. Aahahahah ! Je suis le LONE SURVIVOR!

Survie

Tellement 2D... Tellement crade...

Tellement 2D… Tellement crade…

Il y en a partout… Je sors de ma chambre et je tombe sur des infectés… Je passe une trappe et je tombe nez à nez avec une de ces créatures… J’ai peur et je n’ai pourtant que quelques boites de haricots et chips pour me tenir en vie. D’ailleurs rien ne m’indique l’état dans lequel je suis… J’en ai marre de cette vie… Et je m’y rattache pourtant… D’ailleurs, je ne comprends pas ce qui m’arrive. Où suis-je, que dois-je faire ? Dans quel but ? A part survivre ? Et qui est ce personnage qui me laisse des indications de temps en temps ? Pourquoi… Et avoir tout oublié n’arrange rien. Oui je suis amnésique, et je dois survivre dans ce monde cruel… La bouffe avarié que je suis obligé de manger provoque en moi des hallucinations… Je me défonce aux pilules, c’est déjà ça… Ah tiens, un être vivant! Mais, où sont ses yeux ? Pourquoi cries-tu !! Arrête !! Ma tête… Ce n’était qu’une hallucination… Encore une… J’ai tellement peur dans ces couloirs… Je dois dormir pour retrouver mes forces… Je garde mon flingue et mes quelques munitions à portée, on ne sait jamais… Car des monstres, il y en a partout… Ah oui, et ma lampe torche aussi. Merde… Plus de piles… Il fait noir… Tout noir… J’ai si peur.

Parallèle.

De l'action aussi

De l’action aussi.

Hey tu es de retour ! Tu m’avais manqué ! Je ne suis pas fou, non… C’est toi qui es fou, je prends le relais de ton âme le temps de quelques heures de sommeil. Et comme je suis consciencieux, je vais te compter une histoire qui fait peur… Ouuuhhhhhhh. Il était une fois un petit homme qui adorait les jeux vidéo depuis son plus jeune âge. Arrivé à maturité il décide de se lancer dans des jeux pour adulte. Pas de cul non vieux pervers, je te vois le Burve (NDT : où ça, un pervers ?!). Des jeux qui font peur. Alors tout gentiment, du haut de ses 13 ans, il met Resident Evil dans sa Playstation. Quelques cauchemar plus tard, le voilà terrifié par l’horreur et le gore de cette légende. Mais bizarrement… Il a pris du plaisir… Plaisir à déchiqueté des chiens enragés. Plaisir à coller une bastos dans le crâne d’un Zombi. Zombi, qui était comme lui quelques heures auparavant. Plaisir cynique, sadique… Toi aussi mon petit tu as dû ressentir cela… Oui tu sais, ce plaisir coupable. Le Lone Surviror qui est en train de dormir va te procurer la même chose! Aaaahhhhh ! De retour la peur ahahahahahah. Depuis le temps ! Et pourtant c’est tout plat et en 2D! Il se déplace avec un balai dans le cul le bougre! Et ça lui fait du bien! Tellement de bbiiieeeeeeennnn ! Il fait des aller-retours constants car la clef d’une porte fermée est forcément au bout de la carte! Et quand tu vas te réveiller mon enfant… Mon petit bambino. Ca va être pire que la veille ! Tu vas souffrir psychologiquement pour avancer. Pour découvrir de nouveaux espaces. Tu vas souffriirrr!! Asssiiiisss, écoute moi! BAM, BAM, BAM! Donne-moi ton cul! BAM tu aimes ca ? Je t’ai juste retiré le balai. Tu es en quête de rythme ? Alors compose de 2321 sur ton mobile et éteint ce jeu. Tu es en quête de véritable peur, d’une angoisse qui ne te quittera pas, reste avec moi petit… Reste avec moi, car c’est toi, le Lone Survivor!

A retenir

Je viens de me réveiller… Ouf nous le 17 octobre 2013, et avec le putain de cauchemar que je viens de me taper, je me ferai bien un petit Resident Evil moi, j’aime bien. Ah, oui, il faut que je pense à dire à Toma de boucler ses critiques (NDT : meuh, chuis à jour, moi, non ? Non ???) aussi et de les faire un peu moins longues (NDT : longues, mes critiques ?! Je ne vois vraiment pas de quoi tu parles, tu dois confondre… Oui, c’est sûrement ça…). Mais avant tout, je vais écrire la critique de Lone Survivor sur PS3. Franchement il est sympa, il fait peur, c’est rare dans un survival horror récent. Et puis surtout, un jeu qui mêle folie, survie, et références au passé, il faut ne pas dire non. Allez je m’y mets : « j’ai peur. Je suis surement le dernier survivant dans… ».

Informations sur le jeu

Plateformes : PC – MAC – PS3 – PSVita

Genre : Survival Horror

Développeurs : Superflat Games

Date de sortie : 27 mars 2012

Hotline Miami Entête

« This is It ! » Hotline Miami, petite bombe de 2012 sur PC arrive enfin sur la Playstation 3 et la Psvita. Reprenant l’esprit « C’était mieux avant » pour la forme et le Gameplay. Dennaton Games ont créé un univers délirant, psychotique et gore, un vrai simulateur de meurtre façon rétro pour un été qui s’annonce sombre (Dédicace à Nadine). Hotline Miami, hommage aux années 80 et à sa culture de l’Hyper-Violence et du gore, développé par une petite équipe composé de Jonatan Söderström et Dennis Wedin sous l’influence de la culture si regrettée des 80’s, des films de Nicolas Winding Refn’s (Drive en particulier) et beaucoup de LSD (Mais vraiment). Quand on lance le jeu, nous voilà plongés directement dans un univers complètement psyché, rien que le menu principal pose l’ambiance sur ce qui va se passer sur les 20 niveaux de cette nouvelle perle vidéoludique.

Pour le Malin plaisir des yeux et des oreilles

Hotline miami 01

Si Tonton Kubrick serait encore de ce monde, il aurait pondu un Orange Mécanique 2 en voyant ce screenshot.

Hotline Miami a la forme d’un jeu d’action typique de la Nes, jeu en 2D pixelisé, couleurs saturées et une vue de dessus le personnage. Vous commencez le jeu dans un taudis qui vous servira de didacticiel de 2 minutes top chrono. Le jeu est vraiment simple, facile d’accès et instinctif mais durant la vingtaine de niveaux qui composent le jeu, la difficulté reste assez ardue, sous la forme d’un Die & Retry nerveux et joyeusement gore. Durant certains niveaux par exemple, vous allez mourir un certains nombre de fois pour des micro-erreurs. C’est là la première réussite du jeu, loin d’un Super Meat Boy qui devient frustrant à la longue, HM énerve sur le coup mais on se prend complètement au jeu. Allez savoir pourquoi mais j’ai trouvé un côté addictif à ce jeu. Certes, si on vous présente le jeu avec ce seul paragraphe alors que vous n’êtes pas un grand fan de jeu indé (comprendre jeu établi avec un budget Lidl), vous vous demandez probablement pourquoi tant d’engouement pour un jeu de cette forme ? Je vous répondrai tout simplement que Hotline Miami est une réussite tant bien sur la forme que sur le fond. Que l’on adhère ou pas au style très fluo et coloré de l’ambiance de la côte Sud des Etats-Unis, il faut avouer que le style percute, loin des standards du marché actuel, l’intérêt d’un jeu indé certes, mais le niveau du trip visuel est très élevée, ce qui peut en dérouter plus d’un. D’un autre côté, et là où Dennaton Games frappe fort pour continuer, c’est au niveau de la bande son, musique électro minimaliste, on peut le dire, mais jouissive pour l’ouïe, combien de fois pendant ma partie ai-je mis le jeu en pause pour danser comme un crétin, j’en sais rien, j’ai arrêté de compter.

Hé mé çay 2 la mer2 ! C moche et en + çay pa un fps é les fps çay tro cool

Masque de Licorne + Voiture du Dr Brown=So Much Win !

Masque de Licorne + Voiture du Dr Brown = So Much Win !

Parlons peu, parlons bien, parlons jouabilité, fun et autres jouissances. Commençons par le gameplay qui est à l’image du jeu, plutôt minimaliste mais réussi, on prend plaisir à tuer à coups de pied ses adversaires (comme Ryan Gosling), à leur envoyer notre arme en pleine tronche, à les découper à l’arme blanche, à les trouer avec les armes à feu. Tuer un personnage virtuel, ce qui est devenu complètement anecdotique dans un « Call of Duty Whatever », devient jubilatoire dans un jeu au gabarit de HM, c’est tout simplement dingue. Avant chaque mission, Hotline Miami vous laisse le choix de vous vêtir avec un masque parmi une vingtaine à débloquer selon votre score établi au fur et à mesure du jeu, vous conférant certains avantages comme de ne pas mourir à la première balle reçue ou obtenir une vitesse accrue, ect. Particularité de la version Sony (PS3 et PS Vita en cross-buy), vous avez droit à un nouveau masque exclusif, comme vous l’a précisé notre seigneur ami Le Serpent dans une news antérieure. Le Masque de Russel, masque de taureau qui vous donne la possibilité de jouer le jeu en mode noir et blanc. Seuls le sang et les scores sont indiqués en couleurs, gadget certes mais sympathique. Une référence bien placée à Sin City ou La liste de Schindler, à qui aura le plus gros kiki en termes de culture cinématographique.

GT-Hotline-Miami-Featured1La bête impitoyable, impie et indie de Dennaton Games et de Devolver Digital prend d’assaut les consoles PS3 et PSVita pour la somme de 8,99 €, disponible dès aujourd’hui. Voilà je m’arrête là. Non je déconne ^^. Encensé pour sa brutalité extrême et sa griffe artistique, le jeu de Dennaton Games et de Devolver Digital, arrive donc avec quelques nouveautés, après avoir émerveillé les PCistes. Exclusifs aux versions sur PS3 et Vita, parez-vous du masque de Russel, le taureau enragé. Une fois débloqué, le décor passera en noir et blanc, à l’exception du texte néon et des éclaboussures de sang rougeoyantes des cadavres que vous laisserez derrière vous, étage après étage. La version Vita, propose quant à elle un verrouillage automatique de la cible en touchant l’écran. Une fonction idéale pour mener à bien vos meurtres en série en toute tranquillité mais qui « casualise » un peu la chose… Alors qu’Hotline Miami c’est un bon jeu néo rétro dur dur ! La version sur PS3 et Vita d’Hotline Miami proposera également une série de trophées, un système de classements mondial et par niveau. Narmol.

Tandis que la version Ultimate vient de sortir chez nous Européens, et que l’annonce de Monster Hunter Online rassemble toutes les polémiques et déchaîne les foules sur les forums dû à son aspect unique dans la série : ce dernier opus est un MMO free-to-play développé par Tencent sur PC au CryEngine3 exclusif au territoire chinois. De quoi faire crier certains. Qui-donc ? Les Japonais bien sûr, le peuple d’accueil de la série, ceux sans qui Monster Hunter ne continuerait sans doute pas sur la lancée. Il est temps pour moi de revenir sur ce qui a fait le succès de la série, et comment en est-on arrivé à des mouvements de masses à chaque sortie d’un jeu Monster Hunter au Japon de nos jours.

L’histoire de la série : Les deux premières générations

Monster Hunter Freedom Unite est vraiment l’épisode phare de la série.

Avant de s’intéresser au pourquoi du comment, il est nécessaire de se rappeler de ce qu’est Monster Hunter et comment la série à évolué, sans parler de gameplay à proprement parler, ce qui viendra par la suite. La série débute en 2005 sur PlayStation 2 avec le jeu éponyme Monster Hunter. Fer de lance d’une technologie online encore peu exploitée sur la machine, le jeu fera des ventes correctes au Japon mais passera totalement inaperçu en dehors de ses contrées natales. Suite à cet échec commercial, l’extension du jeu intitulée Monster Hunter G ne sortira qu’au Japon. Le jeu marche bien une nouvelle fois et la série commence à se faire un petit nom dans les foyers Japonais. C’est dans ce même laps de temps que la série se porte sur la console portable de Sony : la PSP, une console qui a encore tout à prouver et qui pâtit de ventes encore trop timides. Pourtant, c’est le coup de foudre, Monster Hunter Portable (connu sous Monster Hunter Freedom en Europe, sorti une année après) est un énorme succès et est le premier opus de la série a dépasser le million de vente. Un coup de maître de Capcom qui a réussi à transposer à la perfection sa série tout juste naissante sur une console encore silencieuse. Nombreux sont les Japonais à avoir acheté la console juste pour jouer à Monster Hunter Portable : Sony est ravi, Capcom aussi. La série est désormais incontournable au Japon. Une année plus tard et toujours sous le froid du bide Européen et Américain du premier opus PS2, la suite Monster Hunter 2 sort en tant qu’exclusivité Japonaise. Le jeu est un succès immédiat, la série continue sur sa lancée. Avec une suite remplie de nouveautés propulsant un concept à potentiel en véritable aboutissement, ce second opus triple les ventes de son prédécesseur sur console de salon. L’année suivante, Monster Hunter Portable 2 (comprenez le portage du second opus sur PS2, sorti par la suite dans le reste du monde sous MH Freedom 2) sort à son tour, renforçant déjà un second opus qui a beaucoup apporté pour cette série encore jeune. Même si les ventes sont au final assez proches avec MH Portable premier du nom, cet opus PSP est surtout le premier très gros lancement de la série avec plus de 700 000 unités vendues la première semaine, un record. Dans le reste du monde, Monster Hunter s’installe petit à petit, et Freedom 2 obtient des scores honorables, même si Capcom peine à trouver son public en dehors de ses frontières. Mais enfin la série s’installe et Capcom se met à préparer son coup de maître, celui qui révélera au monde le potentiel de cette série, et qui raflera tout sur l’archipel. En 2008 au Japon sort Monster Hunter Freedom 2G sur PSP (puis en 2009 dans le reste du monde sous le nom de Monster Hunter Freedom Unite). 800 000 unités sont écoulées au Japon la première semaine d’exploitation, le record est battu. Le jeu au final regroupera à l’heure actuelle 5,3 millions de ventes à travers le monde dont 4 millions dans son pays natal. C’est au Japon le jeu le plus vendu sur PSP et l’épisode qui a véritablement démocratisé la série en Europe et en Amérique. À noter que le jeu est même parmi les 20 jeux les plus vendus au Japon toutes consoles et toutes époques confondues. Le rouleau compresseur se confirme, MHF 2G est le Monster Hunter Ultime qui rassemble les foules dans les parcs, qui est au cœur de nombreux événements et qui confirme sa suprême domination au Japon. Monster Hunter devient une série plus influence que Pokémon ou Final Fantasy sur le marché nippon.

Sly_Cooper_-_Thieves_in_Time_Cover_Art

S’il y a des séries pour lesquelles on voudrait dire aux développeurs : « Stop ! Là c’est parfait, ton histoire est bien, arrête là maintenant » (et je sens que beaucoup de fan de Star Wars comprennent ce que je veux dire), Sly Cooper semblait toujours en avoir sous la pédale quand celui-ci se terminait sur PS2, sur une fausse amnésie de Sly (et d’autres évènements intéressants mais que je ne spoilerai pas).  Pour ceux qui vivraient dans une grotte (ou qui ont craché sur le jeu en partant du principe que « Bouh c’est coloré c’est pour les gamins ») Sly Cooper est une série qui s’étale déjà sur 3 épisodes PS2. Déjà très colorée, elle a surtout gagné en versatilité de gameplay et de situation à partir du second volet en mettant les compères de Sly, Bentley, la tortue surdouée mais handicapée et Murray, l’hippo pas très futé mais aussi balèze que bon pilote. Toujours poursuivis par la commissaire renarde la plus sexy de Paris, Carmélita Fox, Sly se relance dans l’aventure un peu malgré lui pour sauver ses ancêtres dans une histoire très…temporelle.

Une intrigue…

Si ça c'est pas un "gros" argument...

Si ça c’est pas un « gros » argument…

Les Sly commencent toujours par un nouveau casse du raton laveur, ce dernier ayant du mal à rester tranquille très longtemps, même quand de très « gros » arguments pousseraient n’importe qui à rester gentiment dans son lit. Ainsi au début de ce 4ème Sly Cooper, notre héros se lance dans un cambriolage mais pas sans raisons. Peu de temps avant il se rend compte que la bible du clan Cooper, le Thievus Racoonus, rassemblant l’ensemble des secrets de voleurs du clan, est en train de s’effacer peu à peu. Bentley soupçonne alors que quelqu’un ai réussi à traverser le temps pour s’en prendre directement aux ancêtres de Sly, les empêchant de partager leur savoir. La tortue travaillait heureusement sur une machine temporelle depuis quelques temps mais il lui manque qu’un objet pour qu’elle fonctionne… Rien d’involable pour cette équipe de choc. Ce niveau de vol du musée, scripté, fait office de tutorial pour apprendre ou se remémorer (ça fait quand même 7ans depuis le dernier) les commandes du raton, mais aussi de la tortue et de l’hippo qui mouillent la chemise pour rendre l’opération possible. Une fois ce niveau terminé, c’est une incroyable course poursuite qui s’engage pour se terminer…au japon féodal, fief du premier ancêtre de Sly : Rioichi Cooper.

superfroghd.0_cinema_640.0A la manière de Choplifter HD, la mode est à la réadaptation de très vieilles licences que l’on pensait oubliées. Superfrog, antique jeu de plate-forme, sorti en 1993 sur Amiga, va retrouver, en 2013, une seconde jeunesse avec la sortie de versions HD pour PlayStation 3 et Vita. 20 ans après et jamais véritablement mis de coté. C’est pas une belle histoire ça ? Ce jeu, développé à l’époque par le studio Team17 (oui oui, les worms, ils aiment les animaux visqueux) nous permettait d’incarner une petite grenouille. Vingt ans après donc, le jeu revient sous une version HD courant 2013. Avec en prime, une réorientation du design du personnage, que je ne trouve pas convaincant pour ma part. C’est peut-être mon coté vieux con…

Et oui, Jet set Radio est bel est bien de retour ! Enfin si vous êtes un fervent suiveur des sorties sur le PSN et le XBLA, vous pouviez vous en douter. Il s’agit là, si je ne me trompe pas, du 5ème jeu de la dreamcast sur ces plateformes. Jet Set Radio va alors bientôt faire son come-back sur le XBLA et sur le PSN. Et si l’on en croit les rumeurs, vérifiées par mes soins tout de même, SEGA organiserait un concours afin de trouver, parmi les créations des gamers, les 18 grafitis qu’il manque au jeu. Héhé alors vivement la sortie ou pas ? Moi je dis que oui ! Et vite !

MAJ : Etant donné que l’ambiance hip-hop du titre de Sega ne s’apprécie réellement qu’en mouvement et en musique, çà déchire tonton, voici la première bande-annonce qui nous confirme que le jeu est bien « HDisé » et qu’il n’a pas perdu de son charme. Nous vous tiendrons au courant pour les futurs actualités du titre, sa date de sortie définitive notamment.

MAJ : Certes, il n’y a pas encore beaucoup de hits sur la PSVita, et on attend vraiment Gravity Rush. Et voici encore un nouvel argument pour ceux qui hésitent encore ! Sega, par un communiqué tout court, annonce que Jet Set Radio HD, annoncé il y a quelques mois sur Xbox 360, PS3 et PC, sortira aussi cet été sur la nouvelle portable de Sony. Utilisation du tactile pour les graffitis ou encore celle de la caméra ? Qu’attendez vous ? Une réponse surement à l’E3.

MAJ : Annoncé pour cet été sous forme dématérialisée sur plein de plateformes, Jet Set Radio, qui a démocratisé le cel shading, reviendra aussi sur l’AppStore et sur Google Play. Ces versions exploiteront les fonctionnalités de notre téléphone pour créer de nouveaux graffitis. Nous aurions surement quelques problèmes de maniabilités, mais ce retour, pour le moins massif, ne peux être que bénéfique, à la fois pour les fans, et pour ceux qui découvriront ce classique.

Maj : Certes, les détendeurs d’un compte PlayStation Plus ont pu acheter Jet Set Radio HD mercredi dernier, le jeu fait son grand retour aujourd’hui sur le Xbox Live Arcade et le PlayStation Store. Les joueurs Sony devront débourser 7,99 €, prix inférieur aux 800 points Microsoft demandés chez la concurrence. La boucle est bouclée !

Le Serpent