Articles

header

Il y a toujours une certaine excitation et une pression naturelle quand vient le moment de se lancer dans l’écriture du test d’un jeu de légende. Sur LSR, on a déjà rendu hommage à beaucoup de titres, mais la route est encore longue et se doit de respecter certains passages obligés. Ainsi, en cette semaine spéciale difficulté, nous souhaitons nous attarder, avec Toma notre sommité en shoot’em up, sur Ikaruga, un chef-d’œuvre de Treasure dont le succès d’estime justement mérité ne s’est jamais démenti et lui a permis une adaptation sur Steam le 18 février 2014. Un jeu « qui a marqué l’histoire » comme le dit Puyo de Gamekult.

Une symphonie merveilleuse

Ikaruga est connu pour son principe simple et son challenge élevé. Il existe deux types de projectiles et de vaisseaux ennemis: les noirs et les blancs. Par polarité, les engins seront sensibles à la couleur opposée tandis qu’ils absorberont les bullets de la même tonalité. Devant les déluges que constituent certains assauts, il faudra apprendre une rythmique bien particulière, passer d’une couleur à une autre, et vice versa. Un gameplay proche du musical et du puzzle que ne renierait pas la chronique Shoot Them Down. Oui, parce que Ikaruga peut très bien se terminer sans lâcher une seule bastos, son paradigme premier étant l’évitement et la survie, serait-on tenté de dire. Même en ajoutant la possibilité de restituer les frappes encaissées via un tir multiple et à tête chercheuse de type “homing”, les options sont finalement assez limitées par rapport à la concurrence, mais son système de combo et son idée de polarité rendent le soft de Treasure unique, à la fois au sein de sa caste et aussi parce qu’il sait reprendre à son avantage des éléments d’autres genres. Le tout tourné vers l’objectif de servir un défi corsé, au piment rouge, que seules sauront surmonter une habileté et une concentration exceptionnelles, ainsi qu’une capacité à se fondre dans un état presque second où les réflexes et l’instinct prennent le pas sur le rationnel, faisant grimper irrémédiablement le pouls et la tension artérielle, rendant le souffle court.

ikaruga-screenshot-ME3050224351_2

En termes quantitatifs, cela signifie terminer cinq niveaux de difficulté croissante – et surpuissante dès le second – en trois crédits, si vous avez assez de cran. Malgré ce challenge parfois insurmontable, même s’il n’est apparemment pas le plus ardu du genre danmaku, il faut reconnaître à Ikaruga un game design d’une grande sagacité puisqu’il sait présenter par des éléments non verbaux ses concepts et propose une difficulté en constante progression. En fait, tout est pensé, calculé, micrométré dans ce soft, du moindre déplacement à la particule élémentaire. Le titre de Treasure est tout simplement une pièce d’orfèvre. Dans cet océan et ce ballet noir et blanc, la lumière et les reflets sont omniprésents, offrant à Ikaruga une teinte caractéristique et éternelle. Que dire du design des vaisseaux, en particulier des boss dont certains atteignent des niveaux de classe hallucinants. On pense par exemple au premier, que l’ami Garr a déjà évoqué dans sa fameuse chronique. La plupart des vaisseaux adoptant une carrosserie grise, trouvant ainsi le compromis élégant, sobre et idéal entre les éléments fondamentaux du gameplay bicolore du titre.

Je n’y vais pas par 4 chemins : Nights Into Dreams, un des meilleurs jeu de la Sega Saturn, va revenir cet automne sur PC, Xbox Live Arcade et SEN . Les nouveautés sont cependant minces : compatibilité 16:9, classements en ligne et succès. Malgré tout, et pour le plus grand plaisir des fans un mode Saturn qui préserve le look de l’époque sera de la partie. Et c’est tout de même une bonne idée. Sega avait fait la même chose, déjà, avec Radiant Silvergun. Une vidéo est d’ailleurs parue sur le net, dont voici la teneur :

MAJ : Sega nous indique que Nights into dream et Sonic Adventure 2 devraient être disponibles simultanément, les 2 et 5 octobre respectivement. Ils seront proposés à 7,99 € et 800 points Microsoft.  Christmas NiGHTS sera inclus d’emblée avec le remake, une aubaine car cette version et assez rare. Par contre, et c’est plus dommageable et critiquable, il faudra débourser 3 € pour bénéficier, en DLC forcement, du contenu du Battle Mode de la version GameCube de Sonic. On vous en dis plus s’il y a du nouveau !

MAJ : Comme convenu, NiGHTS Into Dreams et Sonic Adventure 2 sont disponibles en téléchargement sur le Xbox Live Arcade et le SEN-PSN. Notons que le jeu est moins cher sur la console de Sony.

Le Serpent

Comment dire… Du bonheur à l’état pur. Surtout pour les amateurs de shoot them um, mais aussi, et forcement, les autres. En effet, depuis hier, Radiant Silvergun, le jeu d’arcade mythique de la Sega Saturn, est disponible sur XBLA pour 1200 MS Points ! Enorme lorsqu’on connait son prix d’origine, vraiment très très cher. Et c’est pls qu’un simple portage puisque le soft a été converti en HD et qu’un mode coopération en ligne y est intégré. Pour ceux qui ont l’habitude de consommer du dématérialisé et qui ont une Xbox 360, vous ne pouvez pas, non, vous n’avez pas le droit de passer à coté. Les possesseurs de PS3 sont bien dégoûtés en attendant… Et en prime, le trailer de lancement !

Le Serpent