Articles

32680

Je vais commencer cette rubrique en racontant ma vie… Hey revenez ou je vous caillasse !

Level start!

Level start!

Été 2010, Paris Nord Villepinte, Japan Expo. Un ami et moi-même faisons la queue depuis bien 15min pour s’assoir sur une borne d’arcade en libre service avec Ikaruga dessus. On attend patiemment que les deux manchots devant nous veuillent bien perdre toutes leurs vies lamentablement pour les éjecter d’un shoryuken afin de mettre la main basse sur les joysticks de la borne. Histoire de bien profiter, on met 2-3 bonnes minutes avant de lancer le jeu, mode arcade, 2 joueurs difficulté normale (les ennemis relâchent une boule d’énergie quand ils sont tués par un tir de la même couleur qu’eux).

Boss 1, tirs à tête chercheuse + rayon de la mort, il est pas là pour déconner

Boss 1, tirs à tête chercheuse + rayon de la mort, il est pas là pour déconner

Hop hop hop, je sens que certains sont largués. Rapide interlude : mode d’emploi. Ikaruga est un shoot’em up sortie sur Dreamcast, Gamecube et XBLA. Vous dirigez un vaisseau qui à la capacité de pouvoir utiliser deux formes de puissances : noire et blanche, qui sont identiques à celles des ennemis. Changer de couleur vous permet d’absorber les tirs des ennemis correspondant à votre couleur en cours, de plus vos tirs infligent plus de dégâts aux ennemis de couleur opposée. Si en facile vous pouvez mitrailler l’écran sans crainte, en normale chaque ennemis tué avec sa couleur créera un tir supplémentaire, en hard 3 tirs…

Bref nous voila lancés, les premiers ennemis apparaissent… ne tirent pas, nous non plus… puis de plus en plus et on ne tire toujours pas. Là les mecs qui attendent derrière se penchent sur nous et sortent : « faut appuyer sur les boutons les gars… pour tirer…shoot’em up quoi ». Imperturbables, on lui met un pain et on continu notre manège jusqu’au Boss. A priori un boss, il faut l’anéantir, le détruire, le pulvériser, l’atomiser, le pixéliser pour pouvoir progresser. Mais pas forcément, les shoots ont justement intégré le système du : « temporise, ça va faire chier le boss et il va se casser » et c’est exactement ce qu’on a fait. Esquive des tirs, absorption des rayons et au bout de quelques minutes le boss redécolle sous les rires moqueurs des badauds derrière nous.

Vient l’écran des scores : 0 point, temps écoulé, votre rang … tout le monde se marre … Dot Eater !  High five avec le pote, silence d’incompréhension derrière, level 2 Start !

Voilà ce qui se passe quand on tire... et mal en plus

Voilà ce qui se passe quand on tire… et mal en plus

Morale de l’histoire : Les boss des Shoots sont les plus grosses feignasses du JV et ceux qui se marrent quand vous ne tirez pas dans Ikaruga, des gros noobs !