Articles

Salut à tous et à toutes et bienvenue dans First.

Aujourd’hui un sujet plus léger et sportif, avec les jeux de danse. Que ce soit par kinect ou un tapis de danse, ces derniers nous ont fait transpirer seul ou en groupe.

Quel est le premier titre du genre?

 

Il y a des artistes qui peuvent se targuer d’avoir une influence majeure dans l’histoire de leur culture, d’avoir marqué leur passage. David Bowie en fait clairement partie, lui qui a laissé un fantastique héritage musical à transmettre aux plus jeunes, lui qui a imprimé sa marque sur de nombreux genres du rock, du glam au punk en passant par le progressif. Il n’est finalement pas étonnant qu’il ait aussi touché et inspiré certains créateurs de jeu vidéo et que le médium ait fait appel à lui, aussi bien physiquement qu’à travers des références qui sonnent comme de vibrants hommages.

NB: Lisez cet article et écoutez simultanément les titres évoqués, cela ne pourra vous faire que du bien.

We can be heroes, just for one game

DB1Bien avant le polar aux multiples embranchements avec Heavy Rain et l’aventure fantastico adolescente un peu limitée avec Beyond Two Souls, le parisien David De Gruttola (aka Cage) a déjà planché sur deux titres à destination des consoles. En 2005, Farenheit, une aventure policière doublée fait son apparition sur PS2/Xbox/PC/MAC/Linux, et opère déjà des changements visibles dans les travaux récents du studio (notamment l’histoire aux nombreux embranchements). Mais le jeu qui nous intéresse ici est Omikron (ou Omikron The Nomad Soul), sorti en 1999 sur Dreamcast et PC. Dans ce jeu mixant aventure/FPS/combat, le joueur est appelé pour résoudre une série de meurtres dans la ville d’Omikron grâce à sa capacité de transférer son âme dans d’autres habitants s’il meurt. Il apprendra par ce biais de nombreuses choses sur l’univers qui l’entoure, ainsi que sur le régime totalitaire régnant sur Omikron. Au niveau du développement, le studio doit d’abord trouver un accord d’édition. Ils décident d’envoyer des démos à droite à gauche, et notamment à Eidos qui…leur propose un contrat dès le lendemain.

db2Suite à la présentation concluante du futur The Nomad Soul, David Cage du nouvellement nommé Quantic Dream se penche sur le développement de son nouveau titre. Et parmi les nombreuses idées pensées pour le jeu, le Français souhaite faire appel à un personnage représentant son univers cyber punk et mystique. Son choix se porte sur Sir David Bowie, ce qui semble logique au vu du long parcours de l’artiste et de la multitude de ses univers/personnages. Grâce à Eidos c’est chose faite, et le chanteur est contacté pour un contrat portant sur deux titres à destination du jeu. Mais David Cage souhaite aller plus loin, et demande à Bowie de prendre part à l’aventure en tant que personnage. Grosse surprise pour le studio, le chanteur lui-même vient accompagné de son geek de fils. Il accepte la proposition de David Cage et va même encore plus loin. Tout d’abord, il étend sa participation musicale et compose la quasi totalité de son futur album “Hours” explicitement pour Omikron, celles-ci étant seulement légèrement modifiées pour la sortie du disque. Pour ce faire, il est aidé de Reeves Gabrels, un associé de longue date depuis la fin des années 80 dans leur groupe commun Tin Machine, puis dans les albums solos des années 90. Les morceaux sont faits dans leurs versions originales et instrumentales, et pourront être écoutés de plusieurs manières dans le jeu, et notamment dans des sessions de concert illégales dans Omikron. Elles sont chantées par le leader du groupe “The Dreamers”, qui est joué par : David Bowie en personne. Mais au-delà de ce rôle finalement ponctuel, le touche-à-tout de génie va également donner ses traits à un personnage clé de l’histoire, à savoir Boz. Sans en dévoiler les détails, ce dernier est une pièce maitresse de l’univers créé par le studio. D’ailleurs, avec encore l’accord de Bowie, le personnage figurera sur la jaquette du jeu.
db4Et c’est ainsi que le chanteur sera très souvent en contact avec Quantic Dream sur le jeu. Il réalisera d’ailleurs une interview au sein d’une conférence Eidos où il fait part de son envie de bosser sur le projet, de la musique aux croquis de son personnage de Boz. Il dira également une chose importante pour la suite des aventures de David Cage, à savoir son envie que le jeu vidéo soit beaucoup plus tourné vers les émotions. Cela se vérifiera des années plus tard, avec les jeux cités plus haut divisant la communauté des joueurs. Au final, The Nomad Soul aura intéressé par son originalité, mais recevra des critiques mitigées, notamment sur les phases de combat et FPS bancales (contrairement à la partie aventure). En revanche, le travail de Bowie y sera plébiscité. Pour la petite anecdote, autre la participation de son fils à l’aventure, la compagne du chanteur, Iman, sera intégrée aux personnages contrôlables du jeu. En résumé, un mélange de la musique et du jeu vidéo original, et une incursion du chanteur dans le médium à part entière réussie. Mais comme son héritage est tout bonnement immense, des créateurs de jeux s’en sont inspirés, et notamment Hideo Kojima dans la saga culte Metal Gear Solid.

Il est là, il est beau, il est grand ! C’est le premier épisode de notre trilogie sur le jeu vidéo à Marseille ! Découvrez ainsi le paysage de la production et du développement de jeu vidéo dans la belle cité Phocéenne.

En 1h15 nous vous montrons à la fois les studios de développements de la ville, mais aussi les gloires d’antan et les futurs étoiles.

Travail de longue haleine, avec près de 100h de montage et 9h de rush, c’est fier, mais à bout de souffle que je vous propose ce programme. Et bien que je ne le fasse jamais, je vous le demande cette fois : partagez si cela vous plait !

Et voici le deuxième épisode de PRE(JEUX)GES, toujours en quête d’idées reçues à détruire. Dans cet épisode, nous allons revenir plus précisément sur l’histoire de Tetris. Encore me direz vous? oui mais cette fois ci la vie d’un certain Vladimir Pokhilko sera évoquée. Pour quelle raison?

Je vous laisse le découvrir

 

vgl1Dans chaque coeur de rétrogamer, il y a un mélomane qui sommeille. Les concerts Video Game Live l’ont bien compris et depuis plusieurs années font le tour du monde avec toujours autant de conquis. Pour la France, c’est Paris qui va accueillir l’événement le 5 novembre après plusieurs années d’absence. Des medleys de grands classiques sont joués, des compositeurs de renom sont présent, en résumé une soirée d’exception. Malheureusement, les places partent très vite au vu du succès du show. Ce n’est pas grave, les organisateurs du concert proposent un lot de consolation : l’album Video Games Live Level 4. Ce dernier contient entre autres des morceaux comme: un medley Donkey Kong, League Of Legends, Halo, Final Fantasy VI et plein d’autres.

Si ça vous intéresse voici le lien de la campagne. Et si vous avez des doutes sachez que le précédent album avait été livré le jour même avec des bonus non annoncés auparavant.

mslug5Celle qu’on a longtemps appelé « La Rolls des Consoles », qui importait littéralement l’arcade à la maison, bref, la Neo Geo, continue de faire rêver des générations de retrogamers, malgré une émulation bien en place d’une part, et des consoles contemporaines aux capacités vertigineuses d’autre part. La Neo Geo, c’est un univers en soi, un fantasme, une ludothèque riche, des jeux éblouissants… Et c’est sur cette console qu’est née l’étalon-mètre du Run & Gun, la célèbre série des Metal Slug, faisant encore autorité aujourd’hui dans le domaine. Un rythme effréné, une maniabilité aux petits oignons, une qualité de réalisation à couper le souffle, une difficulté à faire pleurer du sang, la place maîtresse de Metal Slug dans la Playhistoire est assurée, définitive, indéniable.

Et si l’on reconnait clairement la patte de l’équipe derrière cette perle, que l’on devine une filiation claire avec Irem – géant de l’arcade que l’on ne présente plus à l’origine de perles majeures du shoot’em up et du beat’em up -, à travers un univers graphique et un goût pour la difficulté burnée familiers, finalement relativement peu d’informations sur la génèse de la série de SNK ont transpiré, à plus forte raison dans la langue de Desproges. C’est pourquoi l’arrivée de ce Retro Game Test en deux parties fait un peu office d’événement, car le travail effectué est rien moins que massif, avec des infos pêchées à la source même, des révélations exclusives, des anecdotes à foison. Malgré quelques défauts de clarté et de rythme clairement compensé par l’enthousiasme et la qualité du travail de recherche, ce Metal Slug History en deux partie s’impose comme un incontournable. Preuve à l’appui ci-dessous!

Episode #2 – Les Consoles de Salon

Elles sont de retour ! Alors qu’une génération de consoles s’achève pour laisser sa place à la suivante, les Archives Oubliées s’intéressent à la communication qu’en ont fait les constructeurs. De l’Atari 2600 à la XBox One, les errances sont nombreuses, de la vulgaire publicité pour enfant aux essais conceptuels on est passé par plusieurs périodes que vos serviteurs tentent de démêler. Deuxième épisode, même formule, on se donne rendez-vous la première semaine de Janvier pour le troisième volet.

Bon visionnage à tous et comme toujours, n’hésitez pas à commenter !

greyfox0957

Vous connaissiez déjà probalement Resident Evil 1.5 qui n’était autre que la première version développée de Resident Evil 2. Mais, le saviez-vous ? Le très bon mais aussi polémique Resident Evil 4 a aussi eu le droit à sa version béta non terminée (plus communément nommée RE3.5), qui, dans son ton horrifique, semblait ressembler beaucoup plus à un REbirth nouvelle formule que ce que nous avons pu avoir au bout du compte. Dans cette version d’origine, Leon, muni de sa lampe torche,  se retrouvait au milieu d’ombres angoissantes et fantômatiques dans une ambiance à la fois glauque et stressante laissant déjà transparaitre une tension qui se serait certainement voulue permanente. Alors, de quoi avoir des regrets pour les puristes de la saga ? Je laisserai à chacun la possibilité d’en juger grâce à ces quelques extraits…

Delnics

Héros d’une célèbre série de publicités diffusée à la télévision japonaise, Segata Sanshiro était sensé représenter un maitre de judo punissant tous les pauvres gens ne jouant pas à la Sega Saturn (Segata Sanshiro, qui, prononcé phonétiquement veut littéralement dire « Vous devez jouer à la Sega Saturn », le message est clair !). Devant le succès de la campagne de publicité, le personnage prit une ampleur impressionnante au Japon et un CD incluant la musique du thème télévisé se vendit même à plus de 100000 exemplaires (voir le Clip Segata Sanshiro). Et si la console fut malgré tout un échec commercial à l’échelle de la planète, Segata Sanshiro ne fut probablement pas étranger au succès relativement important de la Saturn au Japon et permit ainsi d’éviter en partie à Sega de sombrer rapidement. Notons également que notre judoka ira jusqu’à donner  naissance à un jeu sur la console qu’il défendait : « Segata Sanshirō Shinken Yūgi », une sorte de compilation de mini-jeux avec notre héros en kimono. Pas mal pour ce qui n’était à l’origine qu’un simple personnage de publicité…

Delnics

L’idée d’ajouter l’odeur à l’expérience vidéoludique existe depuis longtemps dans l’esprit de certains développeurs et ce jour n’est peut être plus si lointain, du moins peut-on l’espérer. En effet, en Octobre dernier, la société française Olf-Action avait présenté un prototype relativement poussé qui permettait la synchronisation de la diffusion des odeurs avec l’action présentée à l’écran, un prototype nommé SMELLIT qui prenait la forme de 2 enceintes formés de 8 turbines permettant une meilleure diffusion. Peu d’odeurs étaient alors disponibles, allant de l’herbe coupée à celle de l’eau de mer en passant par celle peu appréciable des WC (et oui, il en faut pour tout). Alors à quand des fusillades endiablées mélées à l’odeur de la poudre ? On peut se le demander, d’autant plus que même si le prototype présenté était parmi ceux les plus poussés jamais vus, le développement était alors encore en cours et peu de nouvelles ont filtrés depuis. Autre interrogation : les joueurs seront-ils vraiment réceptifs au concept ou n’y verront-ils qu’un simple gadget à l’intérêt limité ? Difficile à dire…

Delnics