Articles

1378426441-pusher-game52wpugc

Il était une fois, une petite souris pleine de malice. Ses aventures furent nombreuses, dont une sur la console Mega Drive. Il y fit preuve de bravoure en sauvant sa douce Minnie, prisonnière de la méchante sorcière Mizrabel dans le Château des Illusions. 23 années passèrent, et SEGA souhaita le faire revenir dans cet univers.  Pourrait-il enchanter les esprits comme son aîné ? Ou serait-il condamné à la laideur et à l’oubli, comme Mizrabel jadis ?

Un mode magique

castle1Mickey se retrouva une nouvelle fois dans de terribles ennuis. Mizrabel la vilaine, jalouse de la beauté de sa bien-aimée, la kidnappa dans son château, pour échanger leurs personnalités. Il dut encore partir à l’aventure, devant récupérer les joyaux arc-en-ciel pour terrasser le mal, mais une chose le surprenait. Il était étonné de voir que les pixels 16 bits avaient laissé place à une introduction dessinée, un narrateur faisant son apparition, étonnement confirmé lorsqu’il entra dans le château pour la première fois.  Le tout lui semblait sombre et lugubre, mais également fascinant, dans une 3D propre et fidèle aux travaux de son papa Walt.  Quelques portes étaient placées ci et là menant vers des niveaux illusoires, chacune demandant des diamants sous un certain nombre, et Mickey sut qu’il devrait se dépêcher d’agir pour sa compagne. Mais il ne pouvait s’empêcher d’être admiratif devant la magie des mondes, même créés par le mal. Les musiques qu’il put entendre accompagnèrent son voyage de la meilleure des façons, devenant plus orchestrales que dans le passé, et lui rappelaient l’épisode d’Epic Mickey. Il pouvait choisir de réécouter les thèmes de l’ancienne aventure. Le narrateur, ici et là, commentait certaines de ses actions et aussi ses plus grandes peurs. Mais l’ambiance ne faisait pas tout.

Un plaisir non illusoire

castle2Chacun des endroits que Mickey traversa était divisé en 3 actes, avec en chaque fin un maître des illusions, ou boss, gardant jalousement un joyau arc en ciel.  Il vit dans les illusions de Mizrabel une forêt, un coffret à jouet, un château ou encore des ruines antiques. Heureusement il n’avait pas perdu la main et se déplaçait aussi aisément que sur Mega Drive, mais se sentait plus à l’aise sur une manette que sur un clavier. Désormais pour tuer ses ennemis, il n’était plus obligé d’appuyer sur « bas » pour finir son saut. Par moments il ne se déplaçait plus de gauche à droite mais à la manière d’un Crash Bandicoot, c’est-à-dire d’avant en arrière. Le tout fut agréable grâce une caméra toujours bien placée et un level design donnant envie de toujours explorer le moindre recoin possible, en temps limité s’il le voulait. Car si Mickey était suffisamment curieux, il pouvait trouver des morceaux de statues pouvant orner le hall du château. De la même manière, il trouva ici et là des cartes à jouer et des piments qui non seulement étaient un hommage à World of Illusion et Quackshot, mais permirent à Mickey de porter des costumes variés. Cela donnait plus de contenu à son aventure magique. Tout fut pour le mieux pour s’investir dans cette quête. Tout ? non.

Un ombre au château

castle3Malgré le fait que son aventure fut belle, douce, et amusante, elle comportait quelques déceptions. Tout d’abord le périple ne dura que 2 heures du début à la victoire finale, avec seulement peu de succès (ou trophées). Bien sûr, son ancienne aventure pixelisée ne durait guère plus, mais au vu du prix demandé de 13 euros pour  aider Mickey dans sa quête, on eut pu croire à un maléfice de SEGA. D’autant plus que la difficulté de sa tâche, même s’il ne fut pas mécontent de revoir Minnie, était extrêmement facile. Chaque monde regorgeait de vies supplémentaires, et il n’était pas rare de se retrouver avec 13 voire même 14 possibilités de revivre après chaque vie perdue, sachant aussi que chaque maître de l’illusion était incroyablement facile. Les manières qui usaient de leurs faiblesses pour les vaincre étaient également trop faciles, ce qui donnait un léger sentiment de déception après des niveaux plutôt jolis. D’ailleurs les différentes cut-scenes des mondes furent du plus bel effet dans cette aventure mais jamais ne pouvaient être passées, ce qui pouvait lasser fortement la célèbre souris.

A retenir

Dans ce conte ludique, ce qu’il faut retenir est que Castle Of Illusion nouvelle formule est plus qu’une simple mise à jour. SEGA a réussi à mettre le tout au goût au jour, artistiquement comme au niveau du gameplay tout en restant fidèle au jeu original. Malheureusement c’est là aussi qu’apparaissent les défauts, car comme la version Mega Drive, le jeu est trop facile et trop court. Mais si vous êtes fans ou si vous découvrez ce jeu, il vaut le détour et reste un joyau du jeu de plateforme. C’est ainsi que termine cette histoire les enfants.

Informations sur le jeu

Plateformes : XBLA – PSN – PC

Genre : Plateforme

Développeurs : Sega

Editeur : Sega

Date de sortie : Septembre 2013

Flbond

Brothers-A-Tale-of-Two-Sons-Wallpaper-HD

Quand des gars de chez Starbreeze (Chroncles of Riddick, Enclave…) décident de se lancer dans le jeu indé, à la lumière des Journey & co on obtient Brothers, un jeu aux promesses de gameplay alléchantes et au fond travaillé. Le tout pour alimenter le fameux « Summer of Arcade 2013 » du XLA, avant de débarquer quelques semaines plus tard sur les autres plateformes. Verdict ? 

Deux frères, un pad

brothers_cave02

Une des énigmes les plus sympas, ici dans la mine.

Chose originale, le gameplay de Brothers repose sur un concept très simple : on dirige nos deux personnages en même temps, le grand frère avec le stick et la gâchette de gauche, le petit avec les sticks et gâchettes droites. On trace ainsi notre chemin à travers champs et montagnes, surmontant les obstacles et énigmes (légères) grâce à cette coopération. Il faut se l’avouer, on a pas l’habitude de ce genre de gameplay. De mémoire les seuls jeux que j’ai eu l’occasion de faire et qui jouent de ce concept sont le sympathique Schizoïd et le psychopathe Flipside. Le problème avec Brothers, c’est que ça reste vraiment très basique, zéro skill, zéro réflexion, et quasiment zéro exploration. On se retrouve vite à parcourir le jeu telle une promenade. En fait il n’y a pas vraiment de challenge, on joue donc ces deux frères à la recherche d’un médicament sauver leur père, en suivant un chemin balisé par des leviers classiques, des cordes à escalader, des portes à ouvrir ou des trucs à escalader. Seule subtilité : le grand frère sait nager, peut faire la courte échelle et est assez balaise pour activer certains mécanismes. Le cadet lui est tout mince et se faufille entre certains barreaux. Partant avec ces cartes, Starbreeze aurait pu nous offrir un gameplay sympa et plein d’ingéniosité, voir tactique à la Lost Wiking, mais en fait non, ça répète les mêmes genre d’obstacles tout au long des 4-5h que dure cette aventure. Ceux d’entre nous se revendiquant de la fameuse école du gameplay subiront donc plus ce jeu qu’autre chose, au point que l’ennui les gagnera très vite. Les autres, plus posés et mois exigeants sur le plan ludique se tourneront plutôt vers tout le côté artistique de ce Brothers, et la poésie qui s’en dégage.

L’amour est dans le pré 

brothers-1120-01

Hmm ça sent la campagne !

Car oui si l’on peut reconnaître un truc à Brothers, c’est que les gars de Starbreeze ont vraiment réussi à créer un univers cohérent et assez intéressant. Mi réaliste mi fantaisie, ça commence dans une sorte de campagne (en mode La Comté des films de Peter Jackson, ou Fable…), où un gamin rongé par la peine de la perte de sa mère voit son père tomber malade. Un médecin vient s’en mêler, et l’on apprend, le tout dans une langue imaginaire et donc incompréhensible à la Ico, que pour le sauver il faudra aller à l’autre bout du monde chercher un médicament. Ou quelque chose comme ça, en fait la narration reste très floue, rien n’est dit ni montré, tout est suggéré. Premier bon point pour Brothers, c’est que ça marche plutôt bien. En plus ça lui donne un petit côté poétique bien sympa. Musique extrêmement discrète, quête assez evanescente… On traversa ainsi dans notre quête pas mal de lieux, campagne, mine, forêt, neige, banquise, montagne, château… Notre but sera juste d’avancer sur le chemin jonché d’obstacles, et éventuellement de s’égarer à quelques mètres de notre route pour faire le zouave avec les quelques PNJs. Là on s’aperçoit vite que c’est en grande partie ça l’intéret du jeu, partir farfouiller en dehors des sentiers pour tester comment peuvent interagir nos deux frères avec le décor ou les persos. a plupart des succès ou trophées correspondent d’ailleurs à ça. Par exemple tirer le ballon d’un gamin qui joue au basket pour le lancer dans un puit à côté. Donc ça va vraiment pas chercher loin, mais ça à le mérite de poser l’ambiance, qui se veut assez enveloppante.

A retenir 

Hmm au final que penser de Brothers ? On ne va pas se le cacher, le gameplay sur deux sticks en duo est une bonne idée, assez rare qui plus est, mais les carences du level design, bien trop simpliste et les énigmes tellement basiques que j’ai même du mal à les nommer comme ça ne rendent pas le jeu vraiment intéressant. Plusieurs fois j’ai dû me forcer à reprendre ma partie, en me disant « ptain mais il sert à rien ce jeu ! ». Pourtant tout n’est pas à jeter, l’ambiance enveloppante, la narration poétique et tout le côté conte, voyage initiatique de deux frères partis sauver leur père à travers une quête assez evanescente, avec quelques moments assez durs et amères sans jamais trop en faire, tout ça est bien foutu et constitue l’intérêt majeur du jeu. Le problème c’est que je ne peux pas vraiment le conseiller, Qui cherche une forte expérience ludique sur un gameplay à deux sticks s’éclatera bien plus sur un jeu comme Schizoid, ou Flipside, et au contraire, Qui cherche une expérience tout court préféreront réviser leurs Ico et Journey. Pas forcément un mauvais jeu, des bonnes idées et des bonnes intentions mais il sait si bien être chiant que je ne le conseillerai qu’au gamers curieux en soif de jeu « poétiques » entre guillemets.

Informations sur le jeu

Plateformes : XBLA – PSN – PC

Genre : Aventure – Puzzle -Poésie ludique

Développeurs : Starbreeze

Éditeur : 505 Games 

Date de sortie : Août 2013

Badge Pour les fansBloodevil

Duck-Tales-Remastered-0

DuckTales ou la bande à Picsou, c’est mon enfance. Je me souviens des cassettes enregistrées par mes parents où il cotoyait Winnie ou Tortues Ninja, avec son générique plus que prenant et ses aventures épiques. Et quand j’ai eu l’argent pour pouvoir me payer l’adaptation sur NES, j’étais passionné par les niveaux variés et le fun du gameplay, même si je me suis bien arraché les cheveux. Bien entendu quand l’annonce du remake a été faite, j’ai chanté le générique sur le champ et patienté fébrilement sa sortie. A tort ou à raison ?

C’est le plus puissant de tout Canarville

Indiana Jones? une gonzesse!

Indiana Jones ? Une gonzesse !

Pour la petite histoire, Picsou est riche à millions, mais en veut toujours plus. Alors dès qu’il est mis au courant de l’existence de nombreux trésors dispersés aux quatre coins du monde, il n’hésite plus et part à l’aventure. Avec l’aide de Riri, Fifi et Loulou mais aussi Flagada Jones, il va traverser différents endroits comme L’Amazonie, La Transylvanie ou encore les mines Africaines et se frotter à ses éternels ennemis à l’instar des Rapetous ou de la sorcière MissTick en boss des différents niveaux. On a donc un jeu de plateforme classique où le but est d’arriver en un morceau jusqu’au trésor recherché. Pour cela on a la possibilité de sauter, donner des coups de canne, grimper, mais le plus fun reste le saut-pogo. Ce mouvement qui consiste à faire sauter notre canard sur sa canne (sans jeu de mots) permet de rebondir sur tout et n’importe quoi, rendant l’exploration des niveaux assez astucieuse. On peut à certains moments user de plusieurs manières pour traverser un passage. Et bien sur qui dit vieux fou avare dit récolte d’argent, et chaque recoin est bon à visiter pour récupérer argent, rubis ou bien d’autres choses. Si le cœur nous en dit, on peut piller sans scrupule la Lune pour remplir son portefeuille. L’équilibre entre récolte et aventure est une force de ces aventures.

Il vaut des milliards

Le fric, c'est chic

Concernant le remake précisément, dès le début du jeu, c’est le bonheur. Le thème principal de la version NES en plus rythmé nous accueille tandis que l’on choisit de rentrer dans l’aventure. Et si l’on connaît le jeu original, les bases sont maintenues. Pour les néophytes cependant, une nouvelle scène d’introduction avec l’attaque du coffre de Picsou par les Rapetous est présente, montrant au passage la refonte faite pour s’approcher au mieux du dessin animé. Les autres niveaux quant à eux bénéficient d’objectifs supplémentaires, se résumant pour beaucoup à récolter différentes pièces d’un passage secret. Les plus collectionneurs apprécieront vraiment de pouvoir échanger dans cette version les sous récoltés afin d’acheter des goodies allant d’artworks montrant l’évolution des graphismes à des morceaux de la série animée, sous réserve d’être fans. Mon fantasme personnel reste de plonger dans le coffre de Picsou, se remplissant d’argent au fil des niveaux. Ça ne sert à rien, mais je défie quiconque de ne pas y avoir pensé.

Nous voulons entrer dans la bande !

DuckTales4Un des autres grands ajouts de cette version est que chaque début ou fin de scène est ponctué par des scènes de discussions entre les différents personnages de la bande, et c’est là qu’il y a un couac. Contrairement aux rumeurs suivant l’annonce, toutes les voix sont en anglais, le français étant disponible uniquement pour les sous-titres. Pour la nostalgie, c’est dommage d’entendre des « M. Mac D, LaunchPad, Huey » et un Picsou avec un fort accent écossais, même si c’est l’équipe de la série qui est aux commandes. Autre problème, il y en a beaucoup BEAUCOUP trop, et à chaque mort il faut les revoir. Heureusement qu’on peut les passer. Quelque chose qui surprend également lorsque l’on est pas un habitué du genre « old school », la difficulté dès le mode normal est assez importante. Contrairement aux jeux actuels, il n’y a aucun checkpoint, chaque vie perdue conduisant à la salle en cours. Mais si toutes les vies sont perdues, retour à la case départ, et tout doit être refait. A l’époque où tout le monde se plaint que « c’était mieux avant », ce jeu ne déçoit pas de ce côté là. Il faut juste prévoir une calvitie spontanée.

A retenir

DuckTales Remastered fait ce qu’il faut pour un remake. Je retrouve vraiment le plaisir de la version NES et les références à la séries sont vraiment sympas. Le jeu fait honneur à l’époque 8 bits avec un challenge à la hauteur. Dommage que les doublages Français ne soient pas présents et que les cinématiques soient trop nombreuses. Allez je retourne dans les crédits du jeu avec le son du générique à fond, Picsou rocks.

Informations sur le jeu

Plateformes : PSN – XBLA – Wii U – PC

Genre : Plateforme

Développeurs : Wayforward Technologies

Éditeur : Capcom

Date de sortie : Août 2013

 

Flbond

 

images_

Aimer les challenges et être fan de retrogaming vont souvent de pair. Les jeux vidéo old-school ont cette réputation d’être plus exigeants que leurs successeurs. En signant Super Meat Boy, la Team Meat renoue avec cette tradition de la plate-forme chirurgicale et intransigeante.

Ça va saigner !

imagesComme son nom l’indique, le titre propose d’incarner… un bout de viande. Ce morceau cubique de barbaque rouge doit partir à la rescousse de sa cops, Bandage Girl, qui a été kidnappée par Dr. Fetus. Le but de chaque niveau est a priori simple: éviter les obstacles (scies circulaires, pics, sel) car Meat Boy ne supporte aucun coup et atteindre l’endroit où sa bien-aimée se trouve. Bien entendu, elle sera capturée à nouveau par le méchant vilain et Super Meat Boy consistera à lui courir après indéfiniment. Vous aurez compris les références. Super Meat Boy se divise en six mondes: les cinq premiers comportent vingt niveaux et le dernier cinq. Pour débloquer l’accès au boss, il faut respectivement terminer 17 niveaux sur 20 et 5 sur 5. Super Meat Boy a tout bon sur son objectif premier, à savoir être un excellent jeu de plate-forme. Sa physique de saut est prodigieuse, Meat Boy pouvant accélérer au sol et dans les airs, et se laisser glisser sur les rebords. Ce gameplay presque parfait sert un challenge des plus relevés puisque survivre dans Super Meat Boy demande du temps, de la patience et de l’apprentissage. On ne compte pas le nombre de fois où notre steak explose en gerbes de sang faute à un mauvais timing. Ici, tout se joue au pixel près et il faut répéter ses gammes encore et encore, jusqu’à connaitre par cœur les manipulations à exécuter et le comportement de l’IA.

Independance game

never-have-so-many-given-so-much-for-so-few

Super Meat Boy n’est clairement pas à conseiller aux nerveux, mais tout bon gamer aura sa fibre et sa fierté titillées par tant de maitrise et tant de difficulté. Terminer ce jeu est quasiment un honneur. Et en plus, le titre sait se montrer jovial, drôle et extravagant avec ces gerbes de sang et son univers pixelisés qui rappellent les plus beaux moments de la génération 8 bits. On peut d’ailleurs se passer le ralenti de toutes les tentatives qui se sont soldées par un échec, tout comme les traces de sang restent sur les endroits où la mort s’est produite. Super Meat Boy est en effet un hommage au jeu old-school et à la scène indépendance, pas seulement pour son principe donc, mais aussi pour les nombreuses références qu’il ne cesse de distiller ça et là. Chaque nouveau monde est introduit par une cinématique qui fait allusion à de glorieux anciens: Street Fighter II, Castlevania, Ninja Gaiden, pour ne citer qu’eux. Et il est possible de débloquer certains personnages jouables en réalisant des défis annexes (comme attraper des pansements par exemple), tous provenant d’autres jeux indépendants. Selon les versions, on pourra donc incarner Tim de Braid, Bandage Girl herself, Spelunky ou Josef de Machinarium. Chacun possède des caractéristiques propres, ce qui étoffe le gameplay que l’on pourrait juger simple bien que maitrisé admirablement. Il y a également une Warp Zone, sorte de monde parallèle auquel on peut accéder en réalisant certains scores puisque comme dans tout jeu old-school qui se respecte, le temps et la performance sont ici comptés.

A retenir

Super Meat Boy est un jeu fait par et pour les gamers. Cette dernière phrase peut paraitre un poncif éculé, mais c’est terriblement vrai. Exigeant, pointu, drôle, pixelisé, honnête, le titre de la Team Meat est tout simplement l’un des meilleurs jeux de la scène indépendante et l’un de ceux qui auront marqué cette génération par sa patte bien à lui. Un succès d’estime amplement mérité.

Informations sur le jeu

Plateformes : Xbox 360 – PC – Mac

Genre : Plate-forme

Développeurs : Team Meat

Éditeurs : Steam – XBLA – Direct2Drive

Date de sortie : Octobre 2010 (Xbox 360) – Novembre 2010 (PC) – Avril 2011 (Mac)

Totof

A l’heure où le tueur à gages chauve le plus célèbre de la sphère vidéoludique revient sur le devant de la scène avec Hitman Absolution, le genre infiltration connaît une exposition intéressante, servi également par les récents Dishonored et Assassin’s Creed III. Popularisé par la série Metal Gear, ce gameplay si spécial possède ses propres codes, ses titres phares et son particularisme dans les rôles qu’il fait endosser au joueur.

Un genre très carré

Le principe d’un jeu vidéo d’infiltration, c’est quoi exactement, après tout ? On pourrait dire que c’est d’éviter les ennemis plutôt que de les éliminer. Mais aussi que c’est de le faire sans être vu. Au principe “Tuer n’est pas jouer” de la première définition, la seconde dispute une approche plus basée sur le rapprochement que sur la fuite. Cependant, elles se rejoignent sur les aspects discrétion et furtivité qui semblent bien être les éléments centraux du gameplay de ce genre. Dans ce but, un jeu d’infiltration doit se baser sur des règles bien précises définissant l’intelligence artificielle des ennemis, et sur un level design bien pensé. Ce dernier doit prévoir endroits et objets pour se dissimuler et se cacher, tels que conduites d’aération, éléments perchés, boîtes et autres zones d’ombres. La caméra (et non celle qui surveille le joueur et de laquelle il peut se dérober en occupant les aires qu’elle ne balaie pas) apparaît alors comme un outil primordial pour appréhender les subtilités du level design. Quand la série Metal Gear Solid a souvent privilégié l’approche radar+vue de dessus, Splinter Cell a parfaitement exploité les possibilités offertes par une vision libre et Thief a proposé une approche de type First Person ne permettant pas d’appréhender ce qui se passe derrière le personnage contrôlé. La perception et le contrôle de l’environnement sont donc essentiels. Il en va de même avec les ennemis, dont le joueur doit apprendre à décortiquer le comportement. Une IA scriptée, répétant un schéma bien précis avec des rondes routinières et réagissant peu ou prou de la même manière à des stimuli du joueur, apparaît comme une règle et une contrainte pour rendre possible ce type de gameplay, bien que Splinter Cell ait pu surprendre avec ses gardes détectant un Sam Fisher pourtant bien caché dans l’ombre. Un Altaïr en costume d’assassin assis sur un banc public entre deux personnes lambda, ou un agent 47 déguisé en flic qui mange un donut, vont ainsi échapper à leurs poursuivants. Il y a donc ici un cadre de règles bien définies, théoriques, voire irréalistes, mais nécessaires. Pour les contourner ou les respecter, le joueur a à sa disposition divers outils. Tout d’abord, sa façon de se déplacer doit lui permettre d’être silencieux et de profiter des possibilités offertes par le level design. Ainsi, ramper, s’accroupir, marcher lentement dans des zones à fort risque de bruit, détourner l’attention d’un soldat en tapant contre un mur, se cacher dans un casier, se déguiser et se comporter comme un ennemi, voilà autant de moyens de passer inaperçu et d’avancer. Enfin, certains softs intègrent des gadgets appartenant au gameplay de base, comme les armes silencieuses, le camouflage et le CQC dans la série Metal Gear Solid, ou encore le grappin dans les séries Batman Arkham et Tenchu.

Le bullet time. Mais quelle belle invention pour le jeu d’action. Repris depuis dans beaucoup de genres et de jeux, beaucoup trop de personnes ignorent que ce n’est qu’en 2001 qu’il fut popularisé. Par Max Payne. Un jeu plutôt marquant qui, au final, ne fut pas joué par grand monde. Un tort. Nous allons ici rendre hommage à l’un des plus grands jeux d’action, sûrement le plus grand de l’ère 3D.

Max douleur ?

Un parcours jonché de morts.

Commencer par expliciter pourquoi Max Payne est connu, à savoir grâce au bullet time, serait un peu trop évident. Et comme je n’aime pas la logique et la suffisance, je finirai par ça, voilà ! Car oui certes, Max Payne c’est un gameplay riche, profond et appliqué, mais c’est aussi une ambiance. Oui messieurs dames, une ambiance. Et je ne parle pas seulement de l’assemblage des musiques et des graphismes, non. Max Payne a bien une âme. Et comme son nom de famille le suggère, une âme torturée, malmenée. Max, jeune flic modèle, sort tard du travail. Comme souvent. Il n’a qu’une envie, retrouver sa femme et sa fille, un bébé d’à peine quelques mois. Ce ne sera jamais le cas. Une bande de junkies était là avant, tuant sa famille, sous l’emprise de la drogue. Saleté de produit. Max est anéanti, et ne va avoir plus qu’une seule chose en tête : la vengeance. Froide et irréversible. Violente et sans scrupules. Max est un flic, il sait manier les armes, et il va s’en servir pour remonter tout le réseau de fabrication de cette drogue de merde. La Valkyrie. Nous en avons de l’empathie pour ce personnage à la fois normal, et charismatique. Ce flic qui n’avait rien demandé, et à qui il arrive le pire. C’est vraiment la merde…

On aurait tort de considérer que les jeux qui sortent sur les plateformes de téléchargement (XBLA, PSN, WiiWare) se trouvent là pour des raisons de qualité insuffisante pour une sortie en boîte. Les perles indépendantes comme Limbo, la série des Pixel Junk, ou la récente édition physique de la série des Bit.Trip sont autant de preuves qu’il se passe quelque chose de grand dans cette zone qu’il serait dommage de négliger. Et force est de constater que l’audace est souvent au rendez-vous, ainsi que de fortes identités artistiques, des parti-pris radicaux, qui passent ou cassent suivant les joueurs. Puddle fait partie des perles qui déconcertent, puis accrochent, pour peu que les défis de taille ne vous fasse pas détaller.

Un arc-en-ciel reflété dans une flaque étrange…

Il faut croire que la physique des fluides est un problème qui perturbe certains de nos créateurs français. C’était déjà le dada d’Omar Cornu qui, après s’être fait les dents sur l’excellent Soul Bubbles sur DS avec sa place prépondérante des éléments et de la physique des corps, bulles, gaz et fluides confondus, se retrouve chez Q-Games pour déverser ses obsessions dans le magistral Pixel Junk Shooter, où l’interaction entre les fluides se trouve au centre de cet étrange puzzle shooter. Et voilà qu’un groupe de six étudiants nous amènent Puddle, où le fluide prend carrément la place centrale! Le concept est simple et audacieux : à l’aide des gachettes, vous inclinez le terrain vers la gauche ou la droite, comme dans LocoRoco, sauf qu’au lieu d’influer sur les mouvements d’un personnage rondouillard et bondissant, ce sont des liquides divers et variés que vous allez aider à évoluer à travers des perles de level-design retors, et ainsi visiter huit mondes divisés en six stages. A l’évidence, la physique de votre flaque (traduction directe de « puddle ») est au centre du jeu, et celle-ci est sans pitié, se répandant sans vergogne, vous laissant galérer à jouer sur la pente du terrain pour rassembler les gouttelettes éparses de votre précieux liquide, afin de le mener tant bien que mal à la sortie. Trop de pertes et c’est vous êtes bon pour recommencer le niveau… A moins que vous décidiez de jouer votre ouinouin! Oui, vous avez bien lu, non contents d’avoir corsé le jeu comme il faut, les créateurs prennent en plus plaisir à vous humilier en appuyant le sentiment d’échec, de renoncement si vous utilisez un des deux passe-droits disponibles. Cela dit, si vous avez joué votre ouinouin trop tôt et que vous vous retrouvez à nouveau bloqués plus loin, rien ne vous empêche de revenir sur le stage passé à coups de jérémiades pour tenter cette fois de le maîtriser avec brio et récupérer votre passe-ouinouin. Cruels donc, mais pas trop…

Diversité des flaques

Le concept est excellent, le moteur physique parfaitement maîtrisé, mais on pourrait légitimement craindre la lassitude, à faire se balader une flaque d’eau dans des tuyaux… Mais justement, paradoxalement, un des points forts de Puddle, c’est sa diversité. Chaque monde a une thématique bien distincte, un environnement spécifique. Dans le premier monde, on manipule du café vers la bonde d’évacuation d’une cuisine, puis de l’eau dans des conduites, pour amener cette dernière dans une chaudière avec ses zones chauffantes faisant évaporer le liquide. Les créateurs du jeu ont su décliner le concept avec ingéniosité, nous faisant manier un liquide inflammable ou de la nitroglycérine (attention aux mouvements brusques…) à travers un laboratoire, de l’engrais un tantinet corrosif à travers des décors verdoyant qui brûle certaines herbes mais fait fleurir d’autres plantes, un liquide non-identifié (mais très probablement sévèrement alcoolisé) à travers le corps humain, un liquide verdâtre dans les conduites d’une usine désaffectée ou de traitement des eaux usées, les idées géniales pleuvent et chaque stage offre une nouvelle expérience ; les règles changent à chaque nouvel environnement et il ne suffira pas de comprendre ce qu’il faut faire pour réussir à torcher un niveau, votre agilité et sens de l’observation, d’anticipation étant mis à contribution et à rude épreuve. Car la vitesse est un facteur important pour passer certains obstacle, mais vous avancez la plupart du temps à l’aveuglette, ce qui vous force à vous jeter plus d’une fois dans la gueule du loup, par exemple en plein dans une flamme qui évapore toute votre eau, à cause d’une bête petite bosse que vous n’aviez pas remarquée. Vous recommencerez la plupart des niveaux, plusieurs fois, le jeu étant très punitif. Cependant la persévérance portera ses fruits, et vous permettra peut-être de découvrir un des passages secrets qui vous avait échappé, de prétendre à l’une des trois médailles possibles, mais aussi de profiter de la beauté du jeu, de son ambiance peu commune.