Articles

KHCover

Très intéressé par ce jeu je me le suis procuré sur PS2 mais la PS3 étant déjà sortie je n’ai pas réussi à accrocher côté graphisme, c’est donc avec beaucoup d’enthousiasme que je réalise ce test de Kingdom Hearts en HD.

Rappel du contexte

Le groupe de départ en image !

Le groupe de départ en image !

 Pour rappel pour ceux qui ne connaitraient pas du tout le monde de Kingdom hearts, le jeu est un action-RPG mêlant les univers (pourtant très différents) de Disney et de Square (et plus particulièrement du monde de Final Fantasy). Vous incarnez donc Sora, un jeune homme qui a une vie paisible avec ses amis sur une île mais qui rêve d’aventure. Tout bascule pour lui lorsque ses amis disparaissent et qu’il se retrouve dans un autre monde suite à une tempête qui éclate sur son île, c’est alors que débute sa quête afin de les retrouver. Dans ce monde parallèle, il va rencontrer des personnages issus aussi bien du monde de Disney (Donald et Dingo seront ses premiers partenaires) que du monde de final fantasy! Ce petit groupe va alors voyager dans plusieurs mondes pour arrêter les ténèbres.

Contenu

Un aperçu du menu du jeu, avec les 3 épisodes

Un aperçu du menu du jeu, avec les 3 épisodes.

Il existe au jour d’aujourd’hui 7 épisodes de Kingdom Hearts sortis sur différentes consoles. Le contenu de ce HD remix est donc très intéressant car il propose trois épisodes de la saga dans l’ordre chronologique ! Tout d’abord le premier Kingdom Hearts est disponible en version final mix qui intègre donc un peu plus de contenu que sur sa version PS2 (quelques cinématiques supplémentraires par exemple). Le second jeu : Chain of memories est l’opus sorti sur Game Boy Advance et se joue à la manière d’un jeu de carte, ce qui est intéressant également mais qui change de l’action-RPG ! En réalité ce n’est pas totalement 3 épisodes car le dernier épisode appelé Kingdom Hearts 358/2 Days est présent mais n’est pas jouable. C’est une compilation des cinématiques du jeu permettant de retracer le bout d’histoire du jeu. Mais attention une compilation qui dure près de trois heures ! Finalement, on ressent que ce remix est vraiment destiné aux fans de la série qui souhaitent jouer ou rejouer aux différents jeux (certains n’étant pas sortis en Europe) mais surtout revoir tous les détails de la passionnante histoire. Côté contenu, nous avons une petite perte concernant les voix française qui était présente dans la version PS2 et qui ont disparue dans cette version remix, c’est dommage car c’étaient les voix « officielles » des personnages, ce qui était plutôt agréable.

Gameplay

Un peu de combat pour se dégourdir les bras !

Un peu de combat pour se dégourdir les bras !

Parlons maintenant du point important : le gameplay! Alors portage réussi ?  Il faut dire que cette version HD remix a apporté un petit lot de changements très intéressant! Tout d’abord les graphismes, comment ne pas en parler lors d’un passage à la HD. Et bien sur ce point je trouve que le jeu tient toutes ces promesses, les personnages et les décors sont très agréables à regarder, les textures ont été lissées et puis les dessins un peu cartoon font oublier que la première version du jeu a maintenant plus de 10 ans! Ajoutez à ces graphismes tout à fait honorables un jeu tout à fait fluide et vous êtes repartis pour revivre plusieurs heures de Kingdom Hearts sur votre PS3! En plus de l’aspect visuel amélioré, cette version PS3 apporte quelques changements dans le gameplay. En effet, les points qui  dégradaient l’expérience de jeu dans la version PS2 ont été grandement améliorés. On notera ici une caméra remaniée et contrôlable avec le stick droit de la manette. Elle est parfois encore un petit peu capricieuse mais ce n’est vraiment rien comparé à la version PS2! Ici ce n’est qu’un petit détail qui ne nous empêche pas de profiter des environnements et activités différentes de chacun des mondes (saut de liane en liane et glissades chez Tarzan ou encore gestion d’un personnage minuscule ou géant chez Alice J). D’autres détails ont été revus comme le menu qui est plus ergonomique  ou encore certaines interactions en jeu qui sont rendues plus simple (activation des marques trio, menu du combat repensé…)

A retenir

Au final, cette version PS3 est de très bonne facture et représente une très bonne manière de tenir en haleine les fans ou de remettre au gout du jour les non connaisseurs avant la sortie du 3! J’ai hâte de pouvoir faire le second volet avec certainement Kingdom Hearts 2 et d’autres épisodes de la saga !

Informations sur le jeu

Plateforme : PS3

Genre : Action RPG

Développeurs : Square Enix

Editeurs :  Square Enix

 Date de sortie : Septembre 2013

Et voici la version 13 de Fifa ! Alors pâle mise à jour de la version précédente ou réelle amélioration ? Avec la révolution en terme de gameplay amené par FIFA 12 (défense tactique, impact engine… cf article FIFA 12) il semble difficile de proposer une nouvelle révolution alors cet article va essayer de vous aider à répondre à la question suivante : cela vaut-il le coup d’investir dans FIFA 13 ?

Gameplay

Ils ont reprit les provocations de Mr Balotelli dans les célébrations de but :).

Alors commençons par le gameplay, FIFA 12 ayant introduit beaucoup de changements, je ne m’attendais pas à une grosse modification de cette partie, un réajustement tout au plus. Je dois avouer avoir été bien surpris concernant deux points qui modifient considérablement la manière de jouer ! Les contrôles ont été modifiés pour accentuer la différence entre les joueurs, un joueurs avec un très bon toucher de balle gardera la balle près de lui et se déplacera bien plus efficacement qu’un joueur de bas niveau qui sera rapidement encombré avec le ballon aux pieds ! Cette modification est agréable et permet d’éviter d’avoir un joueur de très bas niveau qui réussit à dribbler sans mal tout une défense tellement son contrôle de balle est précis. L’autre impact de ce changement se fait sur les passes. Selon le niveau du joueur il réussira plus ou moins à contrôler la balle à la réception d’une passe. Comme exemple, un joueur de bas niveau aura beaucoup de mal à contrôler correctement une passe forte ou alors en l’air. Ce qui est intéressant c’est que même une star du ballon rond comme Messi ou Ronaldo peut parfois louper lamentablement un contrôle, eh oui, ça arrive même aux meilleurs !

Intelligence artificielle

Allez après des dizaines d’essais on va y arriver !

L’autre point marquant qui modifie le gameplay est l’IA. Cette dernière a été repensée sur certains points, notamment les appels de balles ! On dorénavant des attaquant qui se lancent derrière les défenseurs, des milieux ou mêmes des défenseurs qui viennent déborder sur les côtés en phase d’attaque, ce qui n’était pas du tout le cas sur la version précédente ! Cela permet de créer beaucoup plus d’actions, des actions plus variées mais surtout, le gros point positif est qu’ils ont pensé à stopper les appels ! En effet, dès qu’un attaquant passe hors-jeu il ralentit sa course et essai de se replacer pour relancer un appel. Un autre point de gameplay est la prise en compte du physique du joueur. En effet, un défenseur très costaud n’aura pas beaucoup de mal à déposséder un petit attaquant du ballon et inversement un attaquant puissant va peser davantage sur la défense ce qui était moins présent dans FIFA 12 et qui permet de diversifier son jeu et ses tactiques. Une dernière note concernant la manière de progresser. A la place de l’arène de FIFA 12 qui apparaissait lors des chargements nous avons le droit dans cette version aux jeux techniques ! A la place du simple 1 contre 1 avec le gardien, il vous est proposé de réaliser des jeux de précisions, de passes, de tirs… avec des plots, des cibles ou encore des tonneaux. Cela permet de s’améliorer dans toutes les phases du jeu  et ce point est vraiment important ! Moi qui avait énormément de mal à tirer correctement les coups francs, je peux m’entraîner (même si ce n’est pas encore ça !). En plus d’être utile, ces jeux sont également assez addictifs ! Il y a plusieurs niveaux de difficultés bronze/argent/or et il faut les débloquer par pallier, il arrive donc souvent de rester à recommencer le défi en oubliant presque de lancer le match !

 

Eh oui le débat des fans de foot à chaque début de saison : FIFA ou PES cette année?! J’ai aujourd’hui réalisé plusieurs tests de jeux de foot et chaque fois c’était la licence FIFA qui était testée ! Mais non, je n’ai pas toujours joué à FIFA ! Dans l’ensemble on peut s’accorder à dire que chaque licence a eu sa période que j’ai à peu près suivi ! Je vais donc vous présenter les 3 périodes que j’ai identifiées  et que vous pouvez retrouver sur le graphiqueEn résumé, chaque période correspond à la sortie d’une nouvelle version de console. Je tiens à préciser que je commence mon historique à partir de la Playstation 1.

PS1- 97-2000

A cette époque il n’y a pas vraiment de jeu de football de référence. Il n’y a pas de vrai concurrent à FIFA sur PS1, il existe bien ISS mais le jeu ne s’imposera pas face au géant qui a emmagasiné de nombreuses licences sur les noms des équipes, des joueurs … ce qui permet une meilleure identification de la part du joueur surtout après la coupe du monde ! Nous sommes dans la période coupe du monde et la victoire de la France va complétement booster FIFA 98 ! A partir de là FIFA devient très rapidement un jeu de référence pour sa facilité de prise en main, ses licences et surtout la possibilité de s’amuser sans trop se compliquer la vie ! Malheureusement, les versions de FIFA vont se suivre et se ressembler, après un tout petit temps d’adaptation on retourne dans les travers de la licence : on prend un joueur, on dribble toute la défense et on marque… ce qui devient lassant et pousse les joueurs à se tourner vers d’autres jeux qui viennent petit à petit concurrencer le géant. FIFA s’est contenté de mettre à jour ses versions sans réellement apporter de changements, sûr de leur force et de leur monopole ! Il est vrai que même avec l’apparition de IIS pro evolution il n’y avait pas encore de quoi faire pâlir FIFA.

Sorti en 2005, Guild Wars Prophecy fait sa petite révolution dans le monde du multi-joueurs en ligne du fait de l’absence d’abonnement mensuel. En effet il suffit d’acheter le jeu pour avoir accès à tout son contenu en ligne. Si nous ajoutons à cela le peu de ressources demandées pour pouvoir y jouer, Guild Wars a tout pour plaire à de nombreux joueurs ! Guild wars premier du nom n’est pas considéré comme un MMORPG mais comme un CORPG. Après y avoir joué pendant près de 5 ans, je vais essayer de vous donner un aperçu global du jeu !

Le contexte

Ascalon, avant l’invasion Charr …

 Commençons donc par un résumé de l’histoire. Vous incarnez un humain qui vit dans la cité d’Ascalon, qui va être envahie par les Chaar, une race de guerrier mi-félin mi-humain qui vont vous obliger à quitter votre cité pour vous réfugier dans les montagnes. Au cours de ce périple, vous aurez l’occasion d’aider les nains dans la montagne, puis de combattre les mort-vivants de l’autre côté de la montagne. En aidant les derniers rescapés humains de l’autre côté de la montagne vous aller traverser la jungle, un désert puis un volcan ! Sans dévoiler la fin du jeu, vous serez aux prises avec des mort-vivants, des faux dieux et bien d’autres ennemis qu’il vous faudra vaincre pour sauver le continent ! L’histoire est plutôt bien ficelée et agréable à suivre.

Dans la masse des Free to Play qui se présente aujourd’hui, je vais réaliser le test de Gunblade Saga, un MMORPG sur le thème d’une bande dessinée chinoise « Chinese Hero : Tales of the Blood Sword », le ton est donc donné! Nous allons voir s’il réussit à tirer son épingle du jeu.

La création de personnage

Le choix de l’apparence !

Lors de la création du personnage, une petite cinématique rappelant la bande dessinée apparaît, ce qui est plutôt sympathique. En ce qui concerne l’apparence, rien d’exceptionnel, il y a relativement peu de choix de personnalisation mais les différences de couleurs permettront de ne pas avoir trop de personnages identiques. L’originalité est la personnalisation des sous-vêtements ! Je reconnais ne pas avoir trop saisi le principe mais bon, c’est à noter ! Un autre point à noter est la possibilité de faire jouer des expressions au personnage, une petite touche d’humour bienvenue. Vous avez le choix entre 3 clans qui vont influencer votre manière de jouer. En effet, le choix du clan débloque des armes disponibles. Par exemple le clan des arts martiaux chinois aura le sabre ou le combat à main nues alors que le clan des dragons noirs (assimilés à la mafia) aura les armes à feu dans ses choix d’armes. Il faut donc bien réfléchir et ne pas choisir le clan que par son attrait physique ou son histoire car il influencera directement votre gameplay ! En ce qui concerne la personnalisation des habits, vous avez trois ou quatre choix de tenue par clan. Néanmoins les choix sont assez bizarres puisque l’histoire est censée se passer dans Chinatown, et on peut se retrouver avec un personnage habillé en samouraï avec deux pistolets …

Le gameplay

Un aperçu, après seulement un niveau, de toutes les fenêtres qui s’ouvrent « automatiquement ».

Avant de parler du gameplay, je vais déjà noter l’ambiance générale du jeu. Au niveau de la musique, un thème plutôt chinois dans les villes, ce qui est assez sympa. Par contre la musique en combat et en action laisse à désirer ! Je ne connais pas la bande dessinée mais cela semble être respecté niveau design des personnages / couleurs. Par contre au niveau du décor… pour une histoire sensée se dérouler à Chinatown… et bien je ne comprends pas les montagnes, les mines, la verdure a n’en plus finir ! De manière générale, les graphismes ne sont pas moches mais beaucoup de bugs sautent aux yeux. Une dernière note concernant la police et les couleurs des textes : c’est affreux ! je ne sais pas déterminer exactement la police mais cela donne vraiment une impression de jeu mal terminé ! Parlons maintenant de l’expérience de jeu.  L’interface est un peu déroutante au premier abord, il y a des menus partout, des fenêtres qui s’ouvrent dans tous les sens, des points en plein milieu de l’écran qui restent fixes, des textes qui se superposent.. bref en quelques minutes seulement vous êtes submergés et devez prendre du temps pour classer tout ça, essayer de diminuer le nombre de fenêtres… ce qui n’est pas très agréable. La maniabilité est plus difficile que dans les jeux habituels, les touches ne sont pas modifiables donc si vous avez des habitudes de déplacements au clavier et bien c’est à revoir !  Il n’y a pas, par exemple, de pas latéraux, ce qui fait que le personnage a une allure très stricte. Une des particularités dans le gameplay est la réalisation de quêtes. La quête apparaît en plein milieu de l’écran avec le nom du lieu où se rendre, le personnage à qui parler ou les monstres à aller tuer souligné en jaune. Pourquoi cette distinction ? Tout simplement car le jeu dispose d’une fonctionnalité de déplacement automatique ! Certains peuvent y voir leur avantage mais au final on a rapidement tendance à cliquer sur l’objectif en lisant pendant que le joueur se déplace… surtout que les quêtes ne sont pas particulièrement passionnantes (mais bon ça c’est le lot plus ou moins commun des MMO)! Il nous mène même devant les monstres à tuer pour valider la quête !


Déjà 15 ans de FIFA depuis FIFA 98 ! J’ai récemment eu l’occasion de me le procurer, c’est donc la parfaite occasion pour faire un petit article et vous remémorer de bon souvenirs ! Souvenez-vous donc en 1997 de la sortie de ce jeu dont le nom complet est FIFA 98 : En route pour la coupe du monde, et oui c’est bien avec ce jeu que nous avons réécrit les exploits de l’équipe de France en coupe du monde !

Ces détails qui font que ce jeu restera unique

En effet, cet opus est vraiment unique au vu des fonctionnalités qu’il propose et que nous n’avons plus retrouvées par la suite. Aujourd’hui, étrangement, chaque nouveau FIFA nous apporte son lot d’équipes manquantes telles que l’Ukraine dans FIFA 12 par exemple (pratique pour essayer de jouer l’Euro 2012 qui se déroule… en Ukraine). Il n’y avait pas du tout ce problème dans FIFA 98 avec plus de 170 équipes licenciées dont le Pakistan, Tahiti, les Tonga ou la Papouasie parmi elles ! Autant dire que vous aurez le choix et que vous trouverez à coup sûr l’équipe qui vous convient ! Comme je le notais auparavant, ce jeu est sorti l’année de la coupe du monde 98, le mode jeu le plus attendu est donc la coupe du monde ! Vous avez la possibilité de la disputer des qualifications à la finale ! Vous pourrez donc amener en finale de la coupe du monde les îles Tonga si le cœur vous en dit !  Il est vraiment très sympathique de pouvoir disputer la plus importantes des compétitions de football, ce qui n’est plus possible dans les nouveaux FIFA (ou alors sous forme de jeu séparé…). En plus de la coupe du monde, vous pouvez disputer de nombreux championnats européens, créer vos propres joueurs… de longue heures de jeu en perspective ! Nous en avons terminé avec le contenu brut du jeu, mais avec le recul je peux vous dire que FIFA 98 est unique pour bien d’autres points. Je vous en ai sélectionné trois qui, pour moi, sont les plus marquants : Le point le plus regretté est la possibilité de disputer des rencontres de foot en salle !  Tout simplement lors du lancement de la partie, au moment de choisir le stade, vous avez le choix « salle » et vous vous retrouvez en  5 contre 5, sans touches ni corner. C’est un mode de jeu très amusant qui a disparu après FIFA 98. Je ne pense pas pouvoir trouver un joueur de FIFA 98 n’ayant jamais utilisé cette superbe possibilité : les tacles sur le gardien ! Tout simplement génial ! Toujours en parlant de gardien, cette fois-ci, c’est pour marquer des buts ! Eh oui, il était très amusant de sortir balle au pied avec votre gardien et de marteler la touche d’accélération pour réaliser  des traversées de terrain  épiques et avec un peu de chance terminer l’action par un but ! Après s’être pris un gros tacle… ce n’est que la juste revanche !