, , ,

Tekken 7

Dans le doux monde des papys des jeux de combat, les dernières années ont vu quelques retours. Le sanglant a retrouvé son ambassadeur avec Mortal Kombat X, l’e-sport a son roi avec Street Fighter V, mais la série Tekken n’a pas donné signe de vie depuis 2011. Namco répare enfin l’affront en 2017 avec Tekken 7, épisode censé à la fois renouveler ses mécanismes de jeu, tout en gardant le charme kitsch de ses personnages. Un équilibre difficile à trouver, dont nous allons avoir s’il est également judicieux.

Une bonne refonte des bases…

Pour un jeu de combat, le point à ne pas rater, c’est le gameplay. Et même si la série Tekken est loin d’être ratée sur son système de jeu, les failles sont clairement visibles. Là où des jeux comme King Of Fighters ou Street Fighter se basent sur une grande technicité, Tekken se veut plus accessible et grand spectacle, avec des combos plutôt faciles à utiliser. Si l’intention est bonne, des petits malins s’amusaient à résumer leurs parties à du matraquage de bouton efficace. Afin de pallier à ces inconvénients, et de coller encore plus à l’e-sport, le titre de Namco repense plusieurs aspects de son titre. Et l’innovation la plus visible est le Power Crush. Au moyen d’un timing et d’une combinaison particuliers, il est dorénavant possible d’esquiver un coup, et de trouver le point faible de l’adversaire pour contre attaquer. Ce principe simple permet de rajouter une dose de stratégie et de casser le match à sens unique, tout en permettant aux meilleurs joueurs de continuer à briller. Le reste du gameplay est également plus rapide, donnant un coup de neuf à Tekken 7. De quoi en profiter pour maîtriser l’un des nombreux personnages du roster, mêlant têtes connues et petits nouveaux, en ligne ou hors ligne, dans les modes les plus connus de la série. Ces mêmes personnages pourront être également être personnalisés comme dans le dernier épisode. Et si l’envie nous prend d’aller regarder la galerie, nous pouvons voir qu’absolument toutes les cinématiques de tous les titres depuis le premier Tekken, de quoi satisfaire notre plaisir de fanboy. De bons points pour le titre, mais là ou Tekken 7 s’améliore sur certains points, il régresse sur d’autres.

…au détriment du reste

A commencer par les personnages eux mêmes. Ca reste une notion de subjectivité, mais là où les anciens personnages ont un certain charisme et une histoire déjà étalée sur plusieurs épisodes, les nouveaux venus (Kazumi exceptée) font figure de gros remplissage. Par exemple Katarina est grosso modo une orpheline qui a été adoptée et qui va participer au tournoi, et c’est tout. La faute également à un mode histoire bancal que nous allons voir un peu plus bas. Mais cela donne l’impression d’un casting resserré autour des Mishima, avec des figurants tout autour. Les modes sont également moins nombreux, penchant surtout sur le online, et la fameuse saga. En solo nous n’avons pas de modes originaux comme un Tekken Force ou une Arena, et le mode arcade est inutile, tandis que les modes de multi local sont réduits au minimum syndical. Les puristes du VS Fighting répondront que seuls les combats comptent, mais un retour en arrière pour une suite ce n’est jamais bon signe. Mais attardons nous sur l’élément culminant du titre, rabâché depuis l’E3 : la saga des Mishima. Et vu qu’elle est censée conclure ce qui est l’âme de Tekken, elle a intérêt à assurer.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *